Sermaise (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sermaise.

Sermaise
Sermaise (Maine-et-Loire)
L'église Saint-Hilaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Angers-6
Intercommunalité C.C. Anjou Loir et Sarthe
Maire
Mandat
Bernard Lahondès
2014-2020
Code postal 49140
Code commune 49334
Démographie
Gentilé Sarmates
Population
municipale
309 hab. (2015 en diminution de 6,65 % par rapport à 2010)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 31″ nord, 0° 12′ 43″ ouest
Altitude 50 m
Min. 30 m
Max. 70 m
Superficie 7,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Sermaise

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Sermaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sermaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sermaise

Sermaise est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Sarmates, parfois surnommés à tort les Sermaisiens[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Baugeois, Sermaise se situe sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[3], au nord de Saint-Georges-du-Bois, sur la route D 59, Jarzé / Saint-Georges-du-Bois[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

À partir du Ier siècle av. J.-C. les Sarmates formés de quatre tribus nomades majeures (les Lazyges, les Urges, les Roxolans et les Scythes royaux) dominent la steppe européenne. Cavaliers émérites, ils sont à l'origine de la création de la 1re cavalerie lourde du monde avec leurs chevaux recouverts d'armure (les Cataphractes). Inventeurs de l'étrier, hommes et femmes confondus étaient de terribles guerriers, craints et redoutés. Il était d'usage qu'une femme sache se battre ou chasser comme un homme et ne pouvait se marier que si elle avait tué au combat un ennemi, d'où le mythe des amazones. Elles étaient considérées dans la vie ou dans la mort comme leur égal, comme le prouve leurs tombes parées et richement dotées de bijoux et d'armes identiques à celles des hommes.

Battus par l'empereur romain Marc-Aurèle en 175 apr. J.-C., les Sarmates sont soumis à la fédération. Ils ont l'obligation de servir sous les couleurs de Rome pendant 20 ans, avec en contrepartie la possibilité de résider dans l'Empire. Chaque chef de tribu devait donner à l'Empire un de ses fils, noble et de haute lignée, plus un certain nombre de guerriers (8000 rien que pour les Lazyges). 5500 d'entre eux ont servi sur le mur d'Adrien en Grande-Bretagne, et étaient commandés par un "Dux Bellorum". Selon la légende, un certain Arturius et une poignée de fidèles compagnons d'origine Sarmate formeront plus tard les chevaliers de la Table Ronde...

Des forts relais avaient été établis par décret de l'empereur pour protéger la voie romaine "Via Agrippa" (route de Tours) construite en 40 apr. J.-C. Trois des cinq villes, dont la nôtre, portant le nom de Sermaise en France le doivent à ces établissements militaires. Ils avaient l'appellation première de "Sarmatia" ou "fundum" (fondation). Il faut savoir que le nombre de soldats Sarmates envoyés dans ces relais était estimé à environ 500 individus.

Aux environs de l'an 300, le royaume des Sarmates qui s'étendait de la mer Baltique au nord et à la mer Noire au sud a été détruit par les Gohts. Pourchassés par ces derniers, ils font partie des peuples orientaux qui ont pris part aux grandes migrations précédant la chute de l'Empire romain. Venus du Haut Caucase près des bords de la mer Noire, ils se sont naturellement installés sur notre commune aidés en cela par l'implantation militaire précédente et y ont fondé notre village.

Sermaise représente alors la limite de leur implantation orientale en France. Leur arrêt a été conditionné par la rencontre d'autres peuples : les Saxons, les Brittons et surtout les Andégaves (Angers).

Sous Louis XIV, dans certaines familles souches de la commune, on trouvait encore lors de naissances quelques individus aux yeux bridés et au teint mat issus des grandes migrations qui ont accompagné ces nombreux mouvements de population.

Sur les pas de l'histoire[modifier | modifier le code]

Suite à la découverte des litres funéraires (par le maire Bernard Lahondès) de Louis 1er de Beauvau († 1462) et de Jean IV de Beauvau († 1469), avec leurs tenants (fresques peintes aux armoiries de la famille) dans notre église, nous vous présentons l'histoire de cette illustre lignée au service de la maison d'Anjou, avec comme point de départ Pierre 1er de Beauvau, père de Louis et de Jean.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Georges Jayer SE  
2001 mars 2008 Jean-Claude Fouque UMP  
mars 2008 en cours Bernard Lahondès[5] SE puis FN[6]  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Anjou Loir et Sarthe, elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 309 habitants[Note 1], en diminution de 6,65 % par rapport à 2010 (Maine-et-Loire : +3,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
371374382381398431422426428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
433443420374403371385367350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
357355350320341316304284288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
272250217268244227319332300
2015 - - - - - - - -
309--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,3 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 14,5 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 24,4 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 18,8 %).
Pyramide des âges à Sermaise en 2008 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
6,4 
75 à 89 ans
6,9 
8,1 
60 à 74 ans
11,9 
16,9 
45 à 59 ans
16,9 
24,4 
30 à 44 ans
24,4 
16,9 
15 à 29 ans
15,6 
27,3 
0 à 14 ans
24,4 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 18 établissements présents sur la commune à fin 2010, 33 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), aucun du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 50 % de celui du commerce et des services et 11 % du secteur de l'administration et de la santé[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr. Consulté le 26/11/2012.
  2. Gentilé sur le site lion1906.com. Consulté le 26/11/2012.
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 58 à 71 - Données consultables sur WikiAnjou.
  4. IGN et BRGM, Géoportail Sermaise (49), consulté le 11 novembre 2012.
  5. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  6. Ouest-France, Élections départementales. Le maire de Sermaise candidat Front national, article du 16 février 2015.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Sermaise en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2012)
  12. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2012)
  13. Insee, Statistiques locales du territoire de Sermaise (49), consultées le 9 juin 2013.