Le Prix du danger (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Prix du danger

Réalisation Yves Boisset
Scénario Yves Boisset
Jean Curtelin
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Genre anticipation
Durée 100 minutes
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Prix du danger est un film d'anticipation franco-yougoslave réalisé par Yves Boisset et sorti en 1983.

Satirique envers les médias télévisés, préfigurant la télé-réalité, le scénario, très cynique, est basé sur la nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), un pamphlet social où l'avenir des jeux télévisés est un retour à la cruauté de l'Antiquité décadente. Le film est une critique directe des producteurs de jeux télévisés, de la publicité et de la société déshumanisante.

Le rôle principal est initialement proposé à Patrick Dewaere mais il ne le jouera pas, l'acteur ayant mis fin à ses jours quelques mois avant le début du tournage.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, un jeu télévisé intitulé Le Prix du danger fait fureur. Les règles sont simples : un homme doit parvenir à rejoindre un endroit secret, en échappant à cinq traqueurs chargés de le tuer. Si le candidat gagne, il se voit attribuer la somme de 1 million de dollars, ce qui n'est encore jamais arrivé... Le tout se déroule en pleine ville, filmé et retransmis en direct sur la chaîne de télévision CTV. François Jacquemard, un jeune chômeur, veut sortir de son quotidien morose et malgré les réticences de sa compagne, Marianne, décide de participer au jeu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La nouvelle a été adaptée pour la première fois en 1970 par le réalisateur Tom Toelle dans le téléfilm allemand Le Jeu des millions (en), soit treize ans avant Yves Boisset.
  • Le rôle principal doit être tenu par Patrick Dewaere mais celui-ci se suicide quelques mois avant le début du tournage[1].
  • Le film a été tourné à Paris et à Belgrade, en Yougoslavie.
    • L'extérieur des studios de CTV est le Centre Sava de Belgrade.
    • La station de métro Place Conrad est la gare de la Défense, on y voit des MS 61 qui circulent à cette époque sur le RER A.
    • Gérard Lanvin est déposé en hélicoptère sur le toit de la tour Genex à Belgrade.
    • Gérard Lanvin a une doublure pour certaines scènes.
  • Le film est diffusé aux Dossiers de l'écran, le , suivi du débat ayant pour thème : « Quelle télévision pour demain ? »[2].
  • Il y a dans le film un caméo un peu particulier, puisque Yves Boisset apparaît sur les photos présentant le héros lors de son service militaire.

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film sort en salles le , il totalise 1 388 858 entrées (dont 363 328 à Paris)[3]

Vidéothèque[modifier | modifier le code]

Longtemps indisponible en DVD et Blu-Ray, le film est disponible sur support DVD début et la date de sortie officielle du DVD le .

Controverse[modifier | modifier le code]

Le scénario du film de 1983 est basé sur la nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), publié en 1958. En 1987 sort le film américain Running Man de Paul Michael Glaser, qui présente de nombreuses similitudes avec le film de Yves Boisset. Dans les années 1990, une plainte de l'équipe du Prix du danger est déposée à l'encontre de Running Man pour plagiat. Glaser déclare s'être inspiré pour son film d'un roman de Stephen King sorti en 1982, publié sous le pseudonyme de Richard Bachman, Running Man (The Running Man). Les plaignants remportent le procès en première instance, perdent en appel, puis gagnent en cassation. Néanmoins, ils ont beaucoup de mal à obtenir le dédommagement financier demandé (s'élevant à plus d'un million de francs, soit plus de 150 000 [4],[5]. Les procédures, longues, surtout en frais d'avocats, aboutissent à de faibles dommages financiers pour les plaignants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon les déclarations de Claude Lelouch, Bertrand Blier et Yves Boisset dans le film de Marc Esposito (de 28 min 40 s à 47 min) et la biographie de Jean-Marc Loubier, La Frayeur de vivre, p. 263-271.
  2. « Quelle télévision pour demain ? », Les dossiers de l'écran, sur ina.fr, (consulté le ).
  3. « Le Prix du danger (1983) - JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le )
  4. Secrets de tournage, Le remake américain sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014
  5. Interview vidéo d'Yves Boisset (à 6:26), sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]