The Unknown Soldier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Unknown Soldier

Single de The Doors
extrait de l'album Waiting for the Sun
Face B We Could Be So Good Together (en)
Sortie mars 1968
Enregistré février 1968
Durée 3:10
Genre rock psychédélique
Auteur John Densmore
Robbie Krieger
Ray Manzarek
Jim Morrison
Producteur Paul A. Rothchild
Label Elektra
Classement
  1. 39 (Billboard)

Singles de The Doors

Pistes de Waiting for the Sun

The Unknown Soldier (« Le Soldat Inconnu ») est une chanson des Doors, parue en 1968 sur leur troisième album, Waiting for the Sun (« En attendant le Soleil »). Elle fut le premier single (45 tours) tiré de l'album, atteignant tout d'abord une décevante 39e place aux États-Unis dans le Billboard Hot 100, probablement dans l'ombre de Hello, I Love You, premier titre et grand succès de l'album qui sera le deuxième single du groupe à être en tête du Billbooard pour deux semaines. Mais The Unknown Soldier y figure pendant 8 semaines[1]. Il s'agit du quatrième single des Doors à accéder aux 40 meilleures ventes de disques aux États-Unis.

Cette chanson pacifiste voit le jour au début de juillet 1968 dans le contexte des révoltes estudiantines et du mouvement social de Mai 68 et du printemps de Prague en Europe, ainsi que du basculement de l'opinion américaine dans le sens de l'opposition à la guerre du Viêt Nam et du mouvement de contestation de la jeunesse contre la guerre.

Les auteurs[modifier | modifier le code]

En dépit d'une décision initiale du groupe de toujours créditer les textes et les musiques de tous leurs albums comme étant collectivement écrits par "The Doors", on sait que le texte de cette chanson est très probablement entièrement de Jim Morrison lui-même, comme sur sept autres titres de l'album, les trois restants (sur onze titres en tout) ayant été écrits par le guitariste Robby Krieger[2]. Quant à la musique de ce morceau elle est, plus que les textes, le fruit du travail collectif du groupe, même si selon le critique musical et écrivain Paul Williams (qui a assisté aux séances d'enregistrement de l'album, et même un peu participé aux bruitages en fond sonore de The Unknown Soldier), dans l'introduction au livret de l'album : « The music [is] by The doors collectively, although Jim evidently wrote melodies for his lyrics when he first created them » (« La musique est l’œuvre collective des Doors, bien que Jim ait évidemment écrit des mélodies pour ses paroles quand il les a créées pour la première fois »)[2].

Le contenu et la portée[modifier | modifier le code]

Pacifisme[modifier | modifier le code]

Les paroles de la chanson évoquent la guerre du Viêt Nam et la vision qu'en donnaient les médias à l'époque. Des paroles telles que celles-ci (extraits suivants), concernent la manière dont l'information sur la guerre a été présentée dans les foyers américains et sa critique par le poète, qui exprime sa tendresse navrée pour le soldat mort dans l'anonymat :

Massacre de Mỹ Lai au Viêt Nam, le 16 mars 1968, photo prise par le photographe de l’armée américaine Ronald Haeberle au lendemain du massacre et montrant principalement des femmes et des enfants tués sur une route. C'est ce type de cliché qui a participé au retournement de l'opinion publique américaine (et mondiale) contre la guerre au Viêt Nam, comme plus tard la célèbre photo de Kim Phuc « la petite fille brûlée au napalm » le 8 juin 1972, prise par Nick Ut qui l'a d'ailleurs sauvée[3].

« Wait until the war is over
And we're both a little older

The unknown soldier

Breakfast where the news is read
Television children fed
Unborn, living
Living, dead
Bullet strikes the helmet's head
And it's all over
For the unknown soldier
It's all over
For the unknown soldier

"Company, halt ! Present arms ! "

Make a grave for the unknown soldier
Nestled in your hollow shoulder

The unknown soldier

[...] And, it's all over [babe]
The war is over[4]
 »

« Attends que la guerre soit finie,
Et que nous soyons tous les deux un peu plus vieux

Toi le soldat inconnu

Nouvelles qu'on lit au petit déjeuner
Enfants gavés de télévision
Non-nés, vivants,
Vivants, morts[5]
Les balles frappent la tête du casque
Et c'en est fini
Du soldat inconnu,
C'en est fini
Du soldat inconnu.

"Compagnie halte ! Présentez armes ! "

Creuse une tombe pour le soldat inconnu,
Blotti au creux de ton épaule,

Le soldat inconnu

[...] Et tout est fini [mon bébé]
La guerre et finie »

Au milieu de la chanson, The Doors produisent les sons de ce qui semble être une exécution ; sur scène, pendant le concert, Robby Krieger pointe sa guitare vers Morrison comme un fusil, le batteur John Densmore simulait un coup de feu en produisant une forte rimshot, en appuyant sur le bord de la caisse claire, par conséquent en brisant les baguettes, et Morrison tombait à terre en criant. Après cette section, les vers de la chanson se terminent avec la célébration extatique de Morrison chantant la fin de la guerre. Dans la version studio de la chanson, on peut entendre des bruits de marche au pas d'un peloton d'exécution, ainsi que sur la fin des bruits de foules et de cloches.

Contexte, échos et réminiscences[modifier | modifier le code]

Cette chanson des Doors a été accueillie à l'époque comme clairement antimilitariste, dans un contexte tendu marqué par l'engagement américain massif dans la guerre du Viêt Nam, et, en réaction, par l'Offensive du Tết des débuts de 1968, ainsi que par l'engagement contre la guerre de nombreux étudiants et d'artistes comme Joan Baez (dès 1964-65). Cet engagement de Morrison et des Doors au sein d'un mouvement plus général d'opposition à la guerre du Viêt Nam (pas encore majoritaire en février 1968 au moment de l'enregistrement de leur disque) sera bientôt relayé par les sons apocalyptiques de la guitare de Jimi Hendrix, faisant entendre les bombes écrasant le Nord Viêt Nam dans son Star-Spangled Banner à Woodstock (été 1969).

Le caractère lapidaire du dernier vers de la chanson, répété ad libitum par Morrison : « War is over », en fait un slogan tout trouvé pour les manifestations des jeunes contre la guerre du Viêt Nam. Crawdaddyǃ (en), le magazine de critique rock de Paul Williams, décrit l'effet de la chanson sur le public de The FillmoreSan Francisco) : « la foule des adolescents, libérant plusieurs mois de frustration, exulta en hurlant dans les allées : La guerre est finie ! Les Doors ont arrêté la putain de guerre ! »[6] [voir aussi, sur ce sujet, la section "Waiting for the Sun : un album inachevé et un chanteur imprévisible (1968)" de l'article consacré au groupe The Doors].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transcription et traduction des slogans sur les pancartes :
1- « Le pouvoir des fleurs », et « Free YAWF leaders jailed for aiding anti-war G.I.'s, (YAWF acronyme pour : youth against war & fascism) » :
(« Libérez les chefs de l'organisation YAWF emprisonnés pour avoir aidé des G.I.'s anti-guerre, la jeunesse contre la guerre & le fascisme »).
2- « GET THE HELLicopters OUT OF VIETNAM » (jeu de mots : « BOUTEZ L’ENFER HORS DU VIETNAM » / « VIREZ LES HÉL(L)icoptères DU VIETNAM »).
3- « $ U.S. IMPERIALISM $ » / « SAIGON PUPPET » : (« IMPÉRIALISME AMÉRICAIN (+ dollar) » [tire les ficelles de la] « MARIONNETTE SAÏGON »).
4- Banderole : « VETERANS » / Pancarte : « WAR SHITS – OUT NOW » (« VÉTÉRANS » / « MERDE DE GUERRE – DEHORS MAINTENANT »,
soit : « EN FINIR TOUT DE SUITE AVEC CETTE GUERRE DE MERDE ! »).

Et cet aspect de la chanson a contribué à nourrir l'une des rumeurs entourant la mort non définitivement élucidée du chanteur, qui ferait de celle-ci le résultat d'un complot fomenté par la C.I.A., d'autant que celle-ci intervient peu après les morts tragiques et prématurées de Jimi Hendrix (septembre 1970) et Janis Joplin (octobre 1970), ainsi que les assassinats mal élucidés de Malcolm X (1965) et Martin Luther King (1968). Sans oublier les traumatismes encore à vif et brûlants à l'époque des assassinats de John Kennedy (en 1963) et de Bob Kennedy alors en route vers la Maison-Blanche (en juin 1968). [Voir la section "Décès de Jim Morrison (1971)" de l'article consacré à The Doors].

Il est à noter qu'aucun de ces assassinats n'est à ce jour, en 2021, complètement élucidé, qu'un nombre important d'archives et de documents sont encore tenus au secret, leur teneur étant toujours jugée trop sensible par la CIA et le FBI[7]. D'autant qu'à l'époque de tous ces événements tragiques, ce dernier était encore dirigé par le sulfureux, inamovible et très controversé John Edgar Hoover (de 1924 jusqu'en 1972). De ce fait, l'hypothèse que ces assassinats et morts suspectes pourraient être liés à la guerre du Viêt Nam, ou au mouvement pour les droits civiques des noirs aux États-Unis, ou encore aux mouvements de contestation et d'émancipation agitant l'opinion publique et la jeunesse au cours des années 60 et 70, ne saurait être pour l'instant formellement exclue.

Sans oublier non plus la recrudescence des exactions, meurtres et attentats racistes perpétrés par le Ku Klux Klan qui ont émaillé les décennies 1950 et 1960. Le Civil Rights Act instaurant l'égalité des droits n'a été signé que le 11 avril 1968[8], et l'on sait que son application est encore problématique en 2010[9], et qu'elle a donné lieu en 2020 aux importantes manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd. [Voir sur tous ces sujets les articles détaillés concernés, qui sont ci-dessus en lien].

La chanson est d'ailleurs présente dans le film Good Morning, Vietnam sorti en 1987.

Certains éléments du texte de la chanson comme ce « soldat inconnu blotti au creux de ton épaule » peuvent faire penser au fameux poème d'Arthur Rimbaud Le Dormeur du val, que Morrison connaissait parfaitement, par exemple : « Nature, berce-le chaudement : il a froid » (vers 11). De même le caractère abrupt de la chute du dernier vers du Dormeur : « Il a deux trous rouges au côté droit » (vers 14), n'est pas sans évoquer le coup de feu et la brutalité de l'exécution sommaire du soldat inconnu qui est au cœur de la chanson des Doors.

Références[modifier | modifier le code]

  1. allmusic (((The Doors > Charts & Awards > Billboard Singles)))
  2. a et b (en) Paul Williams (trad. par nos soins), Waiting for the Sun (CD’s booklet) [« Livret de l'album "En attendant le soleil" »], Warner Music Group, label Elektra/Rhino Entertainment, réf. R2 101 191, code barre=0 8122 79998 0 3, réédition de 2007, avec cinq morceaux en bonus, 20 p., page 7.
  3. On pourra voir cette célèbre photo et ses suites (ses blessures et la suite de l'histoire, car Kim Phuc est toujours vivante) ici : (centré sur les aspects médicaux) ▶ Marc Gozlan, « Les cicatrices de la « petite fille au napalm » traitées 45 ans après », sur Journal Le Monde.fr, (consulté le 1er mars 2021). Et aussi, centré sur la victime Kim Phuc ▶ Cyril Bonnet, « "La fille de la photo" : l'incroyable destin de Kim Phuc, la survivante du napalm », sur Nouvel Obs.com, (consulté le 1er mars 2021). Ainsi que, centré sur le photographe Nick Ut ▶ Lise Lanot, « L'histoire derrière la photo de la petite fille brûlée au napalm, le photographe prend sa retraite », sur Konbini arts.com, . Et enfin, avec vidéo ▶ France 2, « "Mes vêtements avaient brûlé sur moi" : on a rencontré la petite fille et l'auteur de la photo qui a fait basculer la guerre du Vietnam », sur France TV info.fr, le 20h de France 2 par Anne-Sophie Lapix, (consulté le 1er mars 2021).
  4. Source du texte original ici reproduit : (en) Jim Morrison (trad. par nos soins), Waiting for the Sun (CD’s booklet) [« Livret de l'album "En attendant le soleil" »], Warner Music Group, label Elektra/Rhino Entertainment, réf. R2 101 191, code barre=0 8122 79998 0 3, réédition de 2007, avec cinq morceaux en bonus, 20 p., pages 13-14.
  5. Il existe une version et une traduction alternatives de ce passage (peut-être issues d'une version en scène) : The unknown soldier practice where the news is read,/ Television children dead unborn,/ Living, living, dead,/ Bullet strikes the helmet's head. (« L'entraînement du soldat inconnu [a lieu] là où l'on donne les informations,/ Enfants de la télévision morts sans être nés,/ Vivant, vivant, morts,/ La balle frappe la tête casquée. »). Référence : (en + fr) Brit Rock (pseudonyme), « Paroles et traduction de la chanson «The Unknown Soldier» par The Doors », sur lacoccinelle.net, (consulté le 6 février 2021).
  6. « Présentation de "The Unknown Soldier"(The Doors) », sur Etudier.com, © 2020 (consulté le 1er mars 2021), § 3.
  7. « Mort de JFK : l'administration Trump divulgue une partie des documents », sur France 24, (consulté le 23 avril 2019)
  8. Peters, Gerhard et Woolley, John T, « Lyndon B. Johnson: "Remarks Upon Signing the Civil Rights Act.," April 11, 1968 » [archive du ], The American Presidency Project, University of California - Santa Barbara (consulté le 19 mai 2019).
  9. (en-US) « Housing and Community Grants: HUD Needs to Enhance Its Requirements and Oversight of Jurisdictions' Fair Housing Plans », U.S Governement Accountability Office, no GAO-10-905,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2020)