Nicolas Tournier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournier.
Nicolas Tournier
Augustins - Le portement de la croix - Nicolas Tournier.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Française
Activité
Lieux de travail
Mouvement

Nicolas Tournier est un peintre français né à Montbéliard en 1590, il suit le métier de son père, André Tournier, «peintre protestant de Besançon». On sait peu de sa vie avant son arrivée à Rome , où il a travaillé entre 1619 et 1626, et où il a été influencé par le travail du Caravage, et appartient au mouvement des caravagesques français. Ces peintres, dont font aussi partie Valentin de Boulogne, Nicolas Régnier, et Georges de La Tour, ont été redécouverts lors de l'exposition Les Peintres de la réalité tenue en 1934 au musée de l’Orangerie. Selon une première source, il était un élève de Valentin de Boulogne. Les peintures romaines de Tournier sont stylistiquement proches des travaux de Bartolomeo Manfredi. Il a peint des sujets séculaires et religieux; un exemple de ce dernier est la Crucifixion avec Saint Vincent de Paul (Paris, Louvre). Après 1626 Tournier était actif dans le sud de la France. Il est mort à Toulouse en 1638.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Tournier a deux grandes périodes, une à Rome puis la deuxième à Toulouse où il arrive en 1632. Il y peint le Christ en croix pour l'église des Minimes et le Christ descendu de la Croix pour la cathédrale Saint-Étienne. On lui doit encore le Tobie et l'Ange de la cathédrale de Narbonne.

Le 30 décembre 1638, le peintre, malade, fait son testament dans la maison de Pierre Affre où il loge.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Toulouse
Son oeuvre Le Christ porté au tombeau, peinte vers 1632, était à l'origine accrochée à la chapelle de Toulouse de la Compagnie des Pénitents Noirs. Pendant la Révolution française, il fut confisqué par l'État et transféré dans un musée, d'où il fut volé en 1818. Après avoir été perdu pendant près de deux siècles, il réapparut en 2009 lors d'une vente immobilière à Florence ; Lorsque la Weiss Gallery de Londres l'a acheté lors d'une vente aux enchères à Paris en 2011, le gouvernement français l'a classé comme un bien volé et l'a interdit de quitter le pays[1].
France hors Toulouse


Hors France
  • Compagnie à table, 1er quart du XVIIe siècle, 125,5 × 170,5, huile sur toile, Musée des beaux-arts de Budapest, Budapest.
  • Rome. Palazzo Corsini - Gallerie Nazionali di Arte antica, Camera verde : "Sinite parvulos" ("Laissez venir - à moi - les petits enfants"). Huile sur toile cm. 169 x 125. Non daté. Inventaire 406.
  • Rome. Palazzo Spada , Salle IV : "San Giovanni Evagelista" ("Saint Jean l'Evangéliste"), vers 1620-26. Huile sur toile. Inventaire 162.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "France bars UK gallery from leaving with 'stolen' art". BBC. 2011-11-07. Retrieved 2011-11-08.
  2. Christ, Louvre (atlas)
  3. Notice no PM11000400, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Axel Hémery, Nicolas Tournier, 1590-1639, un peintre caravagesque, (ISBN 2-85056-442-7).
  • Catalogue de l'exposition Nicolas Tournier, un peintre caravagesque, Musée des Augustins, musée des Beaux-Arts de Toulouse, 2001.
  • Jean-Louis Bonnet, Nicolas Tournier et les peintres montbéliardais en Languedoc, Société d'Études Scientifiques de l'Aude, 2001.
  • P. F. Bertrand et S. Trouvé éd., Nicolas Tournier et la peinture caravagesque en Italie, en France et en Espagne, Actes du colloque Framespa, 2003, (ISBN 2912025117).

Sur les autres projets Wikimedia :

,