Mircea Cărtărescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mircea Cărtărescu
Description de cette image, également commentée ci-après

Mircea Cărtărescu en 2003

Naissance (60 ans)
Bucarest, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Roumain
Mouvement postmodernisme
Genres

Œuvres principales

La trilogie « Orbitor »

Mircea Cărtărescu, né le à Bucarest, est un écrivain et un poète roumain.

Critique et théoricien littéraire, il est un éminent représentant de la génération des années 1980 reconnu en Roumanie et internationalement[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mircea Cărtărescu naît le à Bucarest. Il va à l'école primaire de 1963 à 1971, puis il continue ses études au lycée Dimitrie Cantemir toujours dans sa ville natale. De 1976 à 1980, il étudie à la faculté des langue et littérature roumaine de l'Université de Bucarest[2],[3]. En 1980, il soutient son mémoire de licence sur l'imaginaire dans la poésie posthume d'Eminescu, qui se transforma en un volume de poésie, Visul chimeric [Le Rêve chimérique] réédité en 2011. Il obtient son doctorat en littérature roumaine en 1999, avec une thèse sur Le postmodernisme roumain, sous la direction du professeur Paul Cornea. Sa thèse de six cent pages est publiée la même année, par la maison d'édition Humanitas.

À la fin de ses études, entre 1980 et 1989, il est également professeur de langue et littérature roumaines, puis il occupe des fonctions administratives à l'Union des écrivains de Roumanie, et de rédacteur au magazine Caiete Critice (Feuilles critiques).

En 2004, il devient professeur des universités à la Faculté des lettres de Bucarest, spécialité Histoire de la littérature roumaine. Il vit en partie à Bucarest et en partie en Allemagne, où il enseigne à l'université de Stuttgart. Il est aussi collaborateur régulier de la presse écrite roumaine et, en critique littéraire actif, il contribue de façon significative au débat sur le renouveau de la littérature roumaine[4].

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Il débute en 1978, en publiant des poésies dans le magazine România Literară. Cărtărescu est initialement un poète, mais c'est par ses romans qu'il se fait connaître du grand public. Bucarest est omniprésente dans son œuvre[5], au point d'en devenir un personnage à part entière. Dans un entretien accordé au journaliste Mirel Bran, l'écrivain déclare : "Pour moi, Bucarest ressemble à un boyard des Balkans par son mélange de générosité, de tendresse et d'hystérie. Après notre histoire d'amour, aujourd'hui je suis déçu. Entre moi et Bucarest souffle un vent froid"[6].


Son livre Pourquoi nous aimons les femmes lui apporte le succès. Il déclare alors que cela n'est plus un livre et qu'il a rejoint le domaine de la fantasmagorie sociale.

Orbitor est un roman en trois parties, Orbitor, L'Œil en feu, l'Aile Tatouée[7], qui constitue une des œuvres majeures de Mircea Cărtărescu. Thomas Pynchon, auteur que Mircea Cărtărescu connaît bien, aurait inspiré ce travail littéraire sous le signe du « laxisme désordonné, exaspérant », selon les termes employés par le Roumain dans son Journal[8].

On peut résumer l’univers de Mircea Cărtărescu en ces termes : « émergeant des abîmes de l’inconscient, souvenirs d’enfance, rêves érotiques et visions cosmiques sont pour le poète autant d’instruments d’investigation destinés à forcer les limites de la connaissance rationnelle et à initier le moi aux secrets du monde »[9].

En 2007, paraît en France le roman graphique en noir et blanc Travesti, d'Edmond Baudoin, d'après l'œuvre éponyme de Mircea Cărtărescu [10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Selon la liste établie par la maison d'édition Humanitas, considérée comme "le Gallimard roumain"[11].

  • Faruri, vitrine, fotografii...[Feux, vitrines, photographies], 1980
  • Poeme de amor [Poèmes d'amour], 1983
  • Totul [Tout], 1985
  • Visul (Le Rêve), 1989
  • Levantul (Le Levant), 1990
  • Visul chimeric [Le Rêve chimérique], 1991
  • Nostalgia [La Nostalgie], 1993
  • Dragostea. Poeme (1984-1987) [L'Amour, poèmes], 1994
  • Travesti, 1994
  • Orbitor. Aripa stângă (Orbitor), 1996
  • Postmodernismul românesc [Le postmodernisme roumain], 1999
  • Jurnal I, 1990-1996 [Journal I, 1990-1996], 2001
  • Orbitor. Corpul (L'Œil en feu), 2002
  • Enciclopedia zmeilor (L'Encyclopédie des Zmeï)[12], 2002
  • Pururi tânăr, înfășurat în pixeli [Éternellement jeune, enveloppé de pixels], 2003
  • Plurivers, volumes I et II, [Polystiches], anthologie avec une postface de Paul Cernat, 2003
  • 50 de sonete de Mircea Cărtărescu cu cincizeci de desene de Tudor Jebeleanu [50 sonnets avec 50 dessins de Tudor Jebeleanu], 2003
  • De ce iubim femeile (Pourquoi nous aimons les femmes), 2004
  • Jurnal II, 1997-2003 [Journal II, 1997-2003], 2005
  • Baroane! [Baron !], 2005
  • Orbitor. Aripa dreaptă (L'Aile tatouée), 2007
  • Dublu album [Double album], 2009
  • Nimic. Poeme (1988-1992) [Rien. Poèmes], 2010
  • Frumoasele străine (Les Belles Étrangères), 2010
  • Zen. Jurnal 2004-2010 [Zen, journal 2004-2010], 2011
  • Ochiul căprui al dragostei noastre [L'Œil brun de notre amour], 2012
  • Fata de la marginea vieții, povestiri alese [La Fille au bord de la vie, contes choisis], 2014
  • Poezia [La Poésie], 2015
  • Solenoid (Solénoïde), 2015

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Le rêve (Visul), trad. Hélène Lenz, Éd Climats, 1992, (ISBN 2-907563-55-6).
  • Lulu, Éd Austral, 1995, (ISBN 978-2841120154).
  • Orbitor (Aripa Stângă), trad. Alain Paruit, Denoël, coll. Denoël & d'Ailleurs, 1999, (ISBN 2-207-24903-4); coll. Folio Science-Fiction no 90, 2002, (ISBN 2-07-042265-8).
  • L'Œil en feu (Orbitor II, Corpul), trad. Alain Paruit, Denöel, coll. Denoël & d'Ailleurs, 2005, (ISBN 2-207-25468-2).
  • A lovely little princess[13], extrait d'une nouvelle de Pourquoi nous aimons les femmes (De ce iubim femeile), dans Douze écrivains roumains, Les belles étrangères, 2005, p. 61
  • Pourquoi nous aimons les femmes (De ce iubim femeile), recueil de nouvelles, trad. Laure Hinckel, Denöel, coll. Denoël & d'Ailleurs, 2008 (ISBN 978-2207259580).
  • L'Aile tatouée, trad. Laure Hinckel, Denöel, coll. Denoël & d'Ailleurs, 2009, (ISBN 978-2207260647).
  • Le Levant, trad. Nicolas Cavaillès, lauréat du Prix Goncourt de la nouvelle en 2014, P.O.L, coll. Fiction, 2014 (ISBN 978-2818019894).

Prix[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Mircea Cărtărescu a été accusé de plagiat par le journaliste Victor Roncea [15]pour l'utilisation d'un passage de Tristram Shandy de Laurence Sterne.

La même accusation a été faite par Virgile Diaconu dans le magazine Actualitatea literară [l'Actualité littéraire], 17 mars 2014[16] et par Theodor Codreanu [17].

Mircea Cărtărescu s'est défendu[18], en indiquant qu'il s'agit d'une allusion littéraire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Center for the Study of Europe, le 2 novembre 2013, European Voices: A Reading and Conversation with Romanian Author Mircea Cărtărescu
  2. Romania on line, Mircea Cartarescu, University Lecturer, Writer, Essayist and Literary Critic, Sa vie, son œuvre
  3. The Columbia Guide to Literatures of Eastern Europe Since 1945, Harold B. Segel, Columbia University Press, New York, 2003, p. 103-104, Cârtàrescu, Mircea
  4. Mircea Cărtărescu, Samuel Fischer, Gastprofessur für Literatur, Guests of Honour, Mircea Cărtărescu
  5. Dominique Fernandez, Rhapsodie roumaine, avec photographies de Ferrante Ferranti, Bernard Grasset, Paris, 1998, p. 157
  6. Mirel Bran, Bucarest, le dégel (avec des photos de Franck Hamel), éditions Autrement, Paris, 2006, p. 139
  7. http://evene.lefigaro.fr/livres/livre/mircea-cartarescu-l-aile-tatouee-41041.php
  8. Orbitor Mircea Cărtărescu, Denis Wetterwald, in L’Atelier du roman N° 64, Flammarion, 2010, p. 54
  9. Andreia Roman / Cécile Folschweiler, Literatura Româna Littérature roumaine Tome IV Depuis 1945, p. 347, Paris, Non Lieu, 2013, ISBN 978-2-35270-152-1.
  10. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=1016&SRT=RLV&TRM=Travesti+Edmond+Baudoin
  11. Mirel Bran, "Des écrivains roumains boycottent le Salon du livre", in: Le Monde, 22.03.2013.
  12. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=1016&SRT=RLV&TRM=mircea+cartarescu%2C+zmeilor
  13. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=23/TTL=1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=1016&SRT=RLV&TRM=douze+%C3%A9crivains+roumains
  14. Mircea Cărtărescu – laureat al Premiului de stat al Austriei pentru literatură europeană pe 2015 - Numarul 769 - Aprilie - 2015 - Arhiva - Observatorcultural.ro
  15. Oglinda literară, nr. 161, mai 2015, pag. 10850
  16. [1]
  17. Convorbiri literare du 23 décembre 2013
  18. România Literară (La Roumanie littéraire) du 12 février 1981

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]