People, Hell and Angels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
People, Hell & Angels

Album de Jimi Hendrix
Sortie
Enregistré de mars 1968 à août 1970
Genre blues rock, rock psychédélique, hard rock
Producteur Jimi Hendrix, Eddie Kramer, Janie Hendrix et John McDermott
Label Legacy

Albums de Jimi Hendrix

People, Hell and Angels est un album studio posthume[1] du musicien de rock américain Jimi Hendrix, paru le .

C'est le quatrième album publié par Experience Hendrix et Legacy Recordings. Il contient douze versions inédites de morceaux sur lesquels il travaillait pour la suite prévue à l'album Electric Ladyland.

Contenu[modifier | modifier le code]

Les chansons présentées sur People, Hell and Angels sont des enregistrements inédits de chansons sur lesquelles Jimi Hendrix et d'autres membres du groupe (principalement la formation Band of Gypsys avec Billy Cox et Buddy Miles) travaillaient pour la suite à l'album Electric Ladyland, provisoirement intitulé First Rays of the New Rising Sun[2]. La majorité des enregistrements sont tirés de sessions en 1969 aux Record Plant Studios de New York, avec quelques inclusions au Hit Factory et dans ses propres Electric Lady Studios en 1970[3] (pour la finalisation de Mojo Man). Seules les chansons Somewhere et Inside Out datent des sessions d'Electric Ladyland en 1968.

L'album comporte certaines chansons que le producteur Alan Douglas avait retravaillées pour les albums posthumes controversés Crash Landing (Somewhere, Crash Landing et Ezy Ryder-MLK Jam) et Midnight Lightning (Hey Gypsy Boy) en 1975. La prise d'origine de Somewhere parue également dans le coffret The Jimi Hendrix Experience Box Set en 2000 a été retravaillée numériquement par Eddie Kramer en corrigeant les approximations des musiciens, tandis que Ezy Ryder-MLK Jam qui, comme sont nom l'indique, est une improvisation également paru dans le pirate officiel Burning Desire en 2006, qui, mélangée à l'instrumental New Rising Sun[4] donnait Captain Coconuts[5] qui apparaissait dans Crash Landing en 1975. Les chansons Crash Landing et Hey Gypsy Boy (présentées dans leur version d'origine) sont les premières versions des futures Freedom et Hey Baby (New Rising Sun) issues de First Rays of the New Rising Sun.

Earth Blues, Hear My Train A Comin', Bleeding Heart, Izabella et Easy Blues sont des versions alternatives. Earth Blues et Izabella sont les versions de bases des chansons qui apparaissent dans leur forme définitive dans First Rays of New Rising Sun, tandis que Hear My Train A Comin' est la version studio la plus récente qui existe par rapport aux autres parues dans diverses albums dont Valleys of Neptune en 2010 et Both Sides of the Sky en 2018. Bien que le dernier enregistrement de Bleeding Heart est présent sur South Saturn Delta en 1997, celui publié ici est une nouvelle démo différente de celles de Blues (1994) et de Valleys of Neptune (2010). La prise d'Easy Blues est la même que celle utilisée par Alan Douglas qu'il avait édité pour l'album posthume Nine To The Universe (1980), mais elle a été retravaillée numériquement par Eddie Kramer qui l'a également raccourci à près de six minutes. Enfin Let Me Move You, Inside Out, Mojo Man et Villanova Junction Blues sont inédites.

Réception critique[modifier | modifier le code]

People, Hell and Angels a reçu des critiques généralement positives de la part des critiques. Chez Metacritic, qui attribue une note normalisée sur 100 aux critiques de publications grand public, il a reçu une note moyenne de 74, sur la base de 18 critiques.[16] David Fricke du Rolling Stone a déclaré que Hendrix "joue à un niveau élevé dans chaque cadre" de l'album[14], tandis que The Wire a qualifié les enregistrements de "parmi les meilleurs des derniers travaux de Hendrix".[17] Patrick Humphries de BBC Music a écrit qu'il « offre un aperçu alléchant de la façon dont le génie de Hendrix aurait pu progresser ».[18] Sean Westergaard d'AllMusic était moins enthousiaste et a déclaré que l'album "n'est certainement pas l'endroit pour commencer votre collection Hendrix, mais les collectionneurs voudront sûrement l'entendre".[6] Robert Christgau le considère comme une collection de qualité des restes mis en évidence par les chansons Somewhere et Let Me Move You, dans lesquelles Hendrix compose avec le saxophoniste Lonnie Youngblood.[19]

Titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont enregistrées au Record Plant Studios à New York, sauf mention contraire.Toutes les chansons sont écrites et composées par Jimi Hendrix, sauf mention contraire.

No TitreEnregistrement[3],[20] Durée
1. Earth Blues 3:33
2. Somewhere au Sound Center, New York 4:05
3. Hear My Train A Comin' 5:41
4. Bleeding Heart (Elmore James) 3:58
5. Let Me Move You 6:50
6. Izabella au Hit Factory, New York 3:42
7. Easy Blues au Hit Factory, New York 5:57
8. Crash Landing 4:14
9. Inside Out 5:03
10. Hey Gypsy Boy 3:39
11. Mojo Man (Albert Allen, Arthur Allen) au Fame Studios, Muscle Shoals, Alabama; aux studios Electric Lady (overdubs) 4:07
12. Villanova Junction Blues 1:44
13. Ezy Ryder-MLK Jam (Captain Coconut) 20:00
1:12:50

Crédits[modifier | modifier le code]

Musiciens principaux
  • Jimi Hendrix : chant et guitare sur tous les titres, basse sur Inside Out
  • Billy Cox : basse sur Earth Blues, Hear My Train A Comin', Villanova Junction Blues et Bleeding Heart, Izabella, Easy Blues et Crash Landing
  • Buddy Miles : batterie sur Earth Blues, Somewhere, Hear My Train A Comin', Villanova Junction Blues, Bleeding Heart, Hey Gypsy Boy et Let Me Move You
  • Juma Sultan : congas sur Hear My Train A Comin', Villanova Junction Blues, Bleeding Heart, Izabella et Easy Blues
  • Mitch Mitchell : batterie sur Izabella, Easy Blues et Inside Out
  • Larry Lee : guitare rythmique sur Izabella et Easy Blues
  • Jerry Velez : congas sur Izabella et Easy Blues
Invités
  • Stephen Stills : basse sur Somewhere
  • Lonnie Youngblood : chant et saxophone sur Let Me Move You
  • Rocky Isaac : batterie sur Crash Landing
  • Al Marks : percussions sur Crash Landing
  • Albert Allen : chant sur Mojo Man
  • Jame Booker : piano sur Mojo Man

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jim Beviglia, « Jimi Hendrix: People, Hell And Angels », American Songwriter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Lost Jimi Hendrix album will be released in 2013 », NME,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b « Jimi Hendrix's People, Hell & Angels Coming March 5, 2013! », jimihendrix.com (official website),‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. L'instrumental New Rising Sun absent de l'album est également une ébauche du futur Hey Baby (New Rising Sun)
  5. Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon, Jimi Hendrix La Totale, Paris, E/P/A,
  6. a et b Sean Westergaard, « Jimi Hendrix: People, Hell and Angels », sur AllMusic (consulté le )
  7. Jim Beviglia, « Jimi Hendrix: People, Hell And Angels », American Songwriter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. John Hadusek, « Album Review: Jimi Hendrix – People, Hell and Angels », sur Consequence of Sound, (consulté le )
  9. Dave Simpson, « Jimi Hendrix: People, Hell and Angels - Review », sur The Guardian, Guardian News and Media Limited, (consulté le )
  10. Andy Gill, « Album review: Jimi Hendrix, People, Hell and Angels Experience Hendrix (LLC/Sony) », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Andy Welsh, « Jimi Hendrix - People, Hell and Angels », sur NME, IPC Entertainment Media Network, (consulté le )
  12. Sean Murphy, « People, Hell & Angels », PopMatters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « none », Q,‎ , p. 117
  14. a et b David Fricke, « Jimi Hendrix: People, Hell and Angels », sur Rolling Stone, Wenner Media, (consulté le )
  15. Tom Scheinman, « Jimi Hendrix: People, Hell and Angels », sur Slant Magazine, (consulté le )
  16. « Reviews for People, Hell and Angels by Jimi Hendrix », sur Metacritic (consulté le )
  17. « none », The Wire,‎ , p. 50
  18. Patrick Humphries, « Jimi Hendrix People, Hell and Angels Review », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  19. Robert Christgau, « Odds and Ends 028 », MSN Music, (consulté le )
  20. Gary Geldeart et Steve Rodham, Jimi Hendrix: The Studio Log, Jimpress, (ISBN 978-0-9527686-4-7)