Montigné-lès-Rairies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montigné (homonymie).

Montigné-lès-Rairies
Montigné-lès-Rairies
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Tiercé
Intercommunalité C.C. Anjou Loir et Sarthe
Maire
Mandat
Gérard Chassoulier
2014-2020
Code postal 49430
Code commune 49209
Démographie
Gentilé Ignémontain, Ignémontaine
Population
municipale
423 hab. (2017 en augmentation de 13,1 % par rapport à 2012)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 16″ nord, 0° 12′ 05″ ouest
Altitude 83 m
Min. 28 m
Max. 76 m
Superficie 9,01 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Montigné-lès-Rairies
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Montigné-lès-Rairies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montigné-lès-Rairies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montigné-lès-Rairies

Montigné-lès-Rairies est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Baugeois, Montigné-lès-Rairies se situe au nord de Cheviré-le-Rouge, sur les routes D 197, Fougeré, et D 18, Cheviré le Rouge[1].

Son territoire se trouve sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 3 septembre 1955 Montigné devient Montigné-lès-Rairies[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Claude Clément    
mars 2014 en cours Gérard Chassoulier[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Anjou Loir et Sarthe, elle-même membre du syndicat mixte Pays des Vallées d'Anjou.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 423 habitants[Note 1], en augmentation de 13,1 % par rapport à 2012 (Maine-et-Loire : +2,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1671 2131 2141 4131 6001 7331 8601 6001 894
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8881 182627603533563556531493
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475480460430420372392357391
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
397394353349365350360362363
2013 2017 - - - - - - -
378423-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 23,6 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 15,9 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 25,6 %, plus de 60 ans = 25 %).
Pyramide des âges à Montigné-lès-Rairies en 2008 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
0,6 
9,6 
75 à 89 ans
11,9 
12,9 
60 à 74 ans
12,5 
24,6 
45 à 59 ans
25,6 
17,7 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
15,4 
14,9 
0 à 14 ans
15,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[10].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 31 établissements présents sur la commune à fin 2010, 55 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), aucun du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 29 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre.
  • Château de Mené : ancien fief et seigneurie relevant de Baugé, par la Mulottière, avec petit manoir à tourelles et douves du XVIe siècle. Détruit vers 1850 pour y construire un château de deux étages. La chapelle, bénite le 10 juillet 1757, est conservée dans le jardin. Les fossés montrent toujours l'enceinte. La terre appartenait au XVe, XVIe siècle à la noble famille de Tessé. Elle appartenu au sieur Louis de Crouillon en 1540 puis à Claude Jarry, écuyer, Marie d’Adrienne d’Orvaux en 1598 dont la fille Claude épousa, le 6 octobre 1631, Jacques du Hardas. Elle appartenu ensuite à M. Courtigné puis à ses descendants, jusqu'en 2011. Demeure privée, non visitable.
  • Ouvrage fortifié de Boigné, détruit[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Montigné-lès-Rairies (49), consulté le 20 septembre 2012.
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 58 - Données consultables sur WikiAnjou.
  3. InseeE, Code Officiel Géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012.
  4. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. « Évolution et structure de la population à Montigné-lès-Rairies en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012).
  10. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  11. Insee, Statistiques locales du territoire de Montigné-lès-Rairies (49), consultées le 28 avril 2013.
  12. « Ouvrage fortifié », notice no IA49009096, base Mérimée, ministère français de la Culture.