Les Yeux sans visage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Yeux sans visage
Réalisation Georges Franju
Scénario Pierre Boileau
Pierre Gascar
Thomas Narcejac
Claude Sautet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Fantastique
Durée 88 minutes
Sortie 1960

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Yeux sans visage est un film franco-italien réalisé par Georges Franju, sorti en 1960. Le film est une adaptation du roman de Jean Redon publié en 1959 dans la collection « Angoisse » des Éditions Fleuve noir. Pierre Brasseur et Alida Valli en sont les têtes d'affiche.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alors que son assistante Louise (Alida Valli) vient de jeter dans l'eau le corps d'une jeune femme, le docteur Génessier (Pierre Brasseur), un éminent chirurgien, donne une conférence sur les greffes de peaux.

Son métier lui permet en réalité d'offrir un nouveau visage à sa fille Christiane (Édith Scob), présumée morte dans un accident de voiture dont il est le responsable.

Il a installé un laboratoire dans sa propriété où il pratique régulièrement des expériences sur des chiens qu’il garde captifs. C’est aussi le lieu dans lequel son assistante et complice attire des jeunes femmes pour prélever leur visage et les greffer sur celui de sa fille, Christiane. Cette dernière, recluse dans ce manoir, doit porter un masque blanc inexpressif pour dissimuler son visage meurtri. Les greffes se succèdent et échouent jusqu’au jour où une opération semble réussir. Christiane retrouve alors son visage.

Mais progressivement, les tissus de la peau se dégradent et les nécroses réapparaissent. Désespérée, seule, Christiane appelle au téléphone son ancien fiancé, Jacques qui la croit morte. Il avertit alors la police qui entame une enquête sur la clinique et la disparition des jeunes femmes. Par manque de preuves, les policiers abandonnent leur enquête laissant une dernière malheureuse aux mains du chirurgien.

Découvrant la nouvelle victime, Christiane décide de mettre fin à ce cycle infernal. Elle délivre donc la jeune fille, tue l’assistante et lance les chiens sur son père. Enfin libérée, elle retire son masque blanc et entourée de colombes, s’enfonce dans une forêt sombre et mystérieuse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Remake[modifier | modifier le code]

En 1962, l'Espagnol Jesús Franco réalisera un premier remake des Yeux sans visage sous le titre sous le titre L'Horrible Docteur Orlof, qui sera suivi de ce que qu'on peut considérer comme une sorte de suite en 1988, avec Les Prédateurs de la nuit.

Influences[modifier | modifier le code]

  • Pedro Almodóvar a cité le film comme influence majeure pour La piel que habito. Il dit par exemple dans une interview[2] : « J’avais en tête Les yeux sans visage de Georges Franju pendant que j’écrivais le film et aussi quand j’ai commencé à penser au tournage. Je crois que, probablement, si on veut parler de référence à un autre film, l’unique référence claire et concrète était précisément ce film, Les yeux sans visage, que je connais par cœur ».

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. A. Kerswell, The Slasher Movie Book, Chicago, Illinois, Chicago Review Press,‎ 2010, 2012, 2e éd., 208 p. (ISBN 9781556520105), p. 19.
  2. H. Dayez, « Cannes : Pedro Almodovar s'essaie au thriller », sur rtbf.be,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]