Le Cimetière de Prague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cimetière de Prague
Auteur Umberto Eco
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Genre Roman
Version originale
Langue Italien
Titre Il cimitero di Praga
Éditeur Fabbri-Bompiani
Lieu de parution Milan
Date de parution 2010
Version française
Traducteur Jean-Noël Schifano
Éditeur Grasset et Fasquelle
Lieu de parution Paris
Date de parution 2011
Chronologie

Le Cimetière de Prague (titre original : Il cimitero di Praga) est le sixième roman du sémioticien et écrivain Umberto Eco, publié le aux éditions Bompiani. La traduction française, signée Jean-Noël Schifano, est parue chez Grasset en mars 2011.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le roman connaît dès sa parution un grand succès d'édition. Selon Gilles Heuré, 550 000 exemplaires ont été vendus dans les deux mois qui ont suivi sa parution en Italie, mais les estimations sont très variables selon les sources[1],[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Une des nombreuses illustrations reprises dans le roman: Le père Rodin du Juif errant d'Eugène Sue, dessiné par Gavarni; elle est utilisée pour « décrire le ricanement diabolique du Père Bechx alors qu’il énonce les sombres desseins de ces ennemis de l’humanité »[3]

Le récit se fonde en partie sur le journal tenu en 1897-98 par le « capitaine » Simonini, un faussaire italien réfugié à Paris. Troublé par d'étonnants trous de mémoire et, surtout, par l'intrusion, dans son appartement et dans son propre journal, d'un mystérieux alter ego, l'abbé Dalla Piccola, Simonini mène une introspection afin de dissiper sa confusion. Il est ainsi amené à rédiger ses souvenirs, entrecoupés par les interventions de l'abbé et les tentatives de synthèse du narrateur.

Né en 1830, Simon Simonini a été aussi bien façonné par l'anticléricalisme de son carbonaro de père que par l'antijudaïsme et l'antimaçonnisme réactionnaire de son grand-père. Ce dernier, partisan de la théorie du complot d'Augustin Barruel, incluait celle-ci dans une vaste entreprise de domination menée par les Juifs. Simon Simonini commet ses premiers méfaits à Turin, où il trahit ses camarades carbonari. Devenu faussaire puis espion lors de l'expédition des Mille, il infiltre les rangs garibaldiens au profit du gouvernement piémontais. Après 1860, il continue ses activités à Paris, pour le compte des services secrets français, des jésuites, de l'Okhrana et de bien d'autres clients. Sous l'influence des romans populaires d'Eugène Sue et Alexandre Dumas[4], et au contact d'individus plus ou moins marginaux que ses activités louches l'amènent à côtoyer, Simonini développe progressivement la trame des Protocoles des Sages de Sion, un faux destiné à démontrer l'existence d'un complot judéo-maçonnique.

En se remémorant son parcours, Simonini lève le voile sur sa participation plus ou moins directe à des événements historiques mais aussi sur des actes qu'il était incapable d'assumer ...

Événements historiques servant de toile de fond au récit[modifier | modifier le code]

Lieux servant de toile de fond au récit[modifier | modifier le code]

  • Impasse Maubert: Simonini s'y installe lors de son exil à Paris[5]
  • Le Cimetière juif de Prague: ce lieu joue un rôle important dans l'intrigue. Simonini l'utilise pour mettre en scènes de fausses réunions de prétendus complots internationaux, mais il n'y est jamais allé: « J’avais lu quelque part qu’avenue de Flandre il existe, au fond d’une vieille cour, un cimetière de Juifs portugais. [...] L’endroit est sordide, mais il m’a servi à imaginer le cimetière de Prague dont je n’ai vu que des images. »[6]

Organisations historiques servant de toile de fond au récit[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages fictifs[modifier | modifier le code]

Le révérend père Caboccini: autre illustration reprise pour figurer l'abbé Dalla Piccola, extraite du Juif errant d'Eugène Sue et dessinée par Gavarni[7]

À la fin de l'ouvrage, l'auteur précise que tous les personnages ont réellement existé, à l'exception de l'anti-héro, « Capiston »[8] Simon Simonini, et de « quelques figures mineures d’accompagnement tels le notaire Rebaudengo ou Ninuzzo »[9]. Il a également inventé l'abbé Dalla Piccola[10].

Principaux personnages historiques jouant un rôle dans l'intrigue[modifier | modifier le code]

Autres personnages historiques cités dans le roman[modifier | modifier le code]

Parmi les très nombreux personnages historiques cités dans le roman, figurent entre autres:

Relations avec d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Le roman reprend et développe les thèmes abordés par Umberto Eco dans les chapitres 90 à 97 du roman Le Pendule de Foucault[40]. En 2005, Will Eisner demande à Eco d'écrire une préface pour sa bande dessinée Le Complot[41], et c'est ce qui aurait décidé ce dernier à écrire un nouveau roman centré sur la genèse des Protocoles des Sages de Sion[2].

De très nombreux ouvrages d'autres auteurs sont cités dans le roman, parmi lesquels:

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Polémique autour du roman[modifier | modifier le code]

Les protocoles des Sages de Sion continuent d'être publiés de nos jours, comme en témoigne cette édition malaise en anglais, en vente à l'aéroport de Kuala Lumpur

Marcelle Padovani rapporte que lors de la publication du livre en Italie, l'auteur a été accusé d'« antisémitisme involontaire »[61]. Lucetta Scaraffia semble être la première à avoir lancé la polémique dans un article de L'Osservatore romano daté du 30 octobre 2010: elle y regrette l'absence de personnages positifs dans ce roman où tout est décrit à travers le regard infâme du personnage principal, foncièrement antisémite. Marcelle Padovani fait également référence à un article de l'historienne Anna Foa qui émet des réserves quant à l'opportunité d'écrire une fiction sans fournir de recul analytique sur la genèse des Protocoles des Sages de Sion, livre qu'Adolf Hitler a utilisé pour justifier sa politique antisémite, et qui est encore considéré dans de nombreux pays comme reflétant une part de vérité, même si c'est un faux[62]. Dans un dialogue avec Umberto Eco, le rabbin Riccardo Di Segni estime que le roman est ambigu : qu'il s'agisse des juifs, des jésuites ou des francs-maçons, le lecteur risque de croire à la réalité de ces complots présentés dans une intrigue convaincante[63]. Il ajoute que le jeu est d'autant plus risqué pour les juifs que les jésuites sont décrits comme des personnages peu recommandables, tandis que les francs-maçons ont effectivement intrigué dans les sphères du pouvoir au cours du XIXe siècle. Il va jusqu'à se demander si l'excès dans la folie et la monstruosité du personnage principal ne finissent pas par risquer de le rendre sympathique aux yeux du lecteur. Selon Marcelle Padovani, Ugo Volli semble partager cette dernière interrogation[64]. Pour Giorgio Pressburger, ce roman est dangereux pour le « lecteur moyen » qui risque d'y trouver « un exutoire dans la haine des juifs, des francs-maçons, des pouvoirs occultes, vrais responsables » de son « peu de réussite » sociale[65],[66]. En France, Pierre Assouline s'inquiète également du danger que peut présenter ce roman alors que notre époque est particulièrement propice à la diffusion de soupçons de complot[67],[68]. Cette inquiétude est partagée par Pierre-André Taguieff, qui craint que des lecteurs naïfs y voit « un manuel d'initiation au conspirationnisme antijuif et antimaçonnique »[69]. Il ajoute que Les Protocoles des Sages de Sion sont régulièrement invoqués dans tous les pays musulmans à des fins antisionistes, voire pour inciter au djihad. Cependant, selon André Peyronie, la réception critique semble « plutôt rassurante » dans les pays arabes, du moins d'après l'analyse de huit articles qui situent l'hypothèse d'un complot juif développée dans le roman uniquement dans son contexte européen, sans faire allusion à Israël[2]. Tout en reconnaissant qu'il existe un risque de récupération par des courants conspirationnistes ou de fausse interprétation par des lecteurs non avertis, Umberto Eco a rétorqué à de nombreuses reprises qu'il n'était pas responsable du mauvais usage que certains pourraient faire de son livre, alors que la littérature à caractère antisémite est facilement accessible sur internet[63],[70]. Il s'est également demandé si l'accusation de risque de propagation de l'antisémitisme lancée par L'Osservatore romano ne masquait pas plutôt un agacement provoqué par la représentation caricaturale des jésuites[61],[71].

Critique littéraire[modifier | modifier le code]

La plupart des critiques s'accordent pour reconnaître l'érudition de l'auteur, mais divergent sur l'opportunité des nombreuses références qui risquent de submerger le lecteur. Pour Laurent Dispot, ce roman est un « bel ouvrage goûteux et agréable qui entraîne à l’intelligence, jouissant de la pédagogie en bonheurs d’expression, paru en (excellente) traduction française en 2011 »[72]. Gilles Heuré pense que le roman est volontairement confus dans l'imbrication de l'intrigue et des faits historiques, à la manière d'un roman-feuilleton d'Eugène Sue[1]. Pour Marie-Françoise Leclère, c'est une épopée étourdissante, et les illustrations d'époque renforcent l'impression de lire un roman du XIXe siècle[73]. Giorgio Pressburger estime que le lecteur visé est d'abord l'amateur de cette littérature d'autrefois, mais que les thèmes abordés restent actuels (« le racisme, les pouvoirs occultes, la société basée sur l’hypocrisie et le mensonge… »)[66]. Le ton « léger, presque amusé », les « jeux littéraires et » les « surprises narratives » peuvent « réjouir le lecteur spirituel déjà un peu aguerri ». Pierre-André Taguieff y voit un « roman plus erratique que convaincant », « du Dan Brown sophistiqué et bien documenté, du Dan Brown pour bac + 3 »[69]. Certains critiques jugent le livre lourd et ennuyeux. C'est par exemple l'avis unanime des participants au Masque et la plume du 10 avril 2011[74]: Jérôme Garcin y voit un « pudding incroyable » et Jean-Claude Raspiengeas, « le summum du pensum » écrasé par ses références à Dumas, Hugo et Sue; pour Olivia de Lamberterie, Eco a voulu « tout mettre » dans ce « monument d'ennui et d'érudition », craignant peut-être que ce soit son dernier roman; Patricia Martin est gênée par le manque de clarté du point de vue de l'auteur qui s'amuse de l'abjection de son héros; Michel Crépu parle de « cynisme littéraire » à propos de ce fin connaisseur du roman moderne qui choisit d'écrire dans un style de roman-feuilleton « impossible de nos jours ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gilles Heuré, « Polémique: Le Cimetière de Prague », sur telerama.fr, (consulté le 4 novembre 2017)
  2. a, b et c André Peyronie, « Le Cimetière de Prague et le pouvoir des textes », Atlantide, Université de Nantes, no 3 « Fiction et histoire. France-Italie »,‎ (ISSN 2276-3457, lire en ligne [PDF])
  3. Le cimetière de Prague, Chap. 6 « Au service des services »
  4. « Il cimitero di Praga: Le cimetière de Prague », sur pastichesdumas.com (consulté le 7 novembre 2017)
  5. Le cimetière de Prague, Chap. 1 « Le passant qui en ce matin gris »
  6. Le cimetière de Prague, Chap. 27 « Journal interrompu, 20 décembre 1898 »
  7. Le cimetière de Prague, Chap. 14 « Biarritz »
  8. « (Argot militaire) Capitaine » (https://fr.wiktionary.org/wiki/capiston)
  9. Le cimetière de Prague, « Inutiles précisions érudites: Historique »
  10. Voir sur YouTube Umberto Eco - « Vérités et Mensonges à l'heure digitale » (interview de l'auteur à la librairie Mollat)
  11. a, b et c Le cimetière de Prague, Chap. 3 « Chez Magny»
  12. Henri Bourru et Ferdinand Burot, La suggestion mentale et l'action à distance des substances toxiques et médicamenteuses, Paris, J.-B. Baillière et fils, , 312 p. (lire en ligne)
  13. Le cimetière de Prague, Chap. 3-25
  14. (en) Reinhard Markner (auteur de l'article), Marina Ciccarini, Nicoletta Marcialis et Giorgio Ziffer (éditeurs du volume), « Giovanni Battista Simonini: Shards from the Disputed Life of an Italian Anti-Semite », Biblioteca di studi slavistici, Firenze University Press, vol. 23 « Kesarevo Kesarju: Scritti in onore di Cesare G. De Michelis »,‎ , p. 311-319 (DOI 10.1400/221171, lire en ligne)
  15. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 4 « Les temps de mon grand-père»
  16. Antonio Bresciani (trad. de l'italien par Étienne Lamy, version abrégée), Le Juif de Vérone, ou les Sociétés secrètes en Italie [« L'Ebreo di Verona »], Limoges, Barbou, , 276 p. (lire en ligne), p. 61-64
  17. Le cimetière de Prague, Chap. 6-7
  18. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 6-8
  19. (it) Giuseppe Ressa, « L'invasione e la fine delle Due Sicilie: L'Azione », sur ilportaledelsud.org (consulté le 3 novembre 2017)
  20. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 7 « Avec les Mille »
  21. (it) Giuseppe Cesare Abba, Da Quarto al Volturno: Noterelle d'uno dei Mille, 208 p. (lire en ligne [PDF]), p. 76-80, 126
  22. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 7-8
  23. Le cimetière de Prague, Chap. 9-17
  24. P. Guiral, « Howard C. PAYNE, The Police State of Louis Napoléon Bonaparte 1851-1860, Seattle, University of Washington Press, 1966, 340 p. », Revue historique, Paris, Presses universitaires de France, vol. 238,‎ , p. 459-460 (lire en ligne)
  25. Le cimetière de Prague, Chap. 11-18
  26. Le cimetière de Prague, Chap. 14-17
  27. Le cimetière de Prague, Chap. 14-18
  28. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 12 « Une nuit à prague »
  29. Le cimetière de Prague, Chap. 12-23
  30. Le cimetière de Prague, Chap. 15-24
  31. Le cimetière de Prague, Chap. 19-26
  32. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 21-23
  33. « Les protocoles des sages de Sion », sur rr0.org (consulté le 20 novembre 2017)
  34. a et b Le cimetière de Prague, Chap. 21-27
  35. Le cimetière de Prague, Chap. 22-23
  36. Le cimetière de Prague, Chap. 22-26
  37. Le cimetière de Prague, Chap. 22-27
  38. Le cimetière de Prague, Chap. 23-25
  39. Le cimetière de Prague, Chap. 26-27
  40. Isabelle Perier, « Du Pendule de Foucault au Cimetière de Prague : Penser le complot grâce à la fiction », sur raison-publique.fr, (consulté le 6 novembre 2017)
  41. Will Eisner, Le Complot: Histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, Grasset, , 160 p. (ISBN 9782246686019, lire en ligne)
  42. Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, t. I-V, Hambourg, P. Fauche, 1798-1799 (lire en ligne)
  43. Eugène Sue, Les mystères du peuple, ou Histoire d'une famille de prolétaires à travers les âges, t. I-XVI, Paris, Administration de librairie, 1849-1857 (lire en ligne)
  44. (it) Ippolito Nievo, Gli amori garibaldini, Milan, Tipografia di P. Agnelli, , 96 p. (lire en ligne)
  45. Alphonse Toussenel, L'esprit des bêtes, Paris, J. Hetzel, , 308 p. (lire en ligne)
  46. Benjamin Disraeli (trad. de l'anglais par Adèle Sobry), La Jeune Angleterre [« Coningsby or The New Generation »], t. I-II, Paris, Amyot, (lire en ligne)
  47. Jacob Brafmann (trad. T. P.), Le livre du Kahal: Matériaux pour étudier le Judaïsme en Russie et son influence sur les populations parmi lesquelles il existe, Odessa, Imprimerie L. Nitzsche, , 270 p. (lire en ligne)
  48. Roger Gougenot des Mousseaux, Le Juif, le judaïsme et la judaïsation des peuples chrétiens, Paris, H. Plon, , 568 p. (lire en ligne)
  49. (de) John Retcliffe (pseudonyme de Hermann Goedsche), Biarritz, , 220 p. (lire en ligne [PDF])
  50. Léo Taxil, La Vie de Jésus, Paris, P. Fort, (lire sur Wikisource), « La Vie de Jésus »
  51. Léo Taxil, Le fils du jésuite, vol. 1-2, Paris, Strauss, (lire en ligne)
  52. Léo Taxil, Les frères Trois-Points, vol. 1-2, Paris, Letouzey et Ané, (lire en ligne)
  53. Léo Taxil, Les soeurs maçonnes, Paris, Letouzey et Ané, , 388 p. (lire en ligne)
  54. Léo Taxil, La France maçonnique, Paris, la Petite guerre, , 447 p. (lire en ligne)
  55. José Custódio de Faria, De la cause du sommeil lucide, Paris, H. Jouve, , 362 p. (lire en ligne)
  56. Léo Taxil, Le Diable au XIXe siècle, Paris, Delhomme et Briguet, 1893-1897 (lire en ligne)
  57. Diana Vaughan (pseudonyme de Léo Taxil), Mémoires d'une ex-palladiste, Paris, Librairie antimaçonnique A. Pierret, 1895-1897 (lire en ligne)
  58. Édouard Drumont, La France juive: essai d'histoire contemporaine, vol. 1-2, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, (lire en ligne)
  59. Édouard Drumont, Testament d’un antisémite, Paris, E. Dentu, , 456 p. (lire en ligne)
  60. Domenico Margiotta, Souvenirs d'un trente-troisième, Adriano Lemmi, chef suprême des francs-maçon, Paris, Delhomme et Briguet, , 368 p. (lire en ligne)
  61. a et b L’affaire Umberto Eco, article de Marcelle Padovani publié dans l'Obs le 20 février 2016.
  62. (it) Anna Foa, « La micidiale macchina del falso », Pagine Ebraiche, no 11,‎ , p. 28-29 (lire en ligne)
  63. a et b (it) Umberto Eco et Riccardo Di Segni, (Wlodek Goldkorn, animateur), « Dialoghi : Eco, gli ebrei e i complotti », sur espresso.repubblica.it, (consulté le 5 novembre 2017)
  64. dans un texte repris par l’Osservatorio sul Pregiudizio antiebraico contemporaneo et daté du 2 novembre 2010
  65. Giorgio Pressburger (trad. Marguerite Pozzoli), Dans l'obscur royaume, Actes Sud, , 288 p. (ISBN 978-2-7427-9624-3, lire en ligne)
  66. a et b [extrait de Dans l'obscur royaume] Giorgio Pressburger (trad. Marguerite Pozzoli), « Umberto Eco: Le nom du complot », sur next.liberation.fr, (consulté le 6 novembre 2017)
  67. Pierre Assouline, « Le Cimetière de Prague, d'Umberto Eco », Le Magazine Littéraire,‎
  68. « The Prague Cemetery by Umberto Eco [an overview of the reviews and critical reactions] », sur complete-review.com, (consulté le 5 novembre 2011)
  69. a et b Pierre-André Taguieff et Paul-François Paoli (interviewer), « Eco peut-il écrire ce qu'il veut ? », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 novembre 2017)
  70. [Entrevue de l'écrivain Umberto Eco à Madrid Espagne en 2010; source: Le Point Références, septembre/octobre 2011] Umberto Eco et Sophie Pujas (interviewer), « Umberto Eco : "Nous vivons depuis des millénaires sous l'empire du faux !" », sur meteopolitique.com, (consulté le 6 novembre 2017)
  71. Laurent Marchand (interview du 26 avril 2011), « Interview de Umberto Eco: Le cimetière de Prague ou le récit d’un faussaire », sur international.blogs.ouest-france.fr, (consulté le 6 novembre 2017)
  72. Laurent Dispot, « Le roi Umberto de l’Italie morale et culturelle », sur laregledujeu.org, (consulté le 6 novembre 2017)
  73. Marie-Françoise Leclère, « Voyage au bout de la haine: Umberto Eco revient avec "Le cimetière de Prague" », sur lepoint.fr, (consulté le 6 novembre 2017)
  74. « Le Masque et la Plume » [audio], sur franceinter.fr, (consulté le 6 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]