Saint-Allouestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Morbihan
Cet article est une ébauche concernant une commune du Morbihan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Allouestre
L'église Saint-Arnould.
L'église Saint-Arnould.
Blason de Saint-Allouestre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Moréac
Intercommunalité Centre Morbihan Communauté
Maire
Mandat
Gérard Le Roy
2014-2020
Code postal 56500
Code commune 56204
Démographie
Population
municipale
618 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 38″ nord, 2° 43′ 19″ ouest
Altitude Min. 72 m – Max. 162 m
Superficie 16,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Allouestre

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Allouestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Allouestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Allouestre
Liens
Site web http://www.pays-st-jean.com/st_allouestre/

Saint-Allouestre [sɛ̃talwɛstʁ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Canton de Saint-Jean-Brévelay, arrondissement de Pontivy, habitants : les Allouestriens, population : 640 habitants, superficie : 1 650 hectares, cours d'eau : la Claie.

D'une superficie de 1 650 hectares, Saint-Allouestre compte depuis le dernier recensement 640 habitants contre 507 en 1990. Cet accroissement trouve sa source dans sa situation géographique exceptionnelle en bordure de la nationale 24, à proximité immédiate des entreprises du secteur agroalimentaire, et dans la volonté de ses élus de développer son parc de logements locatifs notamment publics.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Saint Argoestle en 1280, sous la forme latine Sanctus Arnulphus en 1387 [1], Saint Aloestre en 1406.

Sant Aleustr en breton [2] . Comme l'indique l'Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne (1911), sa prononciation locale est Sãdeleuchtr[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Allouestre était à l'origine le saint protecteur des alevins et des alevineurs (an alaer signifie "l'alevineur" en breton) en raison de la proximité de son nom avec celui-ci.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Allouestre (Morbihan).svg

Les armoiries de Saint-Allouestre se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d'azur à un poisson d'or tenant dans sa gueule un annelet du même, au second d'hermine plain.

Evocation de Saint Arnould dont l'anneau épiscopal aurait été retrouvé dans le ventre d'un poisson avec les mentions des noms ancien et actuel de la commune. Les hermines symbolisent l'appartenance à la Bretagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Joseph-André Picaud - Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 618 habitants, en diminution de -2,98 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
802 774 874 797 843 890 860 930 868
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
904 863 928 862 938 960 995 979 1 003
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
984 961 977 917 908 923 854 820 725
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
668 609 552 517 507 532 633 620 618
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

Deux édifices ont précédé l'église actuelle. Celle-ci a été agrandie en 1569, puis, menaçant d'effondrement a été reconstruite en 1857 sous le rectorat de M. Bellec. Elle s'étend en croix latine. L'entrée en façade plein cintre est surmontée d'un fronton triangulaire et encadrée de deux pilastres toscans. Au sommet du chœur s'élève un clocheton de pierre à pile carrée. Une sacristie à cinq pans complète l'édifice. Elle a été rénovée en 1971 et les vitraux ont été restaurés il y a une dizaine d'années.

Particularités[modifier | modifier le code]

Saint Michel (XVIe siècle). Cette statue en bois polychrome dorée provient de la chapelle Saint-Michel de Trégouët, démolie en 1938. Elle est du même style que la statue de la chapelle Saint-Michel de Guéhenno. Saint Michel en guerrier porte un coup fatal au dragon étendu à ses pieds. Le saint pesant également les âmes lors du jugement dernier porte une balance.

Le Retable(XVIe siècle). En bois doré et peint, ce retable provient de l'ancienne église et couvre tout le mur de chevet. Il est orné d'un tableau figurant l'annonciation à Marie, de colonnes de faux marbre surmontées de chapiteaux corinthiens (cf. feuilles d'acanthe) et de guirlandes végétales. La statue de saint Jean Baptiste (1641), celle de sainte Anne, ainsi que les représentations en médaillon de saint Pierre et de saint Paul complètent l'ensemble.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Croix de l'ancien cimetière (XVIIIe siècle) Le soubassement porte un décor en haut-relief dans lequel paraissent un ange et la Vierge, sans doute pour symboliser l'Annonciation. La croix porte sur cette face l'habituelle scène de la crucifixion. Sur son revers, la Vierge de la piété (Pietà) porte le corps du Christ sur ses genoux, soutenue par deux personnages dont l'un figure probablement saint Arnould. Le gradin porte la date de 1774.

Outre la chapelle Saint-Michel de Trégouët, dont la présence est rappelée par un oratoire dédié à Notre Dame de la Délivrance, saint Allouestre comptait deux autres chapelles démolies depuis:

  • l'une située dans l'ancien cimetière autour de l'église, la chapelle Notre-Dame mentionnée en 1527,
  • celle de Bot Magoer, dédiée à la Trinité, située à l'origine entre les villages de Kerbert et de Kerjéhanno, démolie et reconstruite en 1891 à Kerbert. Un calvaire a été érigé à proximité de l'emplacement de la chapelle primitive. La chapelle de Kerbert a été détruite en 1970.

Ancien manoir qui date de 1567, le presbytère a été transformé en logements. Sur la porte principale on devine encore les armoiries du seigneur.

Croix du Point du Jour

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les archives du Chapitre de Vannes
  2. Augustin Chaboseau, Histoire de la Bretagne avant le XIIIe siècle - Page 66
  3. http://projetbabel.org/atlas_linguistique_bretagne/carte_001.jpg
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :