Nécessité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nécessité et contingence)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La nécessité est une catégorie modale qui s'oppose à la contingence : est nécessaire ce qui ne peut pas ne pas être. Elle ne s'identifie pas, toutefois, à la possibilité : tout ce qui est nécessaire est possible[réf. nécessaire] ; mais tout ce qui est possible n'est pas nécessaire. Une proposition nécessaire est une proposition qui ne peut pas être fausse. Si une proposition est vraie dans tous les cas, alors elle est nécessairement vraie.

Mythologie grecque[modifier | modifier le code]

La Nécessité, en Grec Ananké, est mère des trois Moires[1],[2],[3] :

  • Clotho la fileuse, présidait au passé (de klôthousa : « filer ») ;
  • Lachésis la dérouleuse au présent (de léxis : « prédestination ») ;
  • Atropos la trancheuse au futur (du mot atrepta : « irréversible »).

En philosophie[modifier | modifier le code]

La nécessité désigne l'impossibilité pour une chose d'être autre qu'elle n'est. Une autre formulation serait « Ce qui ne peut pas ne pas être », cette dernière permet d'éviter l'introduction du terme « impossibilité ». Comme telle la nécessité s'oppose à la contingence. Elle appartient principalement à deux ordres différents : le réel et la pensée. Dans le réel, la nécessité découle d'un point de vue métaphysique de l'essence des choses, et d'un point de vue physique des lois qui gouvernent la nature. Dans la pensée, la nécessité découle de la rationalité du discours. Le nécessaire correspond à ce qui ne peut pas ne pas être (ex. si je prends un livre au hasard parmi plusieurs, j'ai nécessairement un livre dans la main, mais il n'est que contingent que j'ai pris le plus récent.)

Chez Leibniz, le principe de raison suffisante est ce qui tente de rendre compte du passage du possible, logiquement parlant (c'est-à-dire de ce qui est non-contradictoire, à l'existence. Ainsi, la catégorie de la nécessité s'oppose à la contingence; celle du possible se contraste avec celle de l'existence.

La nécessité, selon le Phèdre de Platon[4],[5] reflète l'inexorable ; selon ce dialogue, la nécessité s'oppose au plein gré[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]