Nicolas Régnier (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas Régnier et Régnier.
Nicolas Régnier
Self-Portrait 1623-4 Nicolas Regnier.jpg
Détail de l'Autoportrait au chevalet (1623-1624), Cambridge (Massachusetts), Fogg Art Museum.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Mouvement
Maître
Genre artistique
Jeune femme à sa toilette (1626), musée des beaux-arts de Lyon)
Saint Sébastien (vers 1620), Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage.

Nicolas Régnier, dit Regnier ou encore Niccolò Renieri (né à Maubeuge vers 1588 et mort à Venise en 1667) est un peintre baroque influencé par le caravagisme qui a peint une grande partie de son œuvre en Italie, d'abord à Rome puis surtout à Venise. Son lieu et son époque de naissance font de lui un homme à double culture, des "peintres du nord" (et non pas "flamande") et française. Peintre apprécié, il devient aussi collectionneur et entrepreneur à succès et construit une vaste fortune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Dormeur réveillé par une jeune fille tenant une mèche (date inconnue), Stockholm, Nationalmuseum.

Régnier naît à Maubeuge (Comté du Hainaut) vers 1588[1], dans une famille francophone[2]; il a pour demi-frère Michel Desoubleay alias Michele Desubleo, lui aussi futur peintre[3]. Étant né dans les Pays-Bas espagnols, il est hennuyer, ou hannuyer par son lieu de naissance (c'est-à-dire né dans le comté de Hainaut, sujet du roi d'Espagne, car la région ne deviendra française qu'en 1678[1]), et donc de culture française : il reste toute sa vie l'homme d'une double culture[1].

Dès 1601, il se rend à Anvers (Duché de Brabant, et non Flandres), auprès d'Abraham Janssens, qui l'initie déjà au nouveau naturalisme italien[3].

Période romaine[modifier | modifier le code]

Il se rend à Rome vers 1615, où il suit alors l'enseignement de Bartolomeo Manfredi[4] et entre sous son influence dans le cercle caravagesque[3], auprès de Valentin de Boulogne, Claude Vignon ou encore Nicolas Tournier. Il s'emploie d'abord à imiter fidèlement son maître. Sa lecture de la peinture de Manfredi est brillante et sensuelle, s'attachant à rendre la richesse des parures et tenues dans les portraits qu'il réalise[5].

Il gravit peu à peu les échelons de l'Académie de Saint-Luc, et devient le protégé du marquis de Giustiniani[3]. Il rencontre également Simon Vouet, lui aussi versé dans le caravagisme, qui influence l'œuvre de Régnier et lui permet d'élaborer une peinture plus précieuse (La Diseuse de Bonne Aventure, musée du Louvre), et davantage tournée vers un classicisme d'emprunt, que Régnier trouve également dans l'œuvre de Guido Reni[3].

Période vénitienne[modifier | modifier le code]

Pour des raisons encore inconnues, il quitte Rome vers 1625 et se rend à Venise, où il ajoute à ses activités de peintre celles de marchand d'art et de collectionneur[3]. Sans pour autant cesser sa production, dont la période vénitienne sera la plus prolixe, son talent semble alors essouffler, et, sous l'influence de la peinture émilienne, arbore un caravagisme plus doux, dans des tableaux historiques et mythologiques, ainsi que dans des commandes religieuses et des portraits. Sa palette s'adoucit, tout en conservant une grande variété de tons ; la touche rapide est également typique de cette influence vénitienne[6]. Les toiles de Régnier sont alors empreintes d'une certaine emphase décorative et gestuelle, peuplées de jeunes filles éplorées, somptueusement vêtues.

Famille[modifier | modifier le code]

Nicolas Régnier a quatre filles, Angelica, Anna, Clorinda et Lucrezia, toutes artistes peintre et élèves de leur père. Clorinda épouse le peintre italien Pietro della Vecchia et Lucrezia Daniel van den Dyck[7].

Liste non exhaustive des collections publiques[modifier | modifier le code]

Allemagne
États-Unis
France
Grande-Bretagne
Hongrie
Italie
  • Florence, Musée des Offices :
    • Le Jeu de la devinette, vers 1620-1625 ;
    • Joueurs de dés et diseuse de bonne aventure,1624-1626, huile sur toile, 172 × 232 cm[9]

Florence, Galleria nazionale degli Uffizi

Lettonie
Russie
Suisse

Expositions[modifier | modifier le code]

La première exposition monographique de Régnier a lieu au musée d'arts de Nantes du 20 décembre 2017 au 11 mars 2018[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Borean et alii, p. 38.
  2. a et b Éric Biétry-Rivière, Le Figaro, article du 19 décembre 2017, p. 32
  3. a b c d e et f Francesco Rossi, « REGNIER, Nicolas », sur Institut royal du Patrimoine artistique.
  4. Certaines toiles ont parfois été attribuées aux deux peintres[réf. souhaitée].
  5. a et b Lachi 2006, p. 117.
  6. Lachi 2006, p. 127.
  7. Stefano Ticozzi, Dizionario degli architetti, scultori, pittori, intagliatori, 1832, p. 233.
  8. Bonne aventure, Louvre (atlas)
  9. Joueurs, Offices (Tribune de l'art)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Linda Borean, Francesca Cappelletti, Patrizia Cavazzini, Adeline Collange-Perugi, Oriane Lavit, Annick Lemoine et Maria Cristina Terzaghi, Nicolas Régnier (v.1588-1667), l'homme libre, Liénart, , 271 p. (ISBN 9782359062182).
  • Chiara Lachi, La grande histoire de l'art : Le baroque et le classicisme, vol. 8, Le Figaro, , 430 p. (ISBN 2-35091-072-5).
  • Annick Lemoine, Nicolas Régnier (alias Niccolo Renieri) ca. 1588-1667 : Peintre, collectionneur et marchand d'art, Arthena, (ISBN 9782903239374).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :