Stigmate (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coupe schématique d'une fleur montrant le stigmate.

En botanique, le stigmate est l'extrémité d'un carpelle, ou de plusieurs carpelles soudés formant le gynécée d'une fleur. La fonction du stigmate est de capturer les grains de pollen.


Description[modifier | modifier le code]

Stigmate d'une espèce de tulipe, couvert de grains de pollen.
Gros plan d'un stigmate entouré d'étamines chez le lis blanc (variété 'Stargazer').

Le stigmate forme, avec le style et l'ovaire, le pistil, qui constitue lui-même une partie du gynécée, c'est-à-dire l'ensemble des organes reproductifs femelles d'une plante à fleurs. Le stigmate est la partie distale du style ou stylodia. Il est composé de papilles stigmatiques, cellules dont la fonction est de capturer les grains de pollen. Ces cellules peuvent être limitées à l'extrémité du style ou, en particulier chez les espèces pollinisées par le vent, couvrir une large surface[1]. Le stigmate a pour fonction de recevoir le pollen et c'est sur le stigmate que se produit la germination du grain de pollen. Le stigmate, souvent collant en surface, est adapté à la capture du pollen par différents procédés : poils, languettes ,reliefs, etc[2]. Le pollen peut être capturé de diverses sources : de l'air (pollen transporté par le vent, anémophilie), d'insectes ou d'autres animaux visiteurs ( pollinisation biotique), ou, dans de rares cas, de l'eau environnante (hydrophilie). La morphologie du stigmate est très variable, allant de formes minces et allongées à des formes globuleuses ou plumeuses[3].

Le pollen est généralement très déshydraté lorsqu'il quitte l'anthère. On a montré que le stigmate facilite la réhydratation du pollen et favorise la germination du tube pollinique[4]. Le stigmate assure également une bonne adhérence des grains de pollen d'espèces adaptées. Le stigmate peut jouer un rôle actif dans la discrimination du pollen et dans certaines réactions d'auto-incompatibilité, qui permettent de rejeter le pollen de plantes identiques ou génétiquement proches. Cela implique une interaction entre le stigmate et la surface du grain de pollen.

Variations morphologiques[modifier | modifier le code]

Le stigmate est souvent divisé en lobes ; il peut par exemple être trifide (à trois lobes), ou ressembler à une tête d'épingle (capité), ou se réduire à un point (ponctiforme) :


Stigmates du maïs, appelés « soies ».
Morphologie du stigmate
capité et simple.
trifide.

La forme du stigmate peut varier considérablement[1] :

Variations de forme et de taille du stigmate et du style.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'espèce Crocus sativus (Iridaceae) est cultivée pour ses stigmates qui sont récoltés et séchés pour produire le safran .Celui-ci est utilisé dans le domaine culinaire comme épice et colorant alimentaire, mais aussi dans le domaine médicinal pour ses propriétés stimulantes et emménagogues. On l'utilise aussi comme appât pour la pêche[5]. Le safran est inscrit dans la pharmacopée française (janvier 2017)[6].

Les stigmates du maïs (Zea mays), ou styles stigmatifères, appelés aussi « soies de maïs » ou « cheveux de maïs », sont utilisés dans le domaine médicinal. On les administre en décoction pour leur propriétés cholagogues, diurétiques et antihémorragiques grâce à leur teneur en vitamine K[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dahlgren, Clifford et Yeo 1985, Gynoecium p. 11
  2. The Penguin Dictionary of Botany, edited by Elizabeth Toothill, Penguin Books 1984 (ISBN 0-14-051126-1).
  3. Rudall 2007.
  4. Edlund, Swanson et Preuss 2004.
  5. Émile, Les plantes médicinales, t. 2, Presses Universitaires de France, , 127 p., p. 210.
  6. « Liste A des plantes médicinales utilisées traditionnellement », Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) (consulté le 30 octobre 2018).
  7. Marie-Antoinette Mulot, Secrets d'une herboriste: 250 plantes médicinales, 115 maladies courantes, conseils de beauté, Éditions du Dauphin, , 3e éd., 500 p. (ISBN 9782716310758), p. 273-274.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :