Bartolomeo Manfredi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manfredi.
Bartolomeo Manfredi
ManfrediMarsCupid.jpg

Mars châtiant Cupidon, Institut d'art de Chicago.

Naissance
Décès
Activité

Bartolomeo Manfredi (baptisé le à Ostiano, dans la province de Crémone en Lombardie – mort le à Rome) est un peintre italien du XVIIe siècle, l'un des grands disciples (ou prétendu tel) de Caravage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manfredi est né à Ostiano, près de Crémone. Il eut probablement l'occasion de rencontrer à Mantoue en 1595, Cristoforo Roncalli, appelé Pomarancio, qui aurait été son premier maître. La date de son arrivée à Rome, peut-être motivée par sa relation avec Roncalli, ne peut être précisée. Il y fut toutefois, un des premiers émules du style innovant du Caravage, avec son clair-obscur soutenu, et son insistance sur le naturalisme, avec un don pour raconter une histoire à travers l'expression et le langage corporel de ses personnages. La Punition de Cupidon (Art Insititut de Chicago), montre clairement cet ascendant. Il apporta une touche très personnelle aux thèmes caravagesques de tables de joueurs, diseurs de bonne aventure, concerts et banquets, si bien que l'expression Manfrediana methodus fut inventée pour lui[1].

Le Caravage, malgré la brièveté de sa carrière — il atteint la gloire vers 1600, dut s'exiler en 1606 et mourut quatre ans plus tard — exerça une grande influence sur les artistes de la génération suivante, en particulier à Rome et Naples. Parmi ces « caravagesques », c'est Manfredi qui semble avoir été le plus efficace pour transmettre l'héritage du maître auprès des peintres étrangers, venus notamment de France et d'Utrecht, pour étudier en Italie. Gerard Seghers (ou Segers; 1589-1651) fut l'un de ses élèves[2].

Artiste à succès, ayant avant ses trente ans un serviteur attaché à sa personne, Manfredi fut, selon son biographe Giulio Mancini, « un homme d'apparence distinguée et au comportement raffiné ». Bien qu'il ne se soit que rarement eu montré en société, il a construit sa carrière autour de la peinture sur chevalet pour des clients privés. Il ne rechercha pas les commandes publiques sur lesquelles sont bâties les plus grandes notoriétés mais ses œuvres entrèrent dans de grandes collections dès le XVIIe siècle, époque où il fut considéré comme égal, si ce n'est supérieur au Caravage. Son Mars châtiant Cupidon offre un indice intéressant sur une œuvre perdue de Caravage : le maître avait promis une peinture sur ce thème à Mancini, mais celle-ci fut prise par un autre client de Caravage, le cardinal Francesco Maria del Monte. Mancini commanda alors cette peinture à Manfredi.

Vers 1620, il eut comme compagnon Francesco Furini qu'il a initié au naturalisme du Caravage[3].

Manfredi mourut à Rome à l'âge de 40 ans, en 1622.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


  1. a et b Gianni Papi, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 655
  2. James R. Hobbes, Picture collector's manual adapted to the professional man, and the amateur, T&W Boone, 1849, page 43, en ligne ; Benedict Nicolson, « Gerard Seghers and the 'Denial of St Peter' », The Burlington Magazine(1971), 302 et 304-309.
  3. Giuseppe Cantelli & Francesco Furini, Disegni di Francesco Furini: e del suo ambiente, Firenze, Olschki, 1972
  4. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions, , 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 336
  5. a, b et c Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 332-335
  6. « Un authentique Bartolomeo Manfredi au Musée de Tessé du Mans » (consulté le 3 juillet 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicole Hartje, Bartolomeo Manfredi (1582-1622) : ein Nachfolger Caravaggios und seine europäische Wirkung : Monographie und Werkverzeichnis, Weimar : VDG, Verlag und Datenbank für Geisteswissenschaften, 2004. (OCLC 56878741)
  • Arnauld Brejon de Lavergnée, Dopo Caravaggio : Bartolomeo Manfredi e la manfrediana methodus, Milan : A. Mondadori, 1987; (OCLC 18569800)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]