Le Diable par la queue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Diable par la queue
Description de cette image, également commentée ci-après
Le château de Fléchères à Fareins, lieu du tournage

Réalisation Philippe de Broca
Scénario Philippe de Broca
Daniel Boulanger
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions Artistes Associés
Fildebroc Productions
Produzioni Europee Associati
Produzioni Associate Delphos
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Durée 98 minutes
Sortie 1969


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Diable par la queue est un film franco-italien sorti en 1969 et réalisé par Philippe de Broca.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un château délabré du XVIIe siècle, propriété d'une famille de nobles désargentés, on attire les touristes avec la complicité du garagiste local. Jusqu'au jour où arrivent un séduisant gangster et ses deux complices qui transportent le butin de leur dernier méfait. La famille de châtelains n'a aucunement l'intention de laisser passer une pareille aubaine et le gangster est-il vraiment si pressé de partir...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Non crédités[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'atmosphère de ce film tient à la période du tournage (été 1968), au lieu de tournage (le château de Fléchères dans le département de l'Ain), à la musique de Georges Delerue, à la distribution, mais aussi au fait que le réalisateur venait juste de rencontrer Marthe Keller, qui traverse le film en minijupe et pieds nus.

Plusieurs thèmes musicaux accompagnent l'histoire. Le plus connu, le "thème de Jeanne", apporte une sérénité au récit, mais également une mélancolie particulière. Cette comédie alterne en effet les scènes burlesques rappelant le théâtre de boulevard, et des instants plus graves et poétiques. Le "thème de César", plus dansant, est également adapté pour la scène de la messe en un kyrie grégorien. Lors de cette même scène, on peut également entendre le adoro te devote de Saint Thomas d'Aquin.

Liens externes[modifier | modifier le code]