Jimi Hendrix: Woodstock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Woodstock.
Jimi Hendrix: Woodstock

Live de Jimi Hendrix
Sortie 26 avril 1994
Enregistré 18 août 1969
Genre rock
Producteur Alan Douglas
Label MCA

Albums de Jimi Hendrix

Afin de célébrer le 25e anniversaire de la prestation du Gypsy Sun and Rainbows au festival de Woodstock, Alan Douglas publia un best of de la performance du sextette de Jimi Hendrix en août 1994 : Jimi Hendrix: Woodstock.

Les titres[modifier | modifier le code]

  1. Introduction
  2. Fire
  3. Izabella
  4. Hear My Train A Comin'
  5. Red House
  6. Jam Back At The House (Beginnings)
  7. Voodoo Child (Slight Return)/Stepping Stone
  8. The Star Spangled Banner
  9. Purple Haze
  10. Woodstock Improvisation
  11. Villanova Junction
  12. Farewell

Les musiciens[modifier | modifier le code]

Les membres du Gypsy Sun and Rainbows sont :

Un matériel partiellement inédit[modifier | modifier le code]

Sur les 10 titres du concert présentés par Alan Douglas, un certain nombre n'étaient pas inconnus des amateurs du guitariste :

  • le triple album Woodstock, publié du vivant de Jimi Hendrix, présentait le point d'orgue de la performance (du final de Voodoo Child (Slight Return) jusqu'à Villanova Junction, le passage a cappella désormais appelé Woodstock Improvisation étant supprimé du montage) ;
  • le double album Woodstock II, publié début 1971, consacrait une face entière à la performance du Gypsy Sun & Rainbows : elle comprenait une version éditée de Jam Back At The House (connue sous le nom de Beginnings), Izabella (éditée elle aussi), et Hear My Train a Comin'.

À ce stade, seuls Fire, Red House, Voodoo Child (Slight Return) et la Woodstock Improvisation étaient donc inédits. Pour autant, l'album monté par Douglas fut alors presque unanimement salué par les amateurs et la critique car outre une nette amélioration de la qualité audio de la performance, c'était faire preuve de cohérence que de regrouper celle-ci sur un seul support.

Le rôle du producteur[modifier | modifier le code]

Il est primordial de souligner que le mixage du concert présenté par Alan Douglas met quasiment systématiquement le trio Hendrix/Cox/Mitchell en avant. Larry Lee est légèrement audible. Quant aux deux percussionnistes, ils sont quasi inaudibles d’un bout à l’autre.

Interviewé par Steven Roby[1], Juma Sultan regrettait amèrement le mixage power trio du Gypsy Sun & Rainbows. Il trouvait ainsi dommage d'avoir supprimé le foisonnement de percussions qui accompagne Star Spangled Banner. Selon lui, le procédé était d'autant plus limite que le mixage ne correspondait absolument pas à l'idée que Jimi Hendrix avait du groupe. Inversement, John McDermott défend que le jeu foisonnant de Mitch Mitchell ne se mariait pas avec les deux percussionnistes, qu'il n'était pas toujours assez carré pour que cela puisse sonner[2].

Hendrix était manifestement intéressé par l'idée de jouer avec des percussionnistes : les percussionnistes de Santana ont ainsi participé à la jam du Tinker Street Cinema quelques jours plus tôt[3]. Mais le Gypsy Sun & Rainbows soutenait-il vraiment la comparaison avec le groupe Santana en la matière ?

Quant à Larry Lee, il revenait alors du Vietnam, et n'était certainement pas prêt à un tel évènement : il joue faux la plupart du temps, et livre des soli sans grand intérêt, d'autant que la comparaison avec Hendrix est redoutable. Seul son chant était en place... mais les deux titres qu'il chanta alors n'ont à ce jour jamais eu les honneurs d'une publication officielle[4].

Fidèle à son habitude, Alan Douglas a non seulement lourdement édité plusieurs titres de son recueil (Hear My Train A Comin', Red House, Jam Back At The House et Voodoo Child (Slight Return)), mais il a aussi modifié l'ordre des titres :

  1. Message To The Universe
  2. Hear My Train A Comin' [plage 4]
  3. Spanish Castle Magic
  4. Red House [plage 5]
  5. Mastermind (chanté par Larry Lee)
  6. Lover Man
  7. Foxy Lady
  8. Jam Back At The House [plage 6]
  9. Izabella [plage 3]
  10. Gypsy Woman~Aware of Love (chanté par Larry Lee)
  11. Fire [plage 2]
  12. Voodoo Child (Slight Return) [plage 7]
  13. Star Spangled Banner [plage 8]
  14. Purple Haze [plage 9]
  15. Woodstock Improvisation [plage 10]
  16. Villanova Junction [plage 11]
  17. Hey Joe

Autant la sauce ne prenait pas sur sa version du concert de l'Ile de Wight (Live Isle of Wight '70), autant le remontage de Douglas est ici plutôt réussi : la dynamique de la performance est amplifiée, et surtout, il n'y a rien à jeter. Jimi Hendrix : Woodstock est un best of presque idéal de la performance de Jimi Hendrix à Woodstock, autrement plus accessible que le double album désormais disponible, moins dense, et sans doute plus difficile d'accès pour le grand public.

Live At Woodstock : le film[modifier | modifier le code]

  1. Fire
  2. Izabella
  3. Red House
  4. Jam Back At The House
  5. Voodoo Child (Slight Return)
  6. Star Spangled Banner
  7. Purple Haze
  8. Woodstock Improvisation
  9. Villanova Junction

Le DVD disponible dans le commerce est en fait la réédition de la VHS publiée du temps d'Alan Douglas au début des années 90 : cela explique pourquoi l'ordre des titres est modifié selon le même schéma que la première version CD (Jimi Hendrix : Woodstock).

C'est un best of intéressant, mais un peu court, de la performance du Gypsy Sun & Rainbows. Il est désormais quelque peu obsolète depuis la publication de la version Deluxe en septembre 2005[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. In Black Gold - The lost archives of Jimi Hendrix.
  2. Hendrix: Setting The Record Straight de John McDermott avec Eddie Kramer.
  3. The Dance et Sundance figurait au répertoire : ces deux titres montrent l'intérêt naissant de Jimi Hendrix pour le jazz modal
  4. Looking Back - Woodstock présente le concert de Woodstock sans cut, avec les titres chantés par Larry Lee, et une vitesse de bande correcte (contrairement à d'autres pirates).
  5. Live at Woodstock.