Sylvain Augier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sylvain Augier, né le à Toulouse, est un animateur de radio et de télévision français.

Il est particulièrement connu pour avoir présenté sur la troisième chaîne les émissions Faut pas rêver et La Carte aux trésors, de 1990 à 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et formation[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre Augier et d'Hélène Pigasse, il est cousin germain de Matthieu Pigasse, propriétaire des Inrockuptibles et actionnaire du Monde, et de Nicolas Pigasse, directeur de la rédaction du magazine people Public[1].

Sylvain Augier passe son enfance dans le village de Forgues en Haute-Garonne.

Après le baccalauréat, il fait des études supérieures à l'Institut d'études politiques de Toulouse, dont il sort diplômé en 1976[2].

Il part alors pour Paris, où il prépare le concours de l'ENA. Mais il renonce finalement à cette carrière, malgré une admissibilité[3].

En 1978, il part faire son service national comme coopérant au Nicaragua[3].

Homme de radio (depuis 1979)[modifier | modifier le code]

En 1979, il débute en tant que journaliste comme reporter à France Inter. Il y présente ensuite plusieurs émissions jusqu'en 1996.

En 2001, il présente Sylvain Augier en toute liberté sur Sud Radio.

Il produit des émissions pour Arte, dont au moins une reprise dans Le Monde 2.[pas clair]

Du à la fin du mois de , il travaille sur Radio Classique où il présente l'émission d'après-midi Les Trésors de la musique.

À partir de , il est de retour sur Sud Radio dans l'émission quotidienne d'interviews Qu'est-ce qui vous fait courir ?[4] jusqu'en 2017[5].

Homme de télévision (depuis 1986)[modifier | modifier le code]

Il a présenté les émissions suivantes :

Retraite[modifier | modifier le code]

Depuis son retrait des médias, Sylvain Augier réside à Lecques, dans le Gard[7].

Centres d'intérêts non professionnels[modifier | modifier le code]

Passionné d'hélicoptère et de parapente, il est victime en 1988 d'un accident de parapente qui le laisse handicapé du pied droit.

Il raconte son combat contre une souffrance permanente et contre une longue dépression dans son livre L'instant où tout a basculé (2008).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Augier, Les babystoires : Éclats d'enfance, éclats de rire, Champigneulles, France, Berger-Levrault Éditions, (ISBN 978-2-7013-0700-8)
  • Sylvain Augier, Carnets de routes, Paris, Éditions France Loisirs, , 258 p. (ISBN 978-2-7441-2616-1)
  • Sylvain Augier, Survie mode d'emploi : Les astuces d'un aventurier des temps modernes, Paris, Éditions Mango, coll. « Histoire Vécue », , 127 p. (ISBN 978-2-84270-291-5)
  • Sylvain Augier, Bruno Cusa, et Patrice Parmentier, Europe et merveilles, Paris, Éditions Gallimard Loisirs, , 251 p. (ISBN 978-2-7424-1629-5)
  • Sylvain Augier, L’instant où tout a basculé, Paris, Éditions Carnets Nord, , 200 p. (ISBN 978-2-35536-010-7)
  • Sylvain Augier et Sœur Emmanuelle, Le doute et la foi : Sylvain Augier rencontre soeur Emmanuelle, Paris, Éditions Carnets Nord, , 104 p. (ISBN 978-2-35536-039-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Pierre Subtil, « Matthieu Pigasse », pages « Actionnaires du Monde », Le Monde daté du dimanche 7 novembre 2010 (paru le 6), p. 19.
  2. Annuaire des diplômés : Édition du cinquantenaire 2007-2009, Association des diplômés de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 3e trimestre 2009, 488 p., p. 30
  3. a et b « Sylvain Augier. Un rêveur en mouvement », Le Télégramme de Brest, 20 octobre 2002.
  4. François Ouisse, « Que devient Sylvain Augier, l'ex-présentateur de “La carte aux trésors” ? », Télé Loisirs,‎ (lire en ligne)
  5. « Sylvain Augier : baroudeur au cœur tendre », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Sexy Folies se déshabille à nouveau », sur toutelatele.com, (consulté le ).
  7. R.G., « "Paralysé de douleur mais conscient" : Sylvain Augier revient sur son terrible accident de parapente », sur Midi Libre, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :