La Poudre d'escampette (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poudre d'escampette.
La Poudre d'escampette
Réalisation Philippe de Broca
Scénario Philippe de Broca
Jean-Loup Dabadie
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : France Les Films Ariane
Drapeau : France Columbia France
Drapeau : Italie Vides Cinematografica
Pays d’origine Drapeau de la France France, Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie dramatique
Durée 110 minutes
Sortie 1971

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Poudre d'escampette est un film franco-italien réalisé par Philippe de Broca, sorti en 1971.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1942, en Afrique du Nord, une jeune femme (Marlène Jobert) aide un officier anglais (Michael York) à échapper aux Allemands, avec l'aide d'un escroc (Michel Piccoli) et d'un Tunisien (Amidou). Ils vivront mille aventures dans le désert.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Alors que le "comique" du film est assez lourd et utilise les stéréotypes, les relations du trio échappent totalement à la vulgarité et atteignent même une nuit de Noël à une sorte de poésie candide. On retrouve là un certain Philippe de Broca. Ailleurs, dans quelques scènes comiques, il cède à la facilité. Le dialogue manque de verve, le scénario est tissé d'invraisemblances. Le film n'a pas un rythme qui puisse pallier d'évidentes faiblesses. »

— Jacqueline Lajeunesse, La Saison cinématographique 1972

« Entre Valentin, Lorène et Basil, c'est à l'amitié, à la mort... Un peu à l'amour, aussi, le temps de quelques jours, quelques dunes, d'une gauloise fumée à trois sous la mitraille. Oasis de complicité qui finit en réveillon de Noël improvisé dans un fort abandonné. Car même si les Anglais ne sont pas loin, même si les Allemands arrivent, même si on ne se reverra peut-être jamais, ce qui prime, pour de Broca, c'est la légèreté. Un divertissement pétaradant à la poudre de mélancolie. »

— Guillemette Odicino, Télérama, 12 juin 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]