Marcelle Ferron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferron.
Marcelle Ferron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Valéda Marcelle Ferron
Nationalité
Drapeau du Canada Canadienne
Activité
Formation
École des Beaux-Arts de Québec
Maître
Mouvement
Fratrie
Distinctions

Marcelle Ferron, née le à Louiseville et décédée le à Montréal, est une artiste–peintre québécoise. Figure importante sur la scène de l’art contemporain du Québec, elle s'est spécialisée au cours de sa carrière dans le vitrail.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 29 janvier 1924, à Louiseville (Mauricie) au Québec, Marie Valida Marcelle est la fille du notaire Joseph-Alphonse Ferron et d'Adrienne Caron[1]. Cette famille compte aussi le Dr Jacques Ferron, l'écrivaine Madeleine Ferron et le Dr Paul Ferron.

Enfance

Dans son enfance, elle découvre la peinture par l'entremise de sa mère qui est décédée prématurément d'une tuberculose alors qu'elle n'était âgée que de sept ans[2]. Jeune, elle eut l'occasion de voir sa mère peindre des paysages[3]. Le jour de l'enterrement de sa mère, Ferron raconte qu'elle s'est réfugiée au grenier, là où sa mère se rendait souvent[4]. C'est à ce moment qu'elle trouve les tubes de peinture de sa mère et qu'elle décide de devenir peintre pour suivre ses traces[5]. Cependant, elle fut initiée pour la première fois à la peinture au couvent par les religieuses lors de son adolescence[6].

Formation en beaux-arts et les débuts d'une carrière à Montréal

Elle étudie à l'École des Beaux-Arts de Québec de 1942 à 1944[7]. Elle eut notamment comme professeur l'artiste québécois Jean-Paul Lemieux[8]. En raison de différends, Ferron quitte l'École des Beaux-Arts de Québec et peu de temps après, elle s'installe à Montréal-Sud en quête d'inspiration pour sa peinture[9]. C'est à ce moment qu'elle découvre le travail du peintre Paul-Émile Borduas. Son travail sera une « révélation »[10] pour la jeune artiste selon les mots de Réal Lussier. Elle rencontre par la suite l'artiste et elle le visite plus régulièrement à son bureau de l'École du Meuble, où il y enseigne, pour y recevoir commentaires et encouragements[11]. En gravitant autour de Borduas, Ferron rencontre les membres du groupe des Automatistes vers la fin de 1946 selon une lettre que nous rapporte Patricia Smart[12]. Elle devient assez tôt une membre du mouvement d'art des Automatistes, fondé par Paul-Émile Borduas. C'est dans un article de Claude Gauvreau, « L'automatisme ne vient pas de chez Hadès » (1947), qu'elle sera pour la première fois considérée comme une « peintre automatiste »[13]. Elle expose pour la première fois publiquement dans le cadre du 64e Salon annuel du printemps organisé par l'Art Association of Montreal et qui se tient du 20 mars au 20 avril 1947[14]. Elle y présente une peinture intitulée Huile no 8 qui n'est pas connue de nos jours comme le précise Réal Lussier[15]. En 1948, elle cosigne le manifeste Refus global avec d'autres membres du groupe des Automatistes. Ce texte est décisif pour la scène culturelle du Québec. Cependant, elle n'expose avec eux que tardivement, à partir de l'exposition Les étapes du vivant en 1951. Finalement, elle tient sa première exposition en solo à la Librairie Tranquille du 15 au 30 janvier 1949 où elle y présente « deux aquarelles, quinze tableaux et cinq sculptures »[16]. Parmi les œuvres exposées en 1949, les peintures Iba, La Souffrance, l'Éros et la Joie, L'Hidalgo dissous, et Tissus aquatiques ou « La vie en fleur entre mes cils » nous sont connues aujourd'hui[17].

La mezzanine de la station Champ-de-Mars, avec un vitrail de Marcelle Ferron

Début d'une carrière internationale : les années parisiennes

En 1953, elle s'installe à Paris, où elle produit pendant treize années dans le dessin et la peinture. Elle s'initie à l’art du vitrail à l'atelier de Michel Blum en 1964. De retour au Québec en 1966, elle enseigne à l'Université Laval de 1967 à 1988[18].

L’un de ses vitraux les plus célèbres est celui de la station de métro Champ-de-Mars de Montréal. C'est l'une des premières œuvres non figurative à être installée dans le métro. En défiant le style didactique présent des autres œuvres de cette période, elle met en évidence un écart important dans l'art public du métro de Montréal. Ce vitrail est vu comme une dénonciation des politiques artistiques de Robert LaPalme, directeur artistique de l’époque, tout comme un flambeau pour l’Automatisme.

D’autres œuvres peuvent être vues à la station Vendôme, à l’Hôpital Sainte-Justine, et au siège social de l'OIAC à Montréal ; à la Place du Portage à Gatineau au Québec, au tribunal de Granby au Québec et au pavillon Samuel-Bronfman de l'Université Concordia.

Une œuvre située à la bibliothèque de l'Université Bishop's (John Bassett Memorial Library), Lennoxville, a été proposée par le comité du statut de la femme de l'Université. Il s'agit d'un vitrail commémorant les victimes de la tuerie de l'École polytechnique en 1989. Ce vitrail est inauguré le 6 décembre 1991, soit deux ans après les événements[19].

Elle est la sœur des écrivains Jacques (1921-1985) et Madeleine Ferron (1922- 2010) et du médecin et humaniste Paul Ferron (1926-)[20],[21].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Triste lyrisme, 1947-48, huile sur toile, collée sur contre-plaqué, 54,7 × 64,8 cm, Musée des beaux-arts du Canada[22].
  • L'Hidalgo dissous, 1947, huile sur toile marouflée sur contreplaqué, 55,8 × 68,5 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[23].
  • Cerce nacarat, 1948, huile sur toile marouflée sur carton, 52 × 68,4 cm, Musée d'art contemporain de Montréal, acquis en 1979.
  • L'Éros et la joie, 1953, huile sur toile, 38,3 × 46 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[24].
  • Retour d'Italie no 2, 1954, huile sur toile, 72,4 × 91,7 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[25].
  • Syndicat des gens de mer, 1954, huile sur toile, 166,5 × 196,8 cm, Musée des beaux-arts du Canada[26].
  • Ronqueralles,  1960, huile sur toile, 129,5 × 195,6 cm, œuvre avec laquelle elle s'est mérité la médaille d'argent à la biennale de Sao Paulo en 1961[27].
  • Consonnes sifflantes, 1961, huile sur toile, 161,9 × 130,3 cm, Musée des beaux-arts du Canada[28].
  • Kanaka, 1962, huile sur toile, 201,5 × 171 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[29].

Vitraux[modifier | modifier le code]

  • [Monument permanent à la mémoire des six millions de victimes juives de l'holocauste = The Permanent Memorial for the Six Million Jewish Martyrs of the Nazi Holocaust], vitrail, 548,64 × 213,36 cm, situé dans le hall d'entrée, 1590 Dr Penfield Avenue, Pavillon Samuel-Bronfman, Université Concordia (campus Sir-George-Williams). Don du Congrès juif canadien[30].

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Blais, Simon et al. Marcelle Ferron: Monographie. Montréal: Éditions Simon Blais, 2008. (ISBN 9782980985225)
  • Brûlé, Michel. L'esquisse d'une mémoire. Montréal: Les Éditions des Intouchables, 1996. (ISBN 2921775220)
  • Couture, Francine et al. Les arts visuels au Québec dans les années soixante: La reconnaissance de la modernité. Montréal: VLB Éditeur, 1993. (ISBN 2890055159)
  • Ellenwood, Ray, traduction de l'anglais par Jean Antonin Billard. Égrégore: Une histoire du mouvement automatiste de Montréal. Montréal: KÉTOUPA Édition, 2014. (ISBN 9782924397039)
  • Enright, Robert, traduction de Mariève Laneville. Marcelle Ferron: papiers, 1945-2000 = Marcelle Ferron : paperworks, 1945-2000. Montréal : Éditions Simon Blais, 2011. (ISBN 9782923751016)
  • Ferron, Marcelle, correspondance avec Jacques, Madeleine, Paul et Thérèse Ferron ; textes choisis et présentés par Babalou Hamelin ; postface de Denise Landry. Le droit d’être rebelle. Montréal : Boréal, 2016. (ISBN 9782764624562)
  • Lambton, Gunda. Stealing the Show: Seven Women Artists in Canadian Public Art. Montréal : McGill-Queen’s University Press, 1994. (ISBN 9780773511897)
  • Lussier, Réal, avec la collaboration de Rose-Marie Arbour, France Vanlaethem et Louise Vigneault. Marcelle Ferron. Montréal : Musée d’art contemporain de Montréal, 2000. (ISBN 2551199700)
  • Roberge, Gaston. Autour de Marcelle Ferron. Québec: Le Loup de Goutière, 1995. (ISBN 2921310546)
  • Smart, Patricia. Les femmes du Refus global. Montréal: Éditions du Boréal, 1998. (ISBN 9782890528970)
  • Trépanier, Esther, dir. Femmes artistes du XXe siècle au Québec: œuvres du Musée national des beaux-arts du Québec. Québec : Musée national des beaux-arts du Québec /Publications du Québec, 2010. (Collection Arts du Québec) (ISBN 9782551198573)

Thèses et mémoires[modifier | modifier le code]

  • Blanchard-Pilon, Jacinthe. Entre la fuite et l'exil : réception, circulation et reconnaissance des artistes non figuratifs du Québec au Musée des beaux-arts de Montréal, au Musée de la Province et à la Galerie nationale du Canada (1955-1960), Mémoire de M.A. (Université du Québec à Montréal). 2016. http://www.archipel.uqam.ca/8466/.
  • Millet, Véronique. Vision chromatique et gestualité: le concept de transparence dans les œuvres de Marcelle Ferron, Mémoire de M.A. (Université du Québec à Montréal). 2017. https://archipel.uqam.ca/10946/.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registres paroissiaux et Actes d’état civil du Québec (Collection Drouin), 1621 à 1968
  2. Ferron, Marcelle, 1924-, L'esquisse d'une mémoire, Montréal, Intouchables, , 298 p. (ISBN 2921775220 et 9782921775229, OCLC 36344019, lire en ligne), p. 13-15.
  3. Ferron, Marcelle, 1924-, L'esquisse d'une mémoire, Montréal, Intouchables, , 298 p. (ISBN 2921775220 et 9782921775229, OCLC 36344019, lire en ligne), p. 13-15.
  4. Ferron, Marcelle, 1924-, L'esquisse d'une mémoire, Montréal, Intouchables, , 298 p. (ISBN 2921775220 et 9782921775229, OCLC 36344019, lire en ligne), p. 13-14.
  5. Ferron, Marcelle, 1924-, L'esquisse d'une mémoire, Montréal, Intouchables, , 298 p. (ISBN 2921775220 et 9782921775229, OCLC 36344019, lire en ligne), p. 14-15.
  6. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 17.
  7. François-Marc Gagnon, Chronique du mouvement automatiste québécois, Outremont, Québec, Lanctôt, , 1023 p. (ISBN 2894850573), p. 588
  8. Ferron, Marcelle, 1924-, L'esquisse d'une mémoire, Montréal, Intouchables, , 298 p. (ISBN 2921775220 et 9782921775229, OCLC 36344019, lire en ligne), p. 37-39.
  9. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 17.
  10. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 17.
  11. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 18.
  12. Smart, Patricia, 1940-, Les femmes du Refus global, Montréal, Boréal, , 334 p. (ISBN 2890528979 et 9782890528970, OCLC 38886108, lire en ligne), p. 90.
  13. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 18.
  14. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 18.
  15. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 18.
  16. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 19.
  17. Lussier, Réal, 1946-, Ferron, Marcelle, 1924-, Vanlaethem, France. et Vigneault, Louise, 1965-, Marcelle Ferron, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, , 143 p. (ISBN 2551199700 et 9782551199709, OCLC 43590445, lire en ligne), p. 19.
  18. Anne-Elisabeth Vallée, Femmes artistes du XXe siècle au Québec : œuvres du Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec / Publications du Québec, , 287 p. (ISBN 9782551198573), p. 227
  19. (fr + en) Bishop's University Collection: An Art Conrpendium = La collection de l'Université Bishop's : un abrégé de I'art, , 29-30 p. (ISBN 0-92-0917-15-1, lire en ligne)
  20. Le Devoir. Décès du Dr Paul Ferron. Le 22 août 2007.
  21. Gauvreau, Luc. Décès du médecin Paul Ferron (1926-2007). Le 20 août 2007.
  22. « Triste lyrisme »
  23. « L'Hidalgo dissous », sur Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), (consulté le 7 novembre 2018)
  24. « L'Éros et la joie », sur Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), (consulté le 7 novembre 2018)
  25. « Retour d'Italie nº 2 », sur Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) (consulté le 4 mars 2017)
  26. « Syndicat des gens de mer »
  27. « catalogue de la vente aux enchères du 6 novembre 2017. », sur https://bydealers.com (consulté le 4 octobre 2017)
  28. « Consonnes sifflantes »
  29. « Kanaka », sur Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) (consulté le 4 mars 2017)
  30. « Marcelle Ferron », sur www.concordia.ca (consulté le 13 mars 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]