Jean-Louis Jacopin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacopin.
Jean-Louis Jacopin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Louis Jacopin, né en 1946 et mort en 2017[1],[2], est un comédien et un metteur en scène de théâtre français formé à l'école du Théâtre national de Strasbourg.

Après des études en littérature espagnole, il décide de se lancer dans le théâtre. Depuis 1972, date de sa sortie de l’école du TNS à Strasbourg, Jean-Louis Jacopin a partagé son temps essentiellement entre son métier d'acteur qui le conduit à jouer sous la direction de Philippe Adrien, Jean-Pierre Vincent, Roger Planchon, Alain Françon, Richard Demarcy, René Loyon, etc. et la mise en scène de théâtre. Il monte August Strindberg, Stanislaw Ignacy Witkiewicz, Mouza Pavlova, Danièle Sallenave, Roland Topor, Jacques-Pierre Amette, Goldoni, Shakespeare, Bertolt Brecht, Noren, Sergi Belbel dans des théâtres en France et à l’étranger parmi lesquels l’Odéon ou la Comédie Française. Il met en scène plusieurs opéras, en Autriche et en France. En plus de ces activités, il se passionne pour l'enseignement qu'il dispense à l’Ensatt, au Rond-Point, à l’Hippodrome de Douai où il a été artiste associé pendant 5 ans, puis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Douai où il crée avec Daniel Cling une classe d'Art dramatique. Auteur lui-même, il fait partie des comités de lecture du Centre National du Livre, de Théâtrales et du Théâtre du Rond-Point. Il a également été responsable multimédias au Cesta (antenne du ministère de la Recherche) et directeur artistique d’une maison de production de livres et de cassettes pour enfants (Miss).

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

  • Urbano, édition du Mauconduit, 2013[3].
  • Hélène Tirole et Jean-Robert Léonidas, L'Impertinence du mot (illustrations de Jean-Louis Jacopin) Paris,

Riveneuve, 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Silence ! (3/4) : Le silence a-t-il une histoire ? », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  2. Notice de la BnF
  3. « Urbano Jean-Louis Jacopin »

Liens externes[modifier | modifier le code]