La Conquête du pain (boulangerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Conquête du Pain
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique société coopérative ouvrière de production
Zone d’influence Montreuil
Fondation
Fondation août 2010
Identité
Siège 47 rue de la Beaune
Structure autogestionnaire
Employés six salariés et trois apprentis
Site web laconquetedupain.fr

La Conquête du Pain est une boulangerie bio autogérée ouverte en septembre 2010 à Montreuil.

La référence est explicite au livre du communiste libertaire Pierre Kropotkine, La Conquête du pain[1],[2],[3].

Projet[modifier | modifier le code]

Cofondée en avril 2010 par deux militants libertaires, Thomas du Réseau No Pasaran et Pierre de la Fédération anarchiste[4],[5], et de « deux non-militants qui avaient une vision plus entrepreneuriale »[6], la coopérative emploie neuf salariés, plus deux apprentis. Le salaire horaire est le même pour tous (sauf pour les apprentis), de même que la répartition des bénéfices[7] : « On fonctionne à l’égalité forfaitaire ce qui revient à une paye mensuelle de 1 500 € qu’on a dû baisser à 1 350 € par mois pour pouvoir embaucher une personne pour la livraison. Cela dit, on n’a pas les mêmes charges, ni forcément les mêmes horaires. Pour la production, certains viennent bosser à 3 h 30, d’autres à 8 h, d’autres viennent bosser le dimanche. »[8]

Les boulangers se réclament du communisme libertaire : « Communisme parce que nous voulons « mettre en commun », partager. Libertaire parce que nous refusons l’idéologie autoritaire et pensons que l’égalité sans la liberté n’est rien. »[9]

Pas de chef, des salaires égaux et des décisions prises par tous en assemblée générale toutes les deux semaines[5], l'équipe de La conquête du pain met en pratique les principes autogestionnaires même si elle reconnait ses limites[6] : « On essaie de mettre en place un principe de mandat impératif et de responsabilité individuelle [...] Chaque personne mandatée est responsable d’un secteur : production, vente, plan de nettoyage, etc. En règle générale, dans nos AG, il n’y a pas de place pour la théorie. »[8]. Le collectif ne mésestime pas les difficultés : « une production de qualité, mais qui ne soit pas destinée qu’à ceux qui ont les moyens ; l’égalité dans le travail, dans le pouvoir et dans l’argent, pas toujours facile à réaliser face aux différences de compétences et d’investissement ; la pénibilité du travail et le sexisme régnant dans l’artisanat boulanger. »[10] Ils voient leur boulangerie comme une expérimentation au service de la transformation sociale : « L’autogestion est très théorisée dans les milieux libertaires mais rarement mise en pratique. On voulait expérimenter un truc dont on parlait régulièrement, voir les problèmes posés par le système politique de remplacement [...] et s’en servir comme appui aux luttes »[1].

Concrètement, ils fournissent du pain à certains squats ou grévistes et disposent des caisses de soutien à des mouvements sociaux dans leur magasin. Chaque client peut également demander le tarif social, par exemple une réduction de 25% pour les baguettes, sans avoir à se justifier de quoi que ce soit[1],[4]. Ils redistribuent gratuitement les invendus chaque soir à 20 heures[2],[5],[11].

Seule expérience historique du même ordre à Paris : La Fraternelle, boulangerie coopérative née au début du XXe siècle qui ferme dans les années 1990[4].

Production[modifier | modifier le code]

Le pain est issu de farine biologique provenant de Seine-et-Marne. Le pain est pétri en machine, et pas à la main, et le four électrique à basse consommation énergétique exclut le four à bois[12]. La boulangerie produit 2,5 tonnes de pain par semaine[8].

On y trouve deux sortes de baguettes : la Baobab et la Préhistorique, « encore plus tradition que la tradition, ce truc commercial inventé dans les années 1980 »[4]. Plus de quinze sortes de pains, cinq sortes de viennoiseries et même un peu de pâtisserie sont proposés aux clients. Des sandwichs également, aux noms évocateurs, « Louise Michel » (chèvre, crème de poivron), « Marx » (jambon blanc, emmental) ou « Kropotkine » (crème de poivron, saucisson, roquette), sans oublier les menus « bolchevique » ou « communard »[12],[4],[6],[13].

200 à 300 clients défilent chaque jour à la boulangerie[6] qui fournit également certaines crèches du secteur, une dizaine de restaurants[8], une dizaine d'Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) en Seine-Saint-Denis ou la cantine d'un lycée[4].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

La boulangerie est parmi les initiateurs de la « Foire à l'autogestion », organisée du 22 au 24 juin 2012 pour les 30 ans du Lycée autogéré de Paris (LAP)[14].

La boulangerie met en pratique le concept « une baguette en attente » : le client achète deux baguettes, la première étant pour lui et la seconde étant mise en attente dans une corbeille pour une personne qui ne peut pas payer[15],[16].

Une table de presse militante est accessible dans la boutique[17].

Particularité[modifier | modifier le code]

C'est peut-être la seule boulangerie de la région parisienne où le client est accueilli par des portraits de Karl Marx, Michel Bakounine, Rosa Luxemburg et Angela Davis[18].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Yves Couant, Montreuil : la boulangerie communiste aux mitrons sans patron, BFM TV, 16 février 2013.
  • Myriam Blanchard, La Conquête du Pain, janvier 2014, bande annonce.
  • Cédric Dandeville, Un pain solidaire à Montreuil, TVM est parisien, 10 janvier 2014, voir en ligne.
  • La conquête du pain, la panadería anarquista de París, 9 septembre 2013, Uno Noticias Internacional, voir en ligne.

Radio[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Emmanuel Daniel, La boulangerie qui n’avait pas de patron , Tour de France des alternatives, texte intégral.
  2. a et b MT, Montreuil : une boulangerie anar où les mitrons sont tous patrons, BFMTV, texte intégral.
  3. Rached Cherif, Des « baguettes solidaires » dans une boulangerie de Montreuil, Le Courrier de l'Atlas, 25 décembre 2013, texte intégral.
  4. a b c d e et f Seine-Saint-Denis : c'est la seule boulangerie autogérée d'Île-de-France, Le Parisien, 30 décembre 2012, texte intégral.
  5. a b et c Yves Couant, Montreuil : la boulangerie communiste aux mitrons sans patron, BFM TV, 16 février 2013, voir en ligne.
  6. a b c et d Paul Conge, Dans une boulangerie anarchiste : « Il y a toujours des enjeux de pouvoir », 21 juillet 2013, Rue89-Nouvelobs.com, texte intégral.
  7. Interview, La Conquête du Pain. Baguettes, croissants, et autogestion, A bloc !, 18 mai 2011, texte intégral.
  8. a b c et d Mathieu Léonard, Envoie la ganache !, CQFD, n°112, juin 2013, texte intégral.
  9. Site officiel.
  10. Collectif, Une boulangerie à Montreuil-sous-bois, in L’autogestion en pratiqueS, éditions Albache, 2013, notice.
  11. Martine Breson, L'unique boulangerie autogérée d’Île-de-France a le vent en poupe, France Bleu, 4 janvier 2013, écouter en ligne.
  12. a et b Martine Lucas, A Montreuil, la boulangerie anarchiste fait du bon pain, Reporterre, 15 mai 2013, texte intégral.
  13. Claire Moulène, On a testé : La Conquête du Pain et La Pointe du Grouin, Les Inrocks, 14 février 2014, texte intégral.
  14. Foire à l'autogestion, annonce par La conquête du pain, Montreuil, 2012, voir en ligne.
  15. Cédric Dandeville, Un pain solidaire à Montreuil, 10 janvier 2014, TVM, voir en ligne.
  16. Baguettes en attente, Forum anarchiste, 12 décembre 2013, texte intégral.
  17. Souscription pour La conquête du pain, Le Monde libertaire, n°1633, 28 avril 2011, texte intégral.
  18. Nima Kargar, Edouard de La Rochefordière, « La carte de la gauche alternative à Paris », sur StreetPress, .