Thérèse Renaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renaud (homonymie).
Thérèse Renaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Activités
Fratrie
Conjoint

Thérèse Renaud, aussi connue sous le nom de Thérèse Leduc, née le 3 juillet 1927 à Montréal et morte le 12 décembre 2005 à Paris, est une poétesse, actrice et astrologue québécoise.

Membre du groupe des automatistes, Thérèse Renaud a été cosignataire en 1948, avec une quinzaine d'autres artistes, du célèbre manifeste Refus global. Elle a joué un rôle fondamental dans l'évolution de l'esthétique automatiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie le théâtre avec Estelle Maufette, Ludmilla Pitoëf (entre 1940 et 1945), puis à Paris en 1946.

Elle est la première femme à publier de la poésie automatiste, en 1945. L'année suivante, elle publie son recueil Les sables du rêve, avec des illustrations de Jean-Paul Mousseau[1]. En 1948, elle est une des signataires de Refus global, manifeste prônant l'ouverture du Québec, alors conservateur et clérical, sur le monde.

En 1953, elle revient au Québec. Elle est comédienne et chanteuse, tout en participant à des émissions à la radio et à la télévision.

En 1959, elle retourne à Paris pour y poursuivre son œuvre poétique et littéraire.

Dans les années 1960, elle effectue, pour le compte de Radio-Canada, des interviews avec des personnalités du monde de l'art, du théâtre et du cinéma. Elle pratique également l'astrologie de façon professionnelle pendant quelques années[2].

Elle décède à Paris le à l'âge de 78 ans[3].

Elle était la conjointe du peintre Fernand Leduc qu'elle avait rencontré à Paris en 1943.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1946 : "Les Sables du rêve" Poèmes, Les Cahiers de la File Indienne[4], Les herbes rouges #29 (réédition en 1975)
  • 1978 : "Une mémoire déchirée" Récit
  • 1981 : "Plaisirs immobiles " Récits et poèmes
  • 1988 : "Subterfuge et sortilège" Récit
  • 1988 : "Le choc d'un murmure" Roman
  • 1990 : "Jardins d'éclats" Poèmes
  • 1998 : "N'être" Poèmes, Poètes de brousse.
  • 2004 : "Un passé recomposé. Deux automatistes à Paris. Témoignages 1946-1953"[5],[6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Refus global, 70 ans », Catalogue de l'exposition,‎ automne 2018.
  2. Egzakt, « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le 14 mai 2018)
  3. « Signataire du Refus global, Thérèse Renaud est décédée », sur Le Devoir (consulté le 14 mai 2018)
  4. laurentiana.blogspot.com
  5. « Livres - Deux automatistes sur la route », sur Le Devoir (consulté le 14 mai 2018)
  6. « Thérèse Renaud (1927-2005) - Hommage à une femme entière », sur Le Devoir (consulté le 14 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]