Joseph De Kesel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un évêque
Cet article est une ébauche concernant un évêque.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joseph De Kesel
Image illustrative de l'article Joseph De Kesel
Mgr de Kesel en 2013
Biographie
Naissance
à Gand (Belgique)
Ordination sacerdotale par Mgr Leo-Karel de Kesel
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le card. Godfried Danneels
Archevêque de Malines-Bruxelles
Primat de Belgique
Depuis le
Précédent André Léonard
Évêque de Bruges
Précédent Roger Vangheluwe Siège vacant Suivant
Évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles
Évêque titulaire de Bulna
Précédent Joseph Werth Jan Sobiło Suivant

Blason
« Vobiscum christianus » (Saint Augustin)
« Comme vous, un Chrétien »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph De Kesel ou Jozef De Kesel, né le 17 juin 1947 à Gand est un prêtre catholique belge, archevêque de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles depuis le .

Il a été le 26e évêque[1] de Bruges du 25 juin 2010 au , il a précédemment occupé pendant huit ans les fonctions d'évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles pour le vicariat de Bruxelles, puis, en 2010, pour quelques semaines, celles d'évêque auxiliaire pour le vicariat de Malines et du Brabant flamand. Il a en tant qu'évêque auxiliaire également été évêque titulaire de Bulna[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et professorat[modifier | modifier le code]

Cinquième enfant d'une famille qui en compte neuf, Joseph De Kesel est né à Gand en 1947. Il effectue ses études secondaires au Collège Saint-Vincent d’Eeklo avant d'entrer au séminaire, en septembre 1965. Candidat en Philosophie et Lettres de l’Université Catholique de Louvain, il poursuit, entre 1968 et 1972 sa formation à l’université pontificale grégorienne de Rome dont il est licencié en théologie.

Joseph De Kesel est ordonné prêtre le avant d'enseigner la religion catholique dans son ancien collège à Eeklo où il est chargé de la théologie pastorale scolaire. En 1977, il présente une thèse de doctorat portant sur la question du Jésus historique dans la théologie de Rudolf Bultmann. À partir de cette même année et pendant 5 ans, il donne cours à l'école sociale de Gand.

À partir de 1980, il enseigne au Grand séminaire de Gand où il professe la théologie dogmatique et la théologie fondamentale jusqu'en 1996. Joseph De Kesel est en outre chargé de cours à la Katholieke Universiteit Leuven entre 1989 et 1992. Après avoir également enseigné à l'Institut supérieur de sciences religieuses de Gand, il en devient président.

Évêque auxiliaire de Bruxelles[modifier | modifier le code]

En 1992, il est nommé vicaire épiscopal chargé de la formation théologique et pastorale, ainsi que de l'œcuménisme, avant d'accéder, le 20 mars 2002 à la fonction d'évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles et évêque titulaire de Bulna.

En mars 2010, l'archevêque de Belgique André Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, lui confie en tant qu'évêque auxiliaire, la charge du vicariat du Brabant flamand et de Malines.

Évêque de Bruges[modifier | modifier le code]

Le 25 juin 2010, le pape Benoît XVI nomme ce proche de l'ancien primat de Belgique, Godfried Danneels[3], à la tête du diocèse de Bruges dont il devient le 26e évêque en succédant à Roger Vangheluwe, démissionnaire à la suite de son implication dans une affaire d'abus sexuels sur mineurs. L'annonce de sa nomination intervient dans une période de crise de l'épiscopat belge alors que la justice belge perquisitionne l'archevêché dans le cadre d'enquêtes sur de telles affaires au sein de l'Église catholique[4].

En juin 2014, il se déclare « sans voix » à la suite de l'enquête judiciaire portant sur le diacre de Wevelgem, accusé d’euthanasie sur une dizaine de patients de l’hôpital de Menin[5].

Primat de Belgique[modifier | modifier le code]

Il est nommé archevêque de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles et évêque aux Forces armées belges le 6 novembre 2015.

Il prend possession de son siège le , en présence de centaines de fidèles et de plus de 250 invités, dont le roi Philippe et la reine Mathilde. Dans sa première homélie en tant qu'archevêque, il affirme vouloir d'une Église plus ouverte et appelle les chrétiens à « être attentifs aux pauvres, aux personnes les plus vulnérables, en particulier celles qui fuient les guerres et les violences »[6].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, l'évêque de Bruges soulève la question du maintien du caractère obligatoire du célibat des prêtres, estimant notamment que les « personnes pour lesquelles le célibat est humainement impossible à respecter devraient aussi avoir la chance de devenir prêtre ». Cet avis est appuyé quelques jours plus tard par les évêques d'Hasselt, Patrick Hoogmartens, et d'Anvers, Johan Bonny[7].

Fin décembre 2015, peu après sa prise de fonction comme archevêque de Malines-Bruxelles, il se déclare favorable à la dimension institutionnelle de la clause de conscience pour les hôpitaux sur des sujets éthiques comme l'avortement et l'euthanasie[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. De Kesel, Le refus décidé de l'objectivation. Une interprétation du problème du Jésus historique dans la théologie chez Rudolf Bultmann, éd. Editrice Pontificia Università Gregoriana, 1981, extraits en ligne
  • (nl) J. De Kesel et Ignace de Sutter, U belijden wij, Heilige Vader : hoe katholieken hun geloof formuleren en belijden, éd. Tabor, 1985
  • (nl) J. De Kesel, Hoe is Uw naam, Waar zijt Gij te vinden ? : over de verantwoording van het christelijk geloof, éd. Lannoo, 1988
  • (nl) J. De Kesel, Omwille van zijn naam : een tegendraads pleidooi voor de kerk, éd. Lannoo, 1994
  • (nl) J. De Kesel, Dietrich Bonhoeffer, een waarachtig christen, éd. Secretariaat van de religieuzen, 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. site de l'évêché de Bruges ((nl)
  2. Titre honorifique : il s'agit d'un diocèse antique aujourd'hui disparu
  3. Ricardo Gutiérrez, Vancottem, évêque de Namur, in Le Soir, 01/06/2010, [article en ligne]
  4. Mgr De Kesel, nouvel évêque de Bruges, in Le Soir, 25/06/2010, article en ligne
  5. (fr) « Un diacre accusé d’euthanasies », sur www.lavenir.net (consulté le 5 novembre 2015)
  6. http://fr.radiovaticana.va/news/2015/12/14/malines-bruxelles__mgr_de_kesel_prend_possession_de_son_si%C3%A8ge/1194339
  7. Des évêques belges militent en faveur du mariage des prêtres, dépêche Reuters reprise dans l’Express, 22/09/2010, article en ligne
  8. (fr) « Mgr De Kesel sous le feu des critiques après ses propos sur l'euthanasie », sur RTBF Info (consulté le 28 décembre 2015)