Menoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Menoux
Menoux
Commune de Menoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Port-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Saône
Maire
Mandat
Yves Garret
2014-2020
Code postal 70160
Code commune 70341
Démographie
Population
municipale
308 hab. (2015 en augmentation de 6,94 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 35″ nord, 6° 06′ 14″ est
Altitude Min. 217 m
Max. 335 m
Superficie 14,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Menoux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Menoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menoux

Menoux est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Manaoriens et les Manaoriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Remy Rose des vents
Senoncourt
Amance
N Cubry-lès-Faverney
O    Menoux    E
S
Faverney Mersuay

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La première citation écrite du village de Menoux date du VIIIe siècle « villa manaore », lieu où les deux pèlerins aquitains, Berthaire et Athalein, membres de l'entourage du duc de Waifre, reçurent l'hospitalité le 5 juillet 766 chez le nommé Servat (qui avait une bien mauvaise réputation), après qu'Agenulfe son valet et rabatteur ait détourné les deux pèlerins de leur chemin vers Rome. Le lendemain 6 juillet deux corps sans têtes était retrouvés près du chemin qui menait à l'époque du village de Menoux au village de Rosières, lieu où ils devaient se rendre à l'invitation de Bobblia, mère de Servat. Un pêcheur du village voisin de Bourguignon-lès-Conflans retrouva dans ses filets dans la rivière la Lanterne les têtes martyres. L'abbesse de Faverney Gude enquêta, retrouva les meurtriers Agenulfe et Servat, puis fit édifier une chapelle sur le lieu du martyre. Ce lieu, Saint-Berthaire, est proche de Menoux sur la commune de Saint-Rémy.

Le culte des reliques des martyrs Berthaire et Athalein fut transféré au Xe siècle à Bleurville, dans l'actuel département des Vosges, et donna lieu à la fondation d'une abbaye bénédictine dans la première moitié du XIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Menoux fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1806 du canton d'Amance[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Port-sur-Saône.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Saône jolie, créée en 1992.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[2] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyant d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, les communautés de communes :
- Agir ensemble ;
- de la Saône jolie ;
- des six villages ;
et les communes isolées de Bourguignon-lès-Conflans, Breurey-lès-Faverney et Vilory ont été regroupées pour former le la communauté de communes Terres de Saône, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 22 août 2016)
Yves Garret   Retraité du Trésor Public puis Secrétaire de mairie
Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune de Menoux comptait 308 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
534539576700700693650686689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
561552550568566513492452427
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417407386313297276271272239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
222240233239208229260288308
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Julien.
  • Église Saint-Julien, XVe et XVIIIe siècles, lieu de sépulture de Nicolas Aubry, curé du miracle de Faverney, 1608.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Agenulfe et Servat, meurtriers vers 766, de deux pèlerins aquitains, Berthaire et Athalin traversant toute la France par Tours, Orléans en direction de Luxeuil pour aller à Rome.
  • Nicolas Aubry, né vers 1553, ce simple curé de campagne, réputé boiteux et laid, mourut en 1617 à Menoux où il fut le curé pendant près de 18 ans. Il est avec Simon Raison, laboureur et Gaspard Briod, eux aussi de Menoux un des témoins privilégiés du miracle eucharistique de Faverney de 1608. « C’est le curé Aubry qui a fait descendre la Sainte Hostie » rappelle encore le dicton populaire.
Après trente trois heures de sustentation, les Hosties miraculeuses de Faverney retrouvèrent la terre ferme après l'élévation à l'hostie du curé Aubry de Menoux.
Après le congrès du tricentenaire du miracle de Faverney en 1908, sa sépulture fut retrouvée, 291 ans après la mort de ce témoin du miracle dans l'église de Menoux par Pierre-Louis Eberlé, curé d'Amance.
Redécouverte dans le chœur de l'église, sa sépulture retrouva ensuite l'endroit où avait été déplacée sa pierre tombale. Une croix noire sur cette pierre permet de visualiser la tombe de Nicolas Aubry dans l'église de Menoux.
  • Maître Claude-Ferdinand Doyen, notaire royal et fermier des terres et seigneurie de Bourguignon les Conflaüs, procureur fiscal à Menoux et greffier en la justice dans la même ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Menoux 70.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D’azur aux deux sceptres d’or passés en sautoir.

Menoux dans la littérature[modifier | modifier le code]

Menoux constitue le lieu central du roman M&mnoux, de Lionel Labosse (Publibook, 2018), livre qui raconte de façon romancée l'histoire de ce village au cours du XXe siècle.[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  3. « Les maires de Menoux », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 6 septembre 2016).
  4. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  5. « Yves Garret réélu maire », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Culture & questions qui font débat