Macération

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mot macération peut avoir plusieurs sens :

  • macération, en cuisine, parfumerie et dans la pharmacopée où cette opération consiste à laisser séjourner un ou plusieurs matériaux organiques dans une solution alcoolique (macération alcoolique), de l'eau, une saumure, de l'huile pour en extraire et conserver des arômes ou parfums. Ce type de macération se fait à froid où légèrement à chaud, généralement à l'abri de la lumière. Elle donne un macérât aqueux, alcoolique ou huileux enrichi en molécules d'intérêt (substances actives médicinales le cas échéant)
    Cette opération s'oppose à la décoction, dans laquelle le liquide est maintenu bouillant, et à l'infusion dans laquelle le liquide est porté à ébullition puis refroidi ;
  • macération en chimie, où c'est un solide qui séjourne dans un liquide (de type eau ou solvant organique) afin d'en extraire un ou plusieurs éléments pour les conserver, les analyser ou pour qu'ils s'y décomposent[1],[2]. Cette macération vise à extraire des composés solubles dans ce liquide, et/ou à ce que la substance mises à macérer absorbe ce liquide, pour ensuite y diffuser un parfum ou une saveur ou une molécule d'intérêt ;

Le macérat est le produit chimique de la macération. Par métonymie, on appelle également parfois « macération » le liquide qui en résulte.

Exemples de macérations classés par objectif[modifier | modifier le code]

  • conservation des aliments : cornichons dans le vinaigre, sardine dans l'huile, haricots en saumure...
  • extraire les composés solubles : en phytothérapie, pour la préparation de rhum arrangé, de nuoc-mâm...
  • attendrir et assaisonner un aliment : marinade
  • décomposition : macération des os pour nettoyer un squelette, macération acide pour extraire des microfossiles
  • purifier les minerais : arrosage des minerais, éventuellement grillés, pour en extraire certains éléments solubles, comme le soufre. Le terme, comme la pratique, est devenu désuet au cours du XIXe siècle[4]

Cas particulier de la macération en vinification[modifier | modifier le code]

Avant, pendant ou après la cuvaison peut intervenir selon le type de vin recherché une opération de macération :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la langue française : lexis, Paris, Larousse, (1re éd. 1979) (ISBN 2-03-320211-9), p. 2. Macérer
  2. Dictionnaire de l'Académie française, t. 2, Paris, Imprimerie nationale/Fayard, , 8e éd., 1244 p. (ISBN 2-213-62143-8, lire en ligne)
  3. Roger Corbaz, Principes de phytopathologie et de lutte contre les maladies des plantes, PPUR presses polytechniques, , p. 113
  4. Jacques Corbion (préf. Yvon Lamy), Le Savoir… fer — Glossaire du haut fourneau : Le langage… (savoureux, parfois) des hommes du fer et de la zone fonte, du mineur au… cokier d'hier et d'aujourd'hui, , 5e éd. [détail des éditions] (lire en ligne), § Macération
  5. P. Grenier et J. M. Desseigne, « Mise en œuvre de la macération préfermentaire à froid », EUROVITI 96 10e colloque viticole et œnologique (conférence),‎ , p. 190 (lire en ligne, consulté le )
  6. Delteil D (2004). La macération préfermentaire à froid (MPF) des raisins méditerranéens et rhodaniens. Revue des Œnologues, 112(112), 29-32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :