Massif du Néouvielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant les Hautes-Pyrénées image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant la montagne, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Massif du Néouvielle
Carte de la zone de la réserve du Néouvielle
Carte de la zone de la réserve du Néouvielle
Géographie
Altitude 3 192 m, Pic Long[1]
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Géologie
Roches Granite

Le massif du Néouvielle est situé dans les Pyrénées françaises ; il fait partie de la réserve naturelle du Néouvielle (2 300 ha), qui touche le parc national des Pyrénées.

Étymologie[modifier | modifier le code]

nèu vielha (occitan), de nèu, neige et vielha, vieille, ancienne. Les versants nord et ouest du Néouvielle comportaient trois petits glaciers maintenant presque disparus et des névés. La montagne de Nèu Bielhe est un quartier de pâturages d'altitude de Betpouey, dans la vallée de Barèges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les lacs d’origine glaciaire du massif du Néouvielle (lac d'Aubert, lac d'Aumar, lac de Cap-de-long, lac d'Orédon, lac de l'Oule, etc.) furent surélevés à partir de la fin du XIXe siècle, puis réaménagés récemment, et fournissent l’eau au piémont ainsi que l’énergie électrique.

La route des lacs, ouverte en 1972, permet de monter jusqu’à 2 200 mètres d'altitude, sur les rives des lacs d'Aumar et d'Aubert. Il avait été envisagé de prolonger cette route jusqu'à Barèges, rejoignant la route montant au col du Tourmalet au niveau de pont de la Gaubie, traversant ainsi le massif du Néouvielle[2]. Cependant, depuis 1994, et la création de la réserve naturelle du Néouvielle, l'accès des véhicules à moteur est restreint à partir du lac d'Orédon, afin de préserver le milieu naturel[3]. De jour, en période estivale, seuls des bus permettent l'accès motorisé aux lacs en amont[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Vue du col de Madamète sur les lacs d'Aumar et d'Aubert dans le massif du Néouvielle. En second plan, de droite à gauche, le Pic de Campbieil, le massif des Halharisès, le chaînon Pic d'Estaragne, Pic Méchant, Pic de Bugatet. En arrière-plan, de droite à gauche, le Pic d'Aret (vallée d'Aure) et le massif des Gourgs-Blancs (massifs de Luchon et du Louron)

Ils sont répartis en deux groupes :

Groupe du Néouvielle[modifier | modifier le code]

Massif granitique façonné par les glaciers : c'est un système d'arêtes convergeant vers les sommets du Néouvielle ou du Pic des Trois conseillers, délimitant d'anciens cirques glaciaires.

Groupe Pic Long-Campbieil[modifier | modifier le code]

Ce groupe ne fait pas partie, à proprement parler, du massif du Néouvielle. Il en diffère par la géologie et la structure du terrain. Il est situé en dehors de la réserve naturelle du Néouvielle.

Géologie[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle nationale du Néouvielle est située presque entièrement sur un pluton formé de granite calco-alcalin à biotite, mis en place au Carbonifère, il y a 300 millions d’années, à l'occasion d'une intrusion magmatique. Les phases de soulèvement et d’érosion ont ébauché les cols et les brèches dans les régions de fractures du granite. Cependant c’est durant la phase de glaciation du quaternaire, il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, que le paysage actuel s’est véritablement formé. En effet, la glace a permis la déformation du granite en cirques, ainsi que la formation de lacs et de moraines[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le massif du Néouvielle est situé à l’abri de crêtes partant du pic de la Munia jusqu'à l'Arbizon. De plus, l’exposition générale de celui-ci est orienté au sud, la résultante de ces caractéristiques attribuant au massif du Néouvielle un micro climat plus chaud et plus sec, permettant le relèvement des limites de la vie.

Environnement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réserve naturelle du Néouvielle.

Avec son climat avantageux, le massif de Néouvielle décroche plusieurs records en termes de limites de la vie avec l'altitude. Ainsi on retrouve la plus haute forêt d'Europe de pins à crochets, pinus mugo, à 2 600 mètres, le digitale pourpre, digitalis purpurea, jusqu'à 1 815 mètres d’altitude sur les berges du lac de l'Oule et le crapaud accoucheur, alytes obstetricans, vit jusqu’à 2 400 mètres. Ce dernier reste têtard pendant près de dix ans.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Les randonnées sont nombreuses dans le massif du Néouvielle. Faire une boucle autour du Néouvielle est une façon sans égale de découvrir le massif, en dormant dans les refuges de la Glère 2 150 m, d'Orédon 1 852 m, Bastan 2 215 m et Campana 2 225 m.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Géoportail
  2. « La route des lacs et du Néouvielle », Pyrénées : organe officiel du Musée pyrénéen du Château-fort de Lourdes, de la Fédération franco-espagnole des sociétés pyrénéistes, du G.P.H.M., Société des amis du Musée pyrénéen,‎ , p. 133-136 (lire en ligne)
  3. France. « Décret n°94-192 du 4 mars 1994 portant création de la réserve naturelle du Néouvielle (Hautes-Pyrénées) », art. 19 [lire en ligne]
  4. France, Hautes-Pyrénées. « Arrêté permanent portant réglementation, à titre dérogatoire, du stationnement et de la circulation des véhicules à moteurs sur la route départementale n°177 dans la Réserve Naturelle du Néouvielle », 2012178-0003 [lire en ligne]
  5. Réserve naturelle du Néouvielle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]