Thomas III de Piémont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas III de Savoie[1] ou de Piémont, mort le 16 mai 1282, est seigneur de Piémont de 1259 à 1282. Il est le fils de Thomas II, seigneur de Piémont, et de Béatrice Fieschi. Il est à l'origine de la branche cadette des Savoie-Achaïe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thomas (Tomasino) est le fils de Thomas II, apanagé en Piémont[2],[3]. Il lui succède à la tête du Piémont[3].

Son oncle, le comte Pierre II de Savoie, dans ses différents testaments, le met comme héritier avec ses frères, Amédée et Louis, au cas où son frère Philippe n'ait pas d'enfant[4],[5],[6]. Philippe Ier devient comte en 1268. Il impose son second neveu, Amédée, comte de Flandre, comme son successeur à la tête du comté de Savoie, écartant par la même de Thomas[7], renonçant ainsi à la tradition humbertienne de la primogéniture mâle.

Entre 1259-1282 (v.1270 ?), en compagnie de sa mère, il octroie une charte de franchises au bourg de Saint-Genix-sur-Guiers[8].

Famille[modifier | modifier le code]

Thomas de Savoie épouse en mai 1274 Guyonne de Châlon († 1316), fille d'Hugues III de Châlon, comte palatin de Bourgogne, et d'Adélaïde d'Andechs. Ils eurent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie ou Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie justifiée par titres, fondations de monastères, manuscrits, anciens monumens, histoires, et autres preuves authentiques, chez Jean-Michel Briolo, 1660, p. 348 (Lire en ligne) et pp. 309-310 « Table XVIII. Extraction de Béatrix de Genève, comtesse de Savoie », Lire en ligne.
  2. (en) Eugene L. Cox, The Eagles of Savoy : The House of Savoy in Thirteenth-Century Europe, Princeton University Press (réimpr. 2015) (1re éd. 1974), 512 p. (ISBN 978-1-40086-791-2, lire en ligne), p. 382. .
  3. a et b Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-877-47804-5, lire en ligne), p. 44.
  4. Testament de février 1234, à l'occasion de ses fiançailles avec Agnès de Faucigny (REG 0/0/1/664) ; testament du (REG 0/0/1/871) ; testament de septembre 1264 (REG 0/0/1/979), dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) ou Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne).
  5. Laurent Ripart, « Non est consuetum in comitatu Sabaudie quod filia succedit patri in comitatu et possessione comitatus Genèse de la coutume savoyarde de l’exclusion des filles », dans Pierre II de Savoie (+ 1268). Le "Petit Charlemagne", Lausanne, Fondation Humbert et Marie José de Savoie et Université de Lausanne, , 444 p. (ISBN 2-940110-40-9, lire en ligne), p. 295-331.
  6. Bernard Andenmatten, « Contraintes lignagères et parcours individuel : les testaments de Pierre II de Savoie », dans Pierre II de Savoie (+ 1268). Le "Petit Charlemagne", Lausanne, Fondation Humbert et Marie José de Savoie et Université de Lausanne, , 444 p. (ISBN 2-940110-40-9), p. 265-293.
  7. Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe au début du XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-548-3, notice BnF no FRBNF34771817), p. 126.
  8. Ruth Mariotte Löber, Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, Librairie Droz - Académie florimontane, , 266 p. (ISBN 978-2-60004-503-2, lire en ligne), p. 162-163, « Saint-Genix-sur-Guiers ».