Massif de la Maladeta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massif de la Maladeta
Localisation sur la carte des Pyrénées
Géographie
Altitude 3 404 m, Aneto[1]
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté Aragon
Province Huesca

Le massif de la Maladeta est le plus haut massif et le premier massif glaciaire des Pyrénées. Il se situe en Espagne dans la province de Huesca (Aragon).

D'après Norbert Casteret, la source principale de la Garonne se trouve dans le massif de la Maladeta, en Aragon, où elle s'engouffre au Forau dels Aigualluts appelé par les Français Trou du Toro pour rejoindre sa vallée par une résurgence aux Uelhs de Joeu. Pour les Aranais, la véritable source, l'Uelh dera Garona, se situe au Plã de Béret à proximité du port de la Bonaigua. Cette branche est en effet plus longue que le parcours antérieur et son débit plus important.

Vue de la face nord en été du massif depuis le pic de Sauvegarde.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Maladeta était connu au début du XVIIIe siècle[2] et la légende de la malédiction était déjà très prégnante[3].

Les dernières études en date (publiées en 1989 et 2009) indiquent un vocable aragonais, incertainement rattaché au latin maledicta (« maudite ») mais l'association de la racine préindoeuropéenne (et précelte) Mal (« mont rocheux élevé ») à la racine dicta (avancée par P. Fouché et A. Dauzat) reste douteuse[4],[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le massif fait partie de la comarque de la Ribagorce

Topographie[modifier | modifier le code]

Pic d'Albe entre 1859 et 1910 (photo d'Eugène Trutat)
Le massif de la Maladeta et le port de Vénasque au milieu du XIXe siècle par Joseph Latour.

Le massif de la Maladeta est composée des pics suivants:

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Luchon - Massif de la Maladetta vue prise à la tusse de Bargas pano par Eugène Trutat. Document conservé au Muséum de Toulouse

Ascensions et randonnées[modifier | modifier le code]

Côté espagnol, on y accède par le refuge de la Rencluse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Liste des 3000 pyrénéens
  2. Carte générale des Monts Pyrénées dite Carte de Roussel 1716-1719 indiquant « Montagne de Maladete » ; Jean Escudier, L'Aneto et les hommes, MonHélios, 2012, page 6
  3. Jean Escudier, op. cit., page 8
  4. Robert Aymard (membre de la Société française onomastique), Toponymes des Trois Mille", chez l'auteur, 1989, page 37
  5. Robert Aymard (membre de la Société française onomastique), Toponymes pyrénéens, Lacour, 2009 (ISBN 9782750424305), page 328

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]