Pierre Saint-Martin (Luzillé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre Saint-Martin
Image illustrative de l’article Pierre Saint-Martin (Luzillé)
La Pierre Saint-Martin, à Luzillé.
Présentation
Nom local Pierre du pas de Saint-Martin[1],[2]
La Pierre Saint-Martin[3]
Type Polissoir fixe
Période Néolithique
Protection Logo monument historique Classé MH (1952)[3]
Caractéristiques
Dimensions L=2,50 m - l=2,00 m - H=0.70 m
Matériaux poudingue
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 17″ nord, 1° 02′ 58″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Commune Luzillé
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Pierre Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pierre Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Pierre Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
(Voir situation sur carte : Indre-et-Loire)
Pierre Saint-Martin

La Pierre Saint-Martin, également connue sous les noms de Pierre du Pas de Saint-Martin et La Pierre Saint-Martin, est un polissoir fixe situé sur la commune de Luzillé, en Indre-et-Loire.

Ce mégalithe, qui a été utilisé au cours du Néolithique, a fait l'objet d'un classement au titre de monument historique en 1952. De nombreuses traditions sont liées à son appellation martiniennes qui reste difficile à expliquer de manière certaine.

Contexte géographique et archéologique[modifier | modifier le code]

La Pierre Saint-Martin est localisée à Luzillé, une commune située dans l'arrondissement de Loches, département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[4]. Le polissoir trouve son emplacement au lieu-dit éponyme de la Pierre Saint-Martin[5], à 1,2 km au sud-ouest du centre-bourg communal[6].

Des silex néolithiques, haches polies notamment, ont été trouvés aux abords du polissoir[7]. Un deuxième mégalithe, un menhir constitué de pierre meulière, est également répertorié sur le territoire de Luzillé, au lieu-dit « Les Sables »[8]. Pour Gérard Cordier, outre celui de la Pierre Saint-Martin, au moins trois autres polissoirs de type fixe ont été inventoriés en 1951 en Indre-et-Loire : le polissoir du Petit-Pressigny, le polissoir de Saint-Cyr-sur-Loire et le polissoir de Thizay[9] ; depuis cette date, les découvertes se poursuivent et en 2011 Jean-Claude Marquet identifie 14 polissoirs fixes dans le département[10].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom du polissoir, Pierre Saint-Martin[11],[8], La Pierre de Saint-Martin[3], ou Pas de Saint-Martin[1],[2], est étroitement associé à une légende, la « légende des gerbes », faisant référence à saint Martin[12],[13],[14]. Cette ancienne tradition orale locale rapporte que les empreintes présentent sur la surface du mégalithe sont associées au « pas » ou la marque du sabot de l'âne du saint martinien[15],[12],[Note 1]. Pour Jean Moreau, la légende peut-être mise en relation avec l'existence de trois églises consacrées à Saint Martin se trouvant à proximité du territoire de Luzillé[12]. En outre, Moreau estime qu'il y a eu, à Luzillé, une probable « intervention » de Martin de Tours, ou, peut-être, de l'un de ses disciples[12].

Historique[modifier | modifier le code]

Le polissoir et la pancarte indicative.

L'utilisation de la Pierre Saint-Martin est datée du Néolithique[3]. À cette époque, le mégalithe permettait d'affiner les outils en silex[16].

C'est en 1892 que l'existence de ce polissoir est signalée à la Société archéologique de Touraine (SAT)[17] par un instituteur de Luzillé[18]. Au début des années 1910, le mégalithe devait soit faire l'objet d'une vente soit être soumis à une destruction[19]. La SAT, afin que le bloc mégalithique ne soit pas détruit, prend alors la décision de racheter la Pierre Saint-Martin, ainsi que le terrain au sein duquel elle est placée, en y investissant une somme de 60 francs. Toutefois l'acte d'achat ne peut pas se réaliser immédiatement[19]. Ce n'est que quelques années après que la société savante s'en porte acquéreur[8] et elle en garde depuis lors la propriété.

En 1950, le préhistorien Gérard Cordier, membre de la SAT, initie un projet de classement du mégalithe[1]. Deux plus tard, sa démarche aboutit et la Pierre de Saint-Martin bénéficie d'un classement au titre de monument historique par arrêté du [3].

Description[modifier | modifier le code]

Détails des rainures.
Détails des cupules et des rainures[20],[Note 2].
  • cupules
  • rainures

L'aspect général du mégalithe de Luzillé est comparable à ceux mis en évidence à Brèches, à Saint-Eliph et à Nottonville-Civry[12].

Le polissoir mesure 2,50 × 2 m à sa base pour une hauteur hors sol de 0,70 m. La roche qui le constitue est un poudingue, gréseux dans sa partie supérieure[17]. Le grès est alors la roche la plus utilisée pour le polissage des outils[21].

La partie supérieure du mégalithe est marquée par des rainures droites ou fuselées[18],[2],[12]. Sa surface présente également plusieurs cupules de forme plus ou moins circulaire[2],[11]. La pierre comporte au total cinq rainures et trois cupules, ainsi que deux plages de forme plus irrégulière[17]. La plus longue de ces rainures mesure 405 mm de long[17]. Les cupules peuvent avoir servi de réserve pour l'eau indispensable au polissage[22].

Le polissoir fixe, ancré dans le sol[13], de Saint-Martin a fait l'objet de quelques dégradations avant 1950[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Martin, qui croisa le chemin de moissonneurs conduisant un chariot et injuriant le thaumaturge de « propre à rien » aurait frappé de six coups le véhicule avant que celui-ci ne se transforme en pierre. Le saint aurait alors déclaré : « Cette pierre [...] restera ici le témoignage de votre incrédulité et de mon passage parmi vous »[13],[12].
  2. Sous cet angle de prise de vue, seules sont visibles les rainures et, plus ou moins partiellement, les cupules.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Séance du 25 mai 1950 », bulletin de la Société archéologique de Touraine,‎ , p. 97 (lire en ligne, consulté le 20 août 2018).
  2. a b c et d Abbé Peyron, « Étude sur quelques monuments mégalithiques de la Touraine », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Société archéologique de Touraine, t. 10,‎ , p. 80 et 81 (lire en ligne, consulté le 20 août 2018).
  3. a b c d et e « Polissoir fixe dit La Pierre Saint-Martin », notice no PA00097854, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Polissoir de La pierre Saint-Martin », sur la base de données géographique OpenStreetMap (consulté le 21 août 2018).
  5. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine., t. IV, Tours, Société archéologique de Touraine, , 433 p. (lire en ligne), p. 71.
  6. Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-85443-136-0), p. 509.
  7. Cordier 1984, p. 53.
  8. a b et c Louis Dubreuil-Chambardel, « Le menhir de Luzillé (Indre-et-Loire). », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, VIe Série, t. 5, no fascicule 3,‎ , p. 23 (DOI 10.3406/bmsap.1914.8671).
  9. Gérard Cordier, « Polissoirs à main de l'Indre-et-Loire. », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 48, nos 7-8,‎ , p. 304 (DOI 10.3406/bspf.1951.2900).
  10. Marquet 2011, p. 288.
  11. a et b Jean-Mary Couderc, « Les Toponymes Saint-Martin dans nos campagnes », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, Tours, vol. 62,‎ , p. 14 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 juin 2018).
  12. a b c d e f et g Jean Moreau, « Rabelais et Saint-Martin, à propos de légende », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 49,‎ , p. 124, 126, 127 et 128 (lire en ligne).
  13. a b et c Éloise Mozzani, « Centre », dans Légendes et mystères des régions de France, Groupe Robert Laffont, , 1566 p. (lire en ligne).
  14. Jean-Marie Rougé, « Folklore préhistorique de la Touraine », Revue de folklore français, t. 3,‎ , p. 83 (lire en ligne, consulté le 22 août 2018).
  15. Paul Sébillot (dir.), « Les empreintes merveilleuses », dans Le folk-Lore de la France., vol. 4 : Le ciel et la terre, 1904-1907 (lire en ligne).
  16. René Coursault, Les traditions populaires en Touraine : leur évolution au cours des siècles, G. P. Maissonneuve et Larose, , 208 p. (lire en ligne), p. 42.
  17. a b c et d Cordier 1984, p. 49.
  18. a et b « Séance du 27 juin 1892 », Bulletin archéologique de Touraine, t. IX,‎ , p. 70 (lire en ligne, consulté le 21 août 2018).
  19. a et b Louis Dubreuil-Chambardel, « Communications », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 18,‎ 1911-1912, p. 335 (lire en ligne, consulté le 21 août 2018).
  20. Cordier 1984, p. 52.
  21. « Les outils de tous les jours », sur le site de l'Inrap (consulté le 29 novembre 2018).
  22. Louis Bousrez, Les monuments mégalithiques de la Touraine, Tours, Imprimerie L. Bousrez, , 112 p., p. 74.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Gérard Cordier, Inventaire des mégalithes de la France, vol. 1 : Indre et Loire, 2e édition entièrement refondue, Joué-lès-Tours, [l'auteur], , 201 et XXIV p. .
  • Jean-Mary Couderc, « Les toponymes Saint-Martin dans nos campagnes », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, Tours, vol. 62,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 16 juin 2018). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Marquet, « Les mégalithes et les sépultures néolithiques (cartes) », dans Élizabeth Zadora-Rio (directeur d'ouvrage) et al., Atlas Archéologique de Touraine, vol. 53 - Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, FERACF, (ISSN 1760-5709, lire en ligne).
  • Jean-Claude Marquet, « Les mégalithes », dans Jean-Claude Marquet, La préhistoire en Touraine, Presses universitaires François-Rabelais, , 363 p. (lire en ligne).
  • Daniel Schweitz, « Un mégalithe sauvegardé et étudié par la Société : le polissoir dit la pierre de saint Martin à Luzillé », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXIV,‎ , p. 5-12 (ISSN 1153-2521).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :