Monte d'Oro (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monte d'Oro
Image illustrative de l’article Monte d'Oro (navire)
Le Monte d'Oro à L'Île-Rousse en septembre 2021.
Type Navire mixte
Histoire
Chantier naval ACH, Le Havre, Drapeau de la France France (#280)
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut En service
Équipage
Équipage 43 personnes
Caractéristiques techniques
Longueur 145 m
Maître-bau 25,70 m
Tirant d'eau 6,30 m
Tirant d'air 39,40 m
Déplacement 17 953 t
Port en lourd 4 155 tpl
Tonnage 22 070 UMS
Propulsion 4 moteurs Wärtsilä 12V32
Puissance 14 800 kW
Vitesse 20,7 nœuds
Caractéristiques commerciales
Pont 7
Capacité 528 passagers
130 véhicules
114 remorques
Carrière
Armateur SNCM (1991-2016)
MCM (2016-2017)
Corsica Linea (depuis 2017)
Affréteur Maritima Ferries (2016)
La Méridionale (2016)
Corsica Linea (2016-2017)
Pavillon Flag of France (1794–1815, 1830–1958).svg France
Port d'attache Bastia
Indicatif Foxtrot.svg November.svg India.svg Alpha.svg (FNIA)
IMO 8911516
Coût 380 millions de francs

Le Monte d'Oro est un navire mixte de la compagnie française Corsica Linea. Construit entre 1989 et 1991 par les Ateliers et chantiers du Havre (ACH) pour la SNCM, il est nommé d'après le sommet corse Monte d'Oro. Mis en service en sur les lignes entre Marseille et la Corse, il est le premier véritable navire mixte de la SNCM. Transféré en 2016 au sein de la flotte de Corsica Linea à la suite de la liquidation de la SNCM, il navigue toute l'année sur les lignes de la délégation de service public entre Marseille et L'Île-Rousse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1987, il apparaît que la capacité offerte par la flotte de cargos desservant les ports corses de Bastia et Porto-Vecchio est insuffisante malgré l'affectation du Monte Cinto et du Santa Regina de la CMN. Pour pallier la forte croissance du trafic sur la côte orientale de la Corse, et notamment lors de la campagne d'agrumes et de primeurs, la SNCM emploie en complément le roulier Ardèche, dont l’exploitation s'avère déficitaire. Face à cette hausse du trafic, la CMN décide de se doter pour 1989 d'un navire d’occasion destiné à la ligne de Bastia, le Saga Star, qui est rebaptisé Girolata, d’une capacité de roulage de 1 500 mètres linéaires. Cependant, la conférence continent-Corse impose une équivalence des outils navals utilisés par les armateurs. En l'état actuel, la SNCM ne peut aligner que le Monte Cinto. L’acquisition d’un nouveau cargo roulier de capacité supérieure s'impose. Indépendamment du fret, la demande en transport de passagers s'avère être un critère également à prendre en compte.

Destiné à remplacer à l’origine le Monte Rotondo affecté sur Porto-Vecchio, le futur navire doit à minima avoir la même capacité en passagers, à savoir 36 places, destinées aux convoyeurs. Or, ceci apparaît nettement insuffisant pour le port de la deuxième région de Corse en termes de fréquentation touristique (168 000 touristes en 1987). Le succès rencontré par les Monte Cinto et Monte Stello témoigne qu'une capacité d’une centaine de passagers est le minimum requis. Cela permettrait de proposer un départ quotidien vers Bastia hors saison et une capacité sensiblement supérieure en passagers de nuit l'été au départ de Marseille, conformément à la demande de la clientèle. Un navire de 1 500 mètres de roulage et 100 à 500 passagers s'avère donc nécessaire. Ce sont avant tout les caractéristiques « fret » qui vont imposer les dimensions de la coque et la puissance de l'appareil propulsif. De plus, la capacité en passagers étant supérieure à 12, le navire devra répondre aux normes de sécurité de navires à passagers notamment en ce qui concerne la stabilité, imposant la structure de la coque et son compartimentage. Le problème est dès lors de savoir s'il est justifié de porter la capacité passagers à la limite supérieure permise par la spécification du navire. Le projet d'un tel navire constitue en soi une nouveauté pour la direction de la SNCM, car il occasionne une incidence directe sur la gestion de la flotte et sur les résultats d’ensemble de la compagnie.

L'investissement supplémentaire pour un navire à 500 passagers au lieu de 100 est relativement marginal dans le coût de construction (5 % du prix de revient). De plus, cette capacité permettrait une utilisation en été sur Porto-Vecchio, évitant aux passagers 150 kilomètres depuis Bastia. C’est sur la base de ces réflexions que la commission maritime de l’Office des transports de la Région de Corse estime que la solution de 500 passagers semble un compromis raisonnable. C’est le que la SNCM reçoit de la part de son autorité de tutelle l’autorisation de passer commande de son premier cargo mixte. Un appel d’offres international peut alors être lancé. Comme pour les Monte Stello et Monte Cinto, ce sont les Ateliers et chantiers du Havre qui sont retenus. Il prend également le nom d’une montagne corse : le Monte d'Oro, sommet montagneux du massif du Monte Rotondo, en Haute-Corse. Il est le deuxième navire de la compagnie à porter ce nom, le premier étant le cargo Monte d'Oro mis en service en 1970.

Construction[modifier | modifier le code]

Le contrat de construction entre la SNCM et les chantiers des Ateliers et Chantiers du Havre est signé le . Le navire est mis sur cale le et lancé le . Sa construction est un événement pour les chantiers. En effet, outre le fait que cela représente la plus lourde charge jamais supportée par la cale de Graville, ce type de navire constitue une première et inaugure de nouveaux équipements : le ballastage est totalement informatisé, permettant la conservation d’une stabilité optimale en fonction des événements de mer (tempête, ripage de la cargaison). Les étapes du chargement du navire, selon les ponts et les catégories de véhicules, sont visualisées sur écran. les gaz d'échappement sont récupérés, ce qui permet de fournir chauffage et eau chaude à l'ensemble du bâtiment, mais aussi de réchauffer le carburant avant de lancer les moteurs. l’embarquement des voitures se fait d’une manière séparée des camions grâce à une rampe prévue à cet effet. Un système d’automatisation très élaboré, analogue à celui du Danielle Casanova. Son garage est dépourvu d'épontilles où les camions peuvent être embarqués sur trois niveaux (cale, ponts principal et supérieur). À l’origine, le navire devait avoir des cheminées plus basses. Elles ont dû être rehaussées en cours d’études, après essais en soufflerie. Les fumées avaient tendance à être rabattues sur le pont garage supérieur. C’est la raison pour laquelle les cheminées sont finalement surmontées d'un imposant treillis tubulaire. Enfin, autre innovation, après quelques modifications de la C.O.P.A.N.D, le navire peut être mis à la disposition de la Défense nationale dont il est l’une des composantes stratégiques de la flotte de commerce de soutien logistique. C’est ainsi qu’il sera étudié la possibilité d’utiliser le cargo comme navire-hôpital de campagne. Il est également le premier cargo de la compagnie à être immatriculé dans un port corse. Les essais à la mer ont eu lieu les 2 et 3, puis le 6 et le . Le Monte d'Oro est livré à la SNCM le .

Service[modifier | modifier le code]

SNCM (1991-2016)[modifier | modifier le code]

Le , le Monte d’Oro, sous les ordres du commandant Hervé, appareille du Havre à 18h00. Il arrive à Marseille le à 7h00 et accoste au môle J3. Le au matin, le navire accoste à Bastia, salué par trois coups de sirène du Napoléon, au terme de sa première traversée en exploitation commerciale. Le le Monte d’Oro est baptisé à Bastia, à 11h45. La marraine du navire est Mme Piazza-Alessandrini, épouse du Président de l’Office des Transports de la Région Corse.

Après une première traversée le entre Porto-Vecchio et Livourne, une réception est organisée à bord le , lors de l’escale à Porto-Vecchio afin d’inaugurer cette nouvelle ligne de la filiale Corsica Marittima. Un cocktail est donné sur la passerelle, en présence d’une quarantaine de personnes dont Jean-Paul de Rocca Serra, président de l'Assemblée de Corse. Une journée « portes ouvertes » se déroule l’après-midi à l'intention de la population. Le à Porto-Vecchio, le commandant Prunier-Duparge et l'état-major du Monte d'Oro remettent un chèque de 10 000 francs aux représentants de la Société nationale de sauvetage en mer. Cette vente est le résultat des bénéfices de la vente d'un pin's à l'effigie du Monte d'Oro. Lors de cette cérémonie où étaient présents tout l'équipage du navire et diverses personnalités, l'état-major a reçu le pavillon de la SNSM, le livre retraçant l’histoire des sauveteurs en mer et une médaille qui orne désormais la passerelle du cargo mixte. Le , le navire participe à un exercice de transbordement d’engins blindés dans la rade de Marseille avec un bâtiment militaire, l’opération « Bec à Bec ». C’est une manœuvre inédite pour vérifier que cette opération était possible en mer.

Le , le navire est victime d'un incendie au niveau de la salle des machines lors d'une traversée entre Marseille et Porto-Vecchio. Il est immobilisé puis réparé à Marseille.

Durant son arrêt technique au mois de , le Monte d'Oro est repeint aux nouvelles couleurs de la SNCM, la marque commerciale « Ferryterranée » disparaît et la coque noire est repeinte en bleu.

alternative textuelle
Le Monte d'Oro sous les couleurs de la SNCM dans le port de L'Île-Rousse.

En 2009, le navire est transféré sur la ligne de L'Île-Rousse à l'occasion du retrait du Monte Cinto.

Le , un incendie se déclare dans la salle des machines alors que le cargo est à quai à Nice. Si le sinistre est rapidement maîtrisé, celui-ci conduit à l'annulation de la traversée que devait effectuer le navire vers L'Île-Rousse. Les 300 passagers sont alors redirigés vers Marseille afin d'embarquer à bord du Danielle Casanova qui les acheminera à leur destination. Le Monte d'Oro reprend ses traversées le après avoir été réparé[1],

Les 8 et , le Monte d'Oro effectue les dernières escales, respectivement à Toulon et Nice, d'un navire de la SNCM avant que la compagnie ne décide de fermer les lignes au départ de ces ports, jugées déficitaires.

Le au matin, le Monte d'Oro arrive à Marseille, de retour de son arrêt technique aux chantiers Menzel Bourghiba de Bizerte. Au vu de la reprise des actifs de la SNCM par le groupe Rocca, le navire est alors vierge de toute marque commerciale.

Corsica Linea (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Le , le Monte d'Oro est transféré à la Maritime Corse Méditerranée, nouvelle entité succédant à la SNCM à la suite de sa reprise par l'homme d'affaires corse Patrick Rocca. Le navire intègre finalement le groupe Corsica Linea à la suite du rachat des parts de Patrick Rocca par le consortium Corsica Maritima. Bien que la nouvelle identité de la compagnie se traduise par des couleurs rouges et blanches, le Monte d'Oro conserve sa livrée bleue.

Le Monte d'Oro à L'Île-Rousse sous les couleurs de Corsica Linea.

Le 1er mai entre L'Île-Rousse et Marseille, le cargo participe aux opérations de sauvetage d'un voilier par mauvais temps, conjointement avec la SNSM.

Le , le navire est affrété par La Méridionale jusqu'au afin de satisfaire les exigences du Conseil européen en ce qui concerne la discontinuité juridique imposée au repreneur.

Le , Corsica Linea accepte de vendre à la Collectivité territoriale de Corse ses deux plus vieux navires mixtes, le Paglia Orba et le Monte d'Oro, pour la somme de 10 millions d'euros, en vue de la création de deux SEMOP, l'une desservant les principaux ports de l'île (Ajaccio et Bastia), l'autre les ports secondaires (Porto-Vecchio, L'Île-Rousse et Propriano). Conformément au plan de la CTC, ces nouvelles compagnies régionales étaient censées démarrer leurs activités aux alentours de 2019, cependant, la vente des deux navires est finalement annulée en .

Le , un problème technique au niveau des portes rampes entraîne l'annulation de deux traversées vers L'Île-Rousse.

Lors de son arrêt technique du au , le navire est repeint aux couleurs de Corsica Linea et la décoration de ses aménagements intérieurs ainsi que ses machines sont modernisées pour un coût total de 2,5 millions d'euros. Le navire réalise son premier voyage sous ses nouvelles couleurs le à destination de L'Île-Rousse, où il arrive le lendemain sous petit pavois. Une réception est organisée à bord en présence du directeur général de la compagnie, Pierre-Antoine Villanova, d'élus et de représentants de la CCI de Haute-Corse ainsi que d'usagers[2].

Au cours du mois d', le Monte d'Oro achemine à plusieurs reprises des véhicules de location entre Marseille et Bastia. C'est dans ce cadre que le navire escale pour la première fois à Port-Vendres en Occitanie le . Il y fera régulièrement escale par la suite durant les basses saisons.

Au retour de son arrêt technique effectué à Bizerte au mois de novembre 2019, il est affecté sur la ligne d'Ajaccio en remplacement du Paglia Orba déplacé sur Bastia en raison de modifications de dernière minute du plan de flotte et de l'indisponibilité des autres navires mixtes en arrêt technique. Les traversées sur L'Île-Rousse sont assurées à cette période par le Danielle Casanova. Le Monte d'Oro touche toutefois le port deux fois par mois pour le transport des matières dangereuses.

Son exploitation est toutefois perturbée en janvier 2020 en raison d'un mouvement social des syndicats des marins de La Méridionale, entraînant le blocage de certains navires de Corsica Linea à Marseille. Le Monte d'Oro est alors dérouté sur Toulon le 11 janvier ou il accoste dans la matinée. Il est par la suite immobilisé à La Seyne-sur-Mer jusqu'au 13 janvier avant de partir pour Nice afin d'embarquer 75 remorques à destination de L'Île-Rousse[3]. Immobilisé pour toute la durée du conflit, il reprend son service le 31 janvier.

Dans la matinée du 24 juillet, alors que le navire accoste au port de L'Île-Rousse, un des câbles de la rampe principale cède durant l'ouverture de celle-ci. Devant l'impossibilité de refermer la rampe, la traversée qu'il devait effectuer vers Marseille est annulée. Le Monte d'Oro parvient toutefois à reprendre la mer le 25 juillet après que la porte ait été refermée à l'aide d'une grue. Arrivé à Marseille le lendemain, il est ensuite immobilisé pour réparations jusqu'au 11 août.

Transport de matières dangereuses[modifier | modifier le code]

Depuis son transfert sur la ligne de L'Île-Rousse en 2009, le Monte d'Oro assure par voie de conséquence le transport des matières dangereuses vers et de la Corse. En effet, ce port de Balagne est le seul port corse habilité au débarquement de ce type de chargement, car considéré éloigné du centre-ville. Cela exige des mesures particulières et draconiennes, afin que la sécurité du navire et de son équipage soit préservée. Ainsi, il est exigé qu’il y ait moins de 45 passagers à son bord et dans le cas de transport de produits de classe 1, des explosifs, les traversées ne sont pas ouvertes à la vente ; les engins de transport des produits de classe 1 sont arrimés et en pontée découverte ; l’embarquement a lieu sur des quais spécialement dévolus, sur le port de Marseille. Lors du transit, qui doit s’effectuer impérativement de jour, tous les établissements publics situés à moins de 150 m du quai doivent fermer le temps des opérations ; aucun passager ni véhicule ne doivent se trouver dans l’enceinte portuaire. Le navire effectue deux fois par mois ce type de rotation, pour la plus grande majorité dans le sens continent - Corse, il peut parfois dans le sens inverse transporter des munitions de la base de Solenzara par exemple. Le transport de produits continent - Corse concerne également l'oxygène liquide, destinés aux hôpitaux de l'île qui en sont de gros consommateurs, et qui est par conséquent considéré comme prioritaire. Il est également à noter que ces transports particuliers ne s'effectuent qu'en dehors de la période allant du 1er juin au afin de ne pas perturber le trafic estival.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Locaux communs[modifier | modifier le code]

Le Monte d'Oro propose à ses passagers des installations classiques. Parmi lesquelles on compte un bar-salon situé à la poupe sur le pont 6, et un restaurant également situé à la poupe sur le pont 5. À l'occasion de la reprise du navire par Corsica Linea, la décoration intérieure des locaux a été modernisé lors d'un arrêt technique à la fin de l'année 2017.

Cabines[modifier | modifier le code]

Le Monte d'Oro dispose de 203 cabines privatives situées sur les ponts 4 et 5. Elles peuvent loger de deux jusqu'à quatre personnes et 129 d'entre sont pourvues de sanitaires complets comprenant douche, WC et lavabo.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Monte d'Oro mesure 145 mètres de long pour 25,70 mètres de large, son tirant d'eau est de 6,30 mètres et sa jauge brute est de 22 070 UMS. Le navire peut embarquer 528 passagers et possède un garage de 1 615 mètres linéaires de roll pouvant également contenir 130 véhicules et accessible par deux portes-rampes arrières, l'une de 17,10 m de large pour camions et l'autre de 2,70m de large pour voitures. Il est entièrement climatisé. Il possède 4 moteurs Diesel semi-rapides Crepelle/Wärstilä Vasa 12 V 32, 12 cylindres en V développant une capacité de 14 800 kW entraînant 2 hélices Ka Me Wa à pas variables, entraînées chacune par deux moteurs par l’intermédiaire d’un réducteur-jumeleur Citroën-Messian-Durand, faisant filer le bâtiment à plus de 20,7 nœuds. Le navire mixte est en outre doté d'un propulseur d’étrave Ka Me Wa de 1 200 kW et d'un stabilisateur anti-roulis à deux ailerons rétractables ACH. Le navire est pourvu de quatre embarcations de sauvetages fermées de grande taille, complétées par deux embarcations de taille moyenne, une embarcation semi-rigide ainsi que de nombreux radeaux de survie.

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

À sa mise en service en 1991, le Monte d'Oro est principalement exploité sur la ligne Marseille - Bastia et secondairement sur la ligne Marseille - Porto-Vecchio en traversée de nuit.

À partir de 1992, le cargo mixte est positionné, en plus de son affectation principale, sur la ligne Porto-Vecchio - Livourne de la filiale Corsica Marittima.

En 1994, remplacé sur la ligne de Bastia par le Paglia Orba, le Monte d'Oro est déplacé toute l'année sur la desserte de Porto-Vecchio.

En 2009, le navire remplace le Monte Cinto sur les lignes Marseille - L'Île-Rousse et Nice - L'Île-Rousse.

Fin 2014, le Monte d'Oro assure une traversée entre Toulon et L'Île-Rousse chaque dimanche jusqu'à l'interruption des lignes au départ de Toulon et Nice, en .

À partir de 2015, le Monte d'Oro, entre-temps transféré au sein de Corsica Linea, est affecté exclusivement à la ligne Marseille - L'Île-Rousse qu’il dessert de nuit, toute l’année, chaque lundi, mercredi et vendredi. Depuis 2018, il effectue chaque week-end, en haute saison, une traversée supplémentaire sur cet axe avec une cadence accélérée (départ de nuit et retour de jour ou inversement selon périodes). En basse et moyenne saison, il est parfois utilisé pour transporter des marchandises ou des véhicules neufs vers Bastia et Ajaccio, mais aussi Port-Vendres, en Occitanie. Il lui arrivait également de desservir la ligne Marseille - Propriano lorsque le Kalliste de La Méridionale était en arrêt technique avant que le contrat entre les deux armateurs ne soit rompu fin 2019.

Malgré les modifications du cahier des charges de la nouvelle délégation de service public attribuée à Corsica Linea le , le navire conserve son affectation vers L'Île-Rousse ainsi que sa fréquence habituelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, 20 juillet 2014
  2. « L'Ile-Rousse : Réception à bord du Monte d'Oro "relooké" », sur Corse Net Infos - Pure player corse (consulté le ).
  3. La rédaction, « Une escale exceptionnelle pour le ferrie "Monte d'Oro" à Nice », sur Nice-Matin (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]