Iris (genre végétal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iris.

L’Iris (nom masculin) est un genre de plantes vivaces à rhizomes ou à bulbes de la famille des Iridacées (dont fait également partie le crocus). Le genre Iris contient 210 espèces et d'innombrables variétés horticoles. On trouve souvent dans les jardins des Iris hybrides horticoles appelés à tort Iris germaniques.

Répartition[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses plantes à fleurs, les premiers iris sont apparus vers la fin du Crétacé (Campanien) il y a environ 80 millions d'années dans une zone devenue aujourd'hui l'Antarctique.

On trouve aujourd'hui des Iris dans tout l'hémisphère nord, aussi bien en Europe qu'en Asie, en Afrique du Nord et en Amérique du Nord.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « iris » est un emprunt médiéval au latin iris, iridis, lui-même emprunté au grec Iris, Iridos désignant la messagère des dieux, personnification de l'arc-en-ciel. Le terme a d'ailleurs longtemps été employé pour désigner l'arc-en-ciel. On le trouve associé à la fleur à partir du XIIIe siècle, en raison de la coloration de ses pétales, aux reflets irisés[réf. nécessaire].

Symboles[modifier | modifier le code]

Fleur de lys (or).svg

Déjà considéré comme sacré par les Égyptiens, l'iris est devenu, sous le nom héraldique de fleur de lys, le symbole de la royauté en Françe

Aujourd'hui, l'iris des marais (Iris pseudacorus, également appelé Iris faux-acore), dont les fleurs sont d'une belle couleur jaune, est l'emblème de la Région de Bruxelles-Capitale[1], tandis que l'iris versicolore, à fleurs de couleur bleu vif à violet, (I. versicolor) est celui du Québec depuis 1999.

L'iris d'Angleterre (Iris latifolia) est en fait à l'origine une belle espèce endémique des Pyrénées.

Parfum[modifier | modifier le code]

Certaines espèces sont très recherchées en parfumerie pour leur rhizome, dont on extrait l'essence d'iris et son principal composant, l'irone. Ce sont Iris germanica avec surtout sa forme blanche plus connue sous le nom d'iris de Florence et Iris pallida, cultivé en Italie et au Maroc. Il semble que la mode de l'iris comme parfum ait été lancée par Catherine de Médicis.

Au XVIIe siècle, on l'utilisait en poudre pour les cheveux : le rhizome était pilé, puis tamisé, donnant une poudre qui sentait très bon la violette, propriété due à l'irone. Après avoir été un moment considéré comme démodé, l'iris entre toujours aujourd'hui dans la composition de nombreux parfums, associé aux notes florales ou comme note de fond.

Description[modifier | modifier le code]

Feuilles d'iris

Plantes vivaces, composées dont les plus répandues sont :

  • les bulbeuses (type iris de Hollande) ;
  • les iris à rhizome (type iris de jardin) possédant une tige souterraine (rhizome) charnue horizontale qui fait aussi office d'organe de réserve nutritive.

Tige très développée.

Les feuilles sont alternes, à base engainante, presque toujours ensiformes.

Grandes fleurs hermaphrodites groupées en cymes hélicoïdes, entourées à plusieurs dans des bractées appelées spathes, puis s'ouvrant en six tépales pétaloïdes semblables disposés sur deux rangs :

  • les trois tépales extérieurs ou sépales sont horizontaux ou réfléchis, à large limbe ;
  • les trois tépales intérieurs ou pétales , plus petits, sont dressés, souvent connivents.

Trois étamines constituées de deux éléments : le filament et l'anthère sur lequel se trouve le pollen, insérées à la base des tépales extérieurs, à anthères extrorses (le pollen est libéré vers l'extérieur de la fleur, en l'occurrence les trois grands tépales).

Style à trois stigmates très dilatés, pétaloïdes.

Le fruit, soudé avec le tube du périanthe, est une capsule à trois loges contenant plusieurs graines.

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Palais de Knossos, le prince des "lys"
En France
Au Liban

Classification botanique[modifier | modifier le code]

Les rhizomes des iris contribuent à stabiliser les berges et vasières des cours d'eau
Floriculture d'Adolphe Buyssens (1910)
fig.132 - Iris Kaempferi

Il y a eu différentes classifications au cours de l'histoire. La plus récente (détaillée ci-dessous) est celle de Brian Matthew en 1989.

Le genre Iris est divisé en 6 sous-genres ː

  • Iris (Iris barbus à rhizomes) aussi appelé 'pogon" ("barbe" en grec) ou "Eupogon" (vraie barbe)
  • Limniris (Iris sans barbe à rhizomes)
  • Xiphium (Iris à bulbe mou, anciennement genre Xiphion)
  • Nepalensis (Iris bulbeux, anciennement genre Junopsis)
  • Scorpiris (Iris à bulbe mou, anciennement genre Juno)
  • Hermodactyloides (Iris à bulbe réticulé: anciennement genre Iridodictyum)

Chacun de ces sous-genres se divisent en différentes sections et espèces.

Sous-genre Iris[modifier | modifier le code]

Iris barbus à rhizomes

Section Iris - Iris barbu

Iris aphylla à barbe blanche.
Iris germanica

Section Oncocyclus

Iris Oncocyclus (à cercle gonflé) en référence à l'arille présent sur les graines.

Section Hexapogon

Iris à 6 barbes

Section Psammiris

Iris arenaria (anciennement Iris humilis subsp arenaria)

Iris des sables

Section Pseudoregelia

Iris tigridia de Russie

Section Regelia

Sous-genre Limniris[modifier | modifier le code]

Iris à rhizomes sans barbe ou apogon

Iris pseudacorus
Iris versicolor

Section Limniris[modifier | modifier le code]

Série Californicae

Series Chinenses (de l'Est de l'Asie)

Series Ensatae

Series Foetidissimae

Series Hexagonae (connu sous le nom d'Iris de Louisiane)

Series Laevigatae

Series Longipetalae Iris à longs pétales

Series Prismaticae

Series Ruthenicae


Series Sibiricae Iris de Sibérie

Iris sanguinea

Series Spuriae

Series Syriacae Espèces dont la base des feuilles est gonflée.

Series Tenuifoliae (principalement des plantes semi-désertiques)

Series Tripetalae A 3 pétales

Series Unguiculares

Series Vernae

Section Lophiris[modifier | modifier le code]

Section aussi appelée 'Evansias' ou iris à crête

Section Unguiculares[modifier | modifier le code]

hybrides non catégorisés

Sous-genre Xiphium[modifier | modifier le code]

Iris à bulbes mous. Anciennement genre Xiphion. Iris espagnol

Iris latifolia
Iris lusitanica, Iris xiphium var. lusitanica

Sous-genre Nepalensis[modifier | modifier le code]

Iris bulbeux. Anciennement genre Junopsis.

Sous-genre Scorpiris[modifier | modifier le code]

Iris à bulbes mous surnommés "junos". Anciennement genre Juno.

Sous-genre Hermodactyloides[modifier | modifier le code]

Iris reticulata

Iris à bulbe réticulé. Anciennement genre Iridodictyum.

Autres[modifier | modifier le code]

Classification horticole[modifier | modifier le code]

Article détaillé : iris de jardin.

L’obtention par hybridation de très nombreux cultivars a conduit à l’élaboration d’une classification horticole très différente de la botanique pour les iris de jardin.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Langage des fleurs[modifier | modifier le code]

L'iris symbolise les bonnes nouvelles. Dans la mythologie grecque, Iris était fille de Thaumos, fils de la Terre. Elle devint la favorite de Héra, à laquelle elle n'apportait jamais que de bonnes nouvelles. En récompense de ses services, elle fut changée en arc-en-ciel, symbole du retour du beau temps.

L'iris blanc symbolise l'ardeur; le bleu la confiance.

Exposition[modifier | modifier le code]

Dans les jardins du château de Vullierens en Suisse se trouve une exposition d'iris.
De même, ce genre est mis en avant chaque année lors du Festival de l'Iris au château d'Auvers-sur-Oise, en France.

Ennemis[modifier | modifier le code]

La cétoine grise, Oxythyrea funesta peut s'attaquer aux fleurs d'iris.

Les papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent d'iris :

En climat humide, l'hétérosporiose (Cladosporium iridis) peut créer des tâches brunes sur le feuillage sans gêner la floraison ni s'attaquer aux rhizomes. Il convient d'appliquer un fongicide (mélangé à un corps gras pour adhérer aux feuilles cireuses) en début de saison lorsque les feuilles atteignent 10 cm (chaque semaine pendant 4 à 6 semaines) pour limiter la propagation des spores qui pourrait tuer la plante en quelques années.

La pourriture molle, provoquée par la bactérie Erwinia carotovora, peut, elle, attaquer les rhizomes. Dans ce cas, ils mollissent et dégagent une odeur nauséabonde. Cela survient souvent sur sol trop peu drainant et/ou trop riche en matière organique mal décomposée. Il faut supprimer entièrement la partie atteinte en coupant en partie saine avec un outil bien tranchant propre puis laisser sécher la surface de coupe et vaporiser avec un antiseptique de type eau de javel ou permanganate dilué.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance du 16 mai 1991 portant fixation de l'emblème et du drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale, Moniteur belge du 10 septembre 1991, p. 19 828

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :