Institut des Nations unies pour la formation et la recherche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Institut des Nations unies pour la formation et la recherche
Image illustrative de l’article Institut des Nations unies pour la formation et la recherche
Organe de l'ONU
Type d'organisation Organe subsidiaire de l'ONU
Acronymes UNITAR
Directeur exécutif Nikhil Seth
Statut Active
Membres
Siège Genève (Suisse)
Création 1963
Site web http://www.unitar.org/fr
Organisation parente

L’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) est l’organe de formation des Nations Unies. Il offre des activités de formation et de renforcement des capacités afin d’assister les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés (PMA), les Petits États insulaires en développement (PEID), et les groupes et communautés les plus vulnérables, y compris au sein de zones de conflit.

Missions[modifier | modifier le code]

Les fonctions de l’UNITAR sont les suivantes :

  • fournir des solutions de formation de qualité pour répondre aux besoins d’individus, d’organisations et d’institutions en matière de renforcement de capacités ;
  • conseiller et soutenir les États membres, les Nations Unies et d’autres partenaires par la provision de services reposant sur les connaissances, y compris technologiques ;
  • faciliter le partage des connaissances et expériences au travers de processus novateurs et intégrés ;
  • incorporer des stratégies, approches pédagogiques et méthodologies innovantes dans les formations, cours, et produits et services connexes.

L’UNITAR mène des travaux de recherche sur les méthodes et instruments d’apprentissage novateurs, ainsi que de recherche appliquée pour contribuer à la réduction des risques de catastrophe et à la gestion d’urgences humanitaires.

Données institutionnelles[modifier | modifier le code]

  • 1963 : création de l’UNITAR, l’organe des Nations unies voué à la formation
  • 55 000 participants par an
  • 500 activités de formation menées chaque année
  • Basé à Genève (Suisse) avec des bureaux détachés à New York et Hiroshima, ainsi que des bureaux de projet à Port Harcourt et Islamabad ;
  • 17 centres de formation associés (réseau CIFAL)
  • 220 membres du personnel et collaborateurs

Histoire[modifier | modifier le code]

L’idée d’un Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche fut mentionnée pour la première fois en 1962, dans une résolution adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies. L’UNITAR fut créé en 1963 suivant une recommandation émise par le Conseil Économique et Social à l’assemblée Générale, qui chargea le Secrétaire-Général d’établir un tel Institut en tant qu’organisme autonome au sein du système des Nations Unies[1],[2].

La création de l’UNITAR coïncida avec l’accession de 36 États nouvellement indépendants, dont 28 États Africains, aux Nations Unies. Cette vague de décolonisation sans précédent créa un besoin critique d’assistance, car bon nombre de ces nouveaux États n’avaient ni les moyens, ni les capacités nécessaires pour former leurs corps diplomatiques. La mission de l’UNITAR fut forgée par ses quatre premiers directeurs exécutifs[3], tous issus d’États Africains nouvellement indépendants. Ainsi, la vision de l’UNITAR pour ses formations se développa avec les besoins et priorités de tels pays en filigrane. L’UNITAR devint opérationnel en mars 1965. L’Institut était initialement basé à New York, et fut relocalisé à Genève en 1993.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Un organisme autonome au sein du système des Nations Unies, l’UNITAR est dirigé par un directeur exécutif[4] et régi par un conseil d’administration[5]. Le directeur exécutif et les membres du conseil d’administration sont nommés par le Secrétaire général des Nations unies.

Directeurs Exécutifs de l’UNITAR:

Nikhil Seth Inde 2015 – présent
Sally Fegan-Wyles Irlande 2012 – 2015
Carlos Lopes Guinée-Bissau 2007 – 2012
Marcel André Boisard Suisse 1992 – 2007
Michel Doo-Kingué Cameron 1983 – 1992
Davidson Nicol Sierra Leone 1972 – 1982
S.O. Adebo Nigéria 1969 – 1972
Gabriel d’Arboussier Sénégal 1965 - 1967

Financement[modifier | modifier le code]

Formation et apprentissage

L’UNITAR ne perçoit pas de fonds issus du budget régulier des Nations Unies. L’institut est financé par des contributions volontaires de gouvernements, d’autres branches de l’ONU, d’organisations intergouvernementales, de fondations, d’ONGs et du secteur privé.




Bureaux[modifier | modifier le code]

NASA image satellite radar deDublin, Ireland

L’UNITAR est basé à Genève (Suisse) avec des bureaux détachés à New York (USA) et Hiroshima (Japon) et des bureaux de projet à Port Harcourt (Nigéria) et Islamabad (Pakistan).

L’UNITAR propose également des programmes et activités de formation par le biais du réseau global CIFAL (Centre International de Formation des Autorités et Leaders), composé de 17 centres de formation associés à travers le monde. Ces centres se trouvent en Asie, en Afrique, en Australie, en Europe, sur le continent Américain et dans les Caraïbes.



Domaines de travail[modifier | modifier le code]

L’UNITAR dispose d’une expertise établie dans les domaines de la diplomatie multilatérale ; la prévention de conflit et rétablissement de la paix ; l’adaptation au changement climatique ; l ‘économie verte ; la gouvernance environnementale ; la gestion des produits chimiques et des déchets ; la gouvernance locale ; les finances publiques et le commerce ; et la promotion de l’Agenda 2030 pour le Développement Durable.

L’UNITAR sert aussi de centre de recherche pour l’innovation dans le domaine des systèmes de connaissance.

Enfin, l’UNOSAT (Programme Opérationnel pour les Applications Satellitaires de l’UNITAR) est spécialisé dans la recherche appliquée en matière d’usage d’images satellitaires dans des situations de désastre, de conflit ou de crises humanitaire.

Les activités de l’UNITAR sont organisées sous cinq piliers thématiques :

  1. Promotion de la paix et des sociétés justes et inclusives[6]
  2. Croissance économique durable pour la prospérité[7]
  3. Populations et inclusion sociale[8]
  4. Planète, protection et restauration de l'environnement, et changement climatique[9]
  5. Savoirs et connaissances interdisciplinaires[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]