Contingence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans la philosophie et la logique, la contingence est le statut des propositions qui ne sont ni toujours vraies, indépendamment de toute valeur de vérité (c'est-à-dire tautologiques), ni toujours fausses (c'est-à-dire contradictoires). Une proposition contingente n'est donc ni nécessairement vraie, ni nécessairement fausse.

De manière générale, la contingence, c'est la possibilité qu'une chose arrive ou n'arrive pas. Exemple : le système solaire est là mais il aurait pu ne pas exister. La faune et la flore sont apparues sur la Terre mais elles auraient pu ne jamais apparaître si les conditions globales avaient été un peu différentes.

Selon la définition de Leibniz : « Est contingent tout ce dont le contraire est possible ». Donc, tout ce qui pourrait ou aurait pu ne pas être[1].

« La contingence implique l’admission d'une cause indéterminée, n’expliquant pas plus un effet qu’un autre, ne fournissant aucune solution déterminée du problème[2]. »

En logique modale, la contingence est la négation de la nécessité. Une proposition est contingente si elle n'est pas nécessaire (elle pourrait être fausse).

La contingence dans le domaine de la rhétorique[modifier | modifier le code]

Les tentatives faites dans le passé, par les philosophes et les rhéteurs, afin d'allouer à la rhétorique un royaume qui lui soit propre, ont terminé avec la tentative de contenir la rhétorique dans le domaine des questions contingentes et relatives, qui peuvent prendre appui sur l'opinion. Comme l'explique Aristote dans la Rhétorique : "La rhétorique se rattache à la dialectique . L’une comme l’autre s’occupe de certaines choses qui, communes par quelque point à tout le monde, peuvent être connues sans le secours d’aucune science déterminée."[3]. Aristote insiste sur l'importance du conditionnel, parce que personne ne délibère seulement sur le nécessaire ou sur l'impossible - puisqu'ils ne sont pas sujets à délibération. Il croit que la présence inévitable de possibles multiples et la nature complexe des décisions rend nécessaire la création d'une rhétorique. Les conceptions d'Aristote font concurrence à celles de Platon, qui pensait que la rhétorique n'avait pas de sujet, exceptée la tromperie, et donne à la rhétorique sa position éminente dans le domaine du débat politique.

Les chercheurs contemporains affirment que, si la rhétorique concerne essentiellement le contingent, elle exclut automatiquement ce qui est nécessaire ou impossible. En effet, dans le domaine de l'action qui intéresse la rhétorique, est "nécessaire" ce qui doit être fait ou sera inévitablement fait, et "Impossible" ce qui ne sera jamais fait ; et par conséquent ne sera jamais sujet à délibération. Par exemple, le Congrès des États-Unis ne sera pas convoqué demain pour discuter de quelque chose de nécessaire, comme de savoir s'il faut ou non tenir des élections, ni de quelque chose d'impossible, comme le fait d'interdire la mort. Le congrès se réunit pour discuter de problèmes, des différentes solutions à ces problèmes, et les conséquences de chacune de ces solutions.

Cela soulève de nouveau la question de la contingence, parce que ce qui est jugé nécessaire ou impossible dépend presque entièrement de l'heure et de la perspective. Dans l'histoire des Etats-unis, il fut un temps où même un membre du congrès opposé à l'esclavage aurait conclut que son abollition serait impossible. La même chose est également vraie de ceux qui favorisaient le droit de vote des femmes. Aujourd'hui, aux États-Unis, l'esclavage a été aboli et les femmes ont le droit de vote. De cette façon, bien que la rhétorique, dans son évolution temporelle, soit entièrement contingente et comprenne une définition plus large, la rhétorique prise à l'instant t, possède un sens beaucoup plus étroit et exclut à la fois le nécessaire et l'impossible. Lorsqu'ils sont confrontés à des décisions, les gens ne vont choisir qu'une seule option, à l'exclusion des autres[4].[source insuffisante]. Cela produit inévitablement des conséquences imprévues. En raison de ces conséquences, les décideurs sont contraints de délibérer et de choisir. Un autre problème se pose lorsque l'on se demande d'où cette capacité à distinguer les questions "nécessaire" et "impossible" trouve son origine, et la manière dont elle peut être appliquée à d'autres personnes.

Le rhétoricien Robert L. Scott répond à ce problème en affirmant que, bien que la rhétorique soit en effet contingente et relative, elle est également épistémique[5]. Ainsi, pour Scott, ce qui devrait être débattue est une question de rhétorique, en tant qu'individus à créer du sens à travers la langue et de déterminer ce qui constitue la vérité, et donc, ce qui est au-delà de la question et le débat. Le théoricien Lloyd Bitzer fait cinq hypothèses à propos de la rhétorique dans son livre Rhetoric, Philosophy, and Literature: An Exploration[6].

  1. La rhétorique est une méthode permettant d'enquêter sur le contingent et de communiquer à son propos.
  2. Cette enquête ne permet pas d'obtenir une certaine connaissance, mais seulement une opinion.
  3. Le bon mode de travail dans ce domaine est une délibération s'appuyant sur un jugement raisonnable.
  4. Cette délibération et cette prise de décision est dépendante de l'auditoire et de sa compréhension.
  5. Cet engagement auprès de l'auditoire est contraint par le temps.

L'étude de la contingence et du relativisme, dans la mesure où il appartient à la rhétorique, tire parti des théories post-structuralistes et post-fondationalistes. Richard Rorty et Stanley Fish sont les principaux théoriciens dans ce domaine d'étude à l'intersection de la rhétorique et de la contingence.

Autres classes de propositions logiques[modifier | modifier le code]

Au côté des propositions contingentes, il y a au moins trois autres classes de propositions, dont certaines se chevauchent:

  • Les tautologies, qui doivent être vraies, peu importent les circonstances (exemple: "Le ciel est bleu ou il n'est pas bleu.").
  • Les contradictions, qui doivent nécessairement être fausses, peu importe les circonstances (exemple: "Il pleut et il ne pleut pas.").
  • Les propositions possibles, qui sont vraies ou pourraient être vraies compte tenu du contexte dans lequel la proposition est affirmée, ou des circonstances (exemples: "x + y = 4" ; "Il y a seulement trois planètes." ; "Il y a plus de trois planètes."). Toutes les propositions nécessairement vraies (tautologiques), ainsi que les propositions contingentes, sont également des propositions possibles. Le possible n'exclut que la contradiction, c'est-à-dire l'impossible.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Paris, Presse Universitaire de france, (ISBN 978-2-13-060901-8)
  2. Alfred Fouillée, Esquisse d’une interprétation du monde, 1927.
  3. Aristote, Rhétorique, I, 1, trad. Ruelle, 1882. https://fr.m.wikisource.org/wiki/Rh%C3%A9torique_(trad._Ruelle)/Livre_premier [Où ?]
  4. Gaonkar, Dilip Parameshwar. "Contingency and Probability." Encyclopedia of Rhetoric. Ed. Thomas O. Sloane. New York: Oxford UP, 2001. 156.
  5. Scott, Robert L. "On Viewing Rhetoric As Epistemic." Central States Speech Journal 18 (1967), p. 9.
  6. Bitzer, Lloyd F. "Rhetoric and Public Knowledge." Rhetoric, Philosophy and Literature: An Exploration. Ed. D.M. Burks, p.70. West Lafayette, IN, 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]