Cercles mégalithiques de Sénégambie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cercles mégalithiques de Sénégambie *
Image illustrative de l’article Cercles mégalithiques de Sénégambie
Cercle de pierres de Wassu, en Gambie.
Coordonnées 13° 41′ 28″ nord, 15° 31′ 21″ ouest
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Drapeau de la Gambie Gambie
Subdivision Kaolack (Sénégal)
Région Central River (Gambie)
Type Culturel
Critères (i) (iii)
Superficie 9,85 ha
Zone tampon 110 ha
Numéro
d’identification
1226
Zone géographique Afrique **
Année d’inscription 2006 (30e session)
Image illustrative de l’article Cercles mégalithiques de Sénégambie
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les cercles mégalithiques de Sénégambie sont des cercles de pierre construits et disposés entre le Ier et les débuts du IIe millénaire. Ils sont faits de roches volcaniques ou de concrétions latéritiques assez faciles à travailler. Ils se trouvent à la frontière du Sénégal et de la Gambie.

Le site a été inscrit en 2006 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO à l'occasion de la 30e session du comité du patrimoine mondial.

Description, localisation et disposition[modifier | modifier le code]

L'ensemble se compose de 93 cercles d'un diamètre de 4 à 6 mètres formés chacun de 8 à 14 pierres verticales. Ils se répartissenent sur quatre sites : 52 cercles à Sine Ngayène, 21 à Wanar, 11 à Wassu et 9 à Kerbatch. Ils totalisent plus de 1 000 monuments mégalitihiques concentrés sur une bande de 100 kilomètres de large longeant le fleuve Gambie sur 350 kilomètres. Les colonnes, à base cylindriques ou polygonales, mesurent environ 2 mètres et pèsent jusqu'à 2 tonnes[1].

Les cercles sélectionnés s'inscrivent dans un contexte archéologique et mégalithique plus large couvrant une aire de 38 000 km2, comprenant également des cercles pierriers non dressés, des tumulus pierriers et des fosses au comblement tumulaire[2].

Fouilles et datation[modifier | modifier le code]

L'analyse de la céramique trouvée sur les lieux suggère qu'ils ont été édifiés entre le VIIe et le XVe siècle[2],[3].

Des observations sur les mégalithes sénégambiens sont consignées dès la fin du XIXe siècle et les premières fouilles sont entreprises dans le premier tiers du XXe siècle. Le sociologue Victor Martin et l'anthropologue Charles Becker entreprennent un premier recensement systématique des sites au début des années 1970[4]. Les premières fouilles d'envergure sont réalisées entre 1973 et 1980 avec la campagne archéologique de Guy Thilmans, Cyr Descamps et Bernard Khayat sur les sites de Sine Ngayène, Tiékène-Boussoura, Kodiam et Saré-Diouldé[5]. Les recherches récentes sur le complexe de Wassu sont celles de la campagne anglo-gambienne conduite par F.-A. Evans et Paul Ozanne en 1964-1965[1].

Conservation et protection[modifier | modifier le code]

L'état de conservation de site est satisfaisant, à l'exception de quelques mégalithes tombés ou déséquillibrés. Les deux sites gambiens ont été classés en 1995, leur gestion étant placée sous le contrôle du Centre national des arts et de la culture (NCAC). Classés monuments nationaux en 1978, les deux sites sénégalais sont placés sous la responsabilité du Ministère de la culture du pays[6].

Inhumation[modifier | modifier le code]

Les corps retrouvés sur les sites mégalithiques indiquent la fonction funéraire de ces lieux. Leur étude suggère que les monuments abritaient la sépulture d'un personnage important avec des morts d'accompagnement, d'après les hypothèses récentes, peut-être des personnes sacrifiées, selon les travaux antérieurs de Guy Thilmans et Cyr Descamps. Divers éléments attestent de la construction de maisons des morts constituées en partie de matériaux périssables. Par exemple, la présence de monolithes au fond de la fosse excavée au centre du cercle de pierres de Tiékène Boussara laisse penser qu'il s'agit de vestiges d'un abri isolant le défunt. Néanmoins, les pratiques mortuaires s'avèrent diversifiées, la présence d'un sujet principal n'étant pas toujours établie[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Alain Gallay, « Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions », Afrique : Archéologie & Arts, no 9,‎ , p. 67-84 (e-ISSN 2431-2045, DOI 10.4000/aaa.299, lire en ligne, consulté le 2 mai 2019)
  • Alain Gallay, « Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie), 700 cal BC - 1700 cal AD », Journal of African Archaeology, vol. 8, no 1,‎ , p. 99-129 (DOI 10.3213/1612-1651-10155, lire en ligne, consulté le 2 mai 2019)
  • Luc Laporte, Hamady Bocoum, Adrien Delvoye, Kléna Sanogo, Jean Polet, Baba Ceesay, Jean-Paul Cros, Adama Athié, Selim Djouad, Matar Ndiaye, Barbara Armbruster, Aziz Ballouche, Barbara Eichhorn, Aline Garnier, Laurent Lespez, Vivien Mathé, Caroline Robion-Brunner et al., « Les mégalithes du Sénégal et de la Gambie dans leur contexte régional », Afrique : Archéologie & Arts, no 13,‎ , p. 93-119 (e-ISSN 2431-2045, DOI 10.4000/aaa.1033, lire en ligne, consulté le 1er mai 2019)
  • Luc Laporte, Hamady Bocoum, Régis Bernard, Francis Bertin, Vincent Dartois, Adrien Delvoye, Malik Diop, Abdoulaye Kane et Laurent Quesnel, « Le site mégalithique de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts, no 5,‎ , p. 99-108 (e-ISSN 2431-2045, DOI 10.4000/aaa.827, lire en ligne, consulté le 1er mai 2019)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cercles mégalithiques de Sénégambie », Unesco (consulté le 1er mai 2019)
  2. a et b Laporte et al. 2017
  3. Alain Gallay, « Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie). 700 cal. BC-1700 cal. AD », Journal of African Archaeology, vol. 8, no 1,‎ , p. 99-129 (lire en ligne)
  4. Cyr Descamps, « Note sur le mégalithisme sénégambien  », Publications de la Société française d'histoire d'outre-mer, Paris, série Bibliothèque d'histoire d'outre-mer. Études, t. I, nos 5-6-1 « 2000 ans d’histoire africaine. Le sol, la parole et l’écrit. Mélanges en hommage à Raymond Mauny »,‎ , p. 29-36 (lire en ligne)
  5. Raymond Mauny, G. Thilmans, C. Descamps et В. Khayat, Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques, t. I : Les sites mégalithiques, Dakar, coll. « Mém. IFAN » (no 91),‎ — Recension dans « Thilmans, G., Descamps, C, Khayat, В., Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques. T.I. Les sites mégalithiques. Dakar, Mém. IFAN n° 91, 1980, 159 p., 105 fig. [compte-rendu] », Journal des africanistes , t. 50, no 1,‎ , p. 167 (lire en ligne)
  6. « Cercles mégalithiques de Sénégambie », Unesco
  7. Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Alain Gallay, « Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions », Afrique : Archéologie & Arts, no 9,‎ , p. 67-84 (e-ISSN 2431-2045, DOI 10.4000/aaa.299, lire en ligne, consulté le 2 mai 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]