Madeleine Ferron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Madeleine Ferron
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Frère
Sœur
Enfant

Madeleine Ferron ( à Louiseville - à Québec) est une écrivaine québécoise. Romancière et nouvelliste, elle fut également commissaire gouvernementale et animatrice de radio. Elle a écrit dans plusieurs revues, dont Châtelaine et L'Actualité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Louiseville[1],[2], elle fait ses études primaires à cet endroit et ses études secondaires chez les sœurs de Sainte-Anne à Lachine. Elle poursuit ses études en auditeur libre en lettres à l'Université de Montréal et en ethnographie à l'Université Laval[3].

Elle se marie à Robert Cliche en 1945. Ils ont des enfants, dont David Cliche[4] et Nicolas Cliche. La famille habite Saint-Joseph-de-Beauce plusieurs années[2].

En 1966, elle publie le recueil de contes Cœur de sucre[5]. En 1979, elle devient présidente de la Fondation Robert-Cliche pour la protection du patrimoine des Beaucerons[1].

Souffrant de la maladie d'Alzheimer, elle décède, à Québec, le 27 février 2010 à l'âge de 87 ans[4].

Le fonds d'archives de Madeleine Ferron est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

« La culture savante ne saurait se couper de la culture traditionnelle sans se priver d'une part essentielle de vérité. »

— Madeleine Ferron[5]

Ferron tente d'analyser lucidement les sentiments souvent troubles de ses personnages littéraires. Elle est la sœur de l'écrivain Jacques Ferron (1921-1985), du médecin et humaniste Paul Ferron (1926-) et de la peintre Marcelle Ferron (1924-2001)[7],[8].

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • La Fin des loups-garous, 1966
  • Cœur de sucre, 1966
  • Cœur de sucre, version revue et corrigée, 1988, 129 p., (ISBN 2-89406-006-8)
  • Le Baron écarlate, 1971
  • Quand le peuple fait la loi, 1972
  • Les Beaucerons, ces insoumis, 1735-1867 : petite histoire de la Beauce, 1974
  • Le Chemin des dames, 1977
  • Histoires édifiantes, 1981
  • Sur le chemin Craig, 1983
  • Un singulier amour, 1987
  • Le Grand théâtre, 1989
  • Adrienne, 1993

Honneurs[modifier | modifier le code]

L'Association francophone pour le savoir a tenu un colloque consacré à son œuvre à l'Université du Québec à Rimouski en 2003[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie-Paule Villeneuve, La Presse canadienne, « L'auteure Madeleine Ferron est décédée », sur http://www.cyberpresse.ca,‎
  2. a et b Luce Dallaire, « Pour redécouvrir Madeleine Ferron », Le Soleil,‎
  3. a et b Ministère du Conseil exécutif, « Madeleine Ferron - Chevalier (1992) », Gouvernement du Québec,‎
  4. a, b et c « Madeleine Ferron s'éteint », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎
  5. a et b Alexandre Shields, « Madeleine Ferron (1922-2010) - Mort d'une écrivaine engagée »,‎ (consulté le 1er mars 2010)
  6. Fonds Madeleine Ferron (MSS467) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  7. Le Devoir. Décès du Dr Paul Ferron. Le 22 août 2007.
  8. Gauvreau, Luc. Décès du médecin Paul Ferron (1926-2007). Le 20 août 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Bernard Beauchemin, Raymonde Labbé et André Garant, Madeleine Ferron - L'insoumise : trois perspectives, Beauceville, Édition Beauce (sous la direction de Gervais Lajoie),‎ , 616 p. (présentation en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]