Muriel Guilbault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Muriel Guilbault
Radio. Dr. Morhanges. Muriel Guilbault - Jacques Desbaillets réalisateur BAnQ P48S1P23178.jpg
Muriel Guilbault et le réalisateur Jacques Desbaillets au micro de CBC en 1945.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Muriel Guilbault (18 février 1922, Duck Lake, Saskatchewan3 janvier 1952, Montréal), est une comédienne de théâtre québécoise. Elle a signé le Refus global, un manifeste artistique publié en 1948, avec l'appui de quinze cosignataires dont les peintres Jean-Paul Riopelle, Claude Gauvreau, Pierre Gauvreau, Marcel Barbeau et Marcelle Ferron.

Muriel Guilbault et Gratien Gélinas dans la pièce Tit-Coq, 1948

Biographie[modifier | modifier le code]

Actrice au talent et à la beauté exceptionnelle, elle se fait connaître très tôt dans les milieux artistiques montréalais et devient une vedette populaire dans les radio-théâtres sur les ondes de Radio-Canada.

Gravitant autour des automatistes, elle joue dans la pièce Bien être de Claude Gauvreau. Celui-ci la considère comme la cristallisation de l'idéal féminin selon le surréalisme et elle devint le grand amour de sa vie. Il la surnomme « la muse incomparable » et écrit un roman à clé sur elle : Beauté baroque[1].

Jean-Paul Sartre, de passage au Québec en février 1946, la voit jouer dans Huis clos et lui offre de venir jouer la pièce à Paris[2]. Gratien Gélinas écrit le personnage de Marie-Ange dans la pièce Tit-Coq pour elle.

Après plusieurs tentatives de suicide, elle arrive à ses fins le 3 janvier 1952. Elle est retrouvée pendue dans la salle de bain de l'appartement qu'elle partage avec son conjoint[3]. Jacques Ferron, écrira: « Muriel […] avait du feu au théâtre, du talent et de l'ambition, […] faisant l'admiration de tous »[4]. Elle était la sœur de la comédienne Dyne Mousso.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patricia Smart, « Derrière la femme-objet : la représentation de Muriel Guilbault dans Beauté baroque », Études françaises, Les Presses de l'Université de Montréal, vol. 34, nos 2-3,‎ , p. 99-111 (ISSN 0014-2085 et 1492-1405, lire en ligne)
  2. Patricia Smart, Les femmes du refus global, Montréal, Boréal, coll. « Essais Docs », , 334 p. (ISBN 9782890528970 et 978-2890528970, présentation en ligne), p. 151
  3. Procès-verbal du coroner, dossier 1, année 1952. (TP12,S2,SS26,SSS1) conservé à BAnQ Vieux-Montréal.
  4. Jacques Ferron, Du fond de mon arrière-cuisine, Montréal, Éditions du Jour, coll. « Les Romanciers du jour » (no 105), , 290 p. (présentation en ligne), p. 263