Gladwyn Jebb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jebb.
Gladwyn Jebb
S.E. Sir Gladwyn Webb (puis baron Gladwyn)
S.E. Sir Gladwyn Webb
(puis baron Gladwyn)
Fonctions
Secrétaire-général des Nations unies
(intérim)
Successeur Trygve Lie
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Firbeck Hall dans le Yorkshire, GB
Date de décès (à 96 ans)
Lieu de décès Bramfield Hall dans le Suffolk, GB
Parti politique Libéral
Conjoint Cynthia, fille de sir Saxton Noble, puis de uxoris baronne Gladwyn
Enfants 3
Diplômé de Magdalen College à Oxford
Religion anglicanisme

Gladwyn Jebb
Secrétaires-généraux des Nations unies

Hubert Miles Gladwyn Jebb (né le et mort le ), 1er baron Gladwyn, diplomate et politique britannique, fut notamment l'inaugural secrétaire-général des Nations unies (par intérim).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

D'ascendance de la petite noblesse, son père, Sydney Gladwyn Jebb, siège à Firbeck Hall dans le Yorkshire dont il fut juge de paix (J.P.), petit-fils du général sir Joshua Webb KCB.

Il étudia à Eton College, avant de poursuivre ses études au Magdalen College à Oxford, où il fut diplômé d'Histoire.

De son épouse Cynthia Noble (1898–1990)[1], fille de sir Saxton Noble et arrière-petite fille d'Isambard Kingdom Brunel, pionnier du chemin de fer britannique, il a eu trois enfants : un fils Miles Jebb, le 2e baron Gladwyn, deux filles Vanessa (épouse de l'historien Hugh, baron Thomas de Swynnerton) et Stella (épouse de l'écrivain français de prospective le Dr Joël de Rosnay).

Amateur de grands crus et un fin cuisinier, le baron Gladwyn était aussi un excellent chasseur et parlait couramment le français et l'allemand avec de bonnes connaissances de l'italien et une solide culture gréco-latine ; ses amis comprenaient Cyril Connolly et Nancy Mitford.

Mort à l'âge de 96 ans, 5 mois et 29 jours, le baron Gladwyn est aujourd'hui encore le doyen des secrétaires-généraux de l'ONU.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jebb entre au « Foreign Office (FCO) » (Affaires étrangères) en 1924 et a un premier poste à Téhéran, où il se lie d'amitié avec Harold Nicolson et Vita Sackville-West[2]. Il poursuit sa carrière au FCO à Londres, puis à Rome. Il est ensuite secrétaire privé du bureau des services diplomatiques à Londres. Il est nommé sous-secrétaire au ministère de l'économie de guerre en août 1940 et en 1942 chef du département de la reconstruction dans ce même ministère. Il accède au rang de conseiller diplomatique en 1943, ce qui lui permet d'assister à des conférences cruciales de la Seconde Guerre mondiale, comme la conférence de Téhéran, la conférence de Yalta et la conférence de Potsdam.

Après la Seconde Guerre mondiale, il devient secrétaire exécutif de la Commission préparatoire des Nations unies. En août 1945, il est nommé secrétaire-général de fait de l'Organisation des Nations unies par intérim d'octobre 1945 à février 1946, en attendant la nomination du premier secrétaire-général Trygve Lie.

De retour à Londres, Jebb devient le suppléant du secrétaire (ministre) du « Foreign Office » Ernest Bevin à la Conférence des ministres des Affaires étrangères, puis devient conseiller spécial du FCO aux Nations unies de l'automne 1946 à fin 1947. Il représente ensuite le Royaume-Uni à la Commission permanente de Bruxelles aboutissant à la signature du traité de Bruxelles (1948), où il a rang d'ambassadeur plénipotentiaire. Suite son affection à New York de 1950 à 1954 comme ambassadeur du Royaume-Uni à l'ONU, il est nommé ambassadeur à Paris jusqu'à 1960.

Déjà nommé chevalier, sir Gladwyn Jebb fut créé en tant que pair héréditaire en 1960 avec titre « baron Gladwyn ». Il s'investit en politique pour le Parti libéral au parlement britannique, devenant numéro deux du parti à la Chambre des lords entre 1965 et 1988 et rapporteur aux Affaires étrangères et à la Défense. Partisan de l'Union européenne, il est membre du Parlement européen entre 1973 et 1976, dont il devient vice-président de la Commission aux affaires politiques. Il est ensuite battu dans la circonscription du Suffolk, dont il se représente en 1979.

Lorsqu'on l'interrogeait sur le motif de son adhésion au Parti libéral, il répondait que les libéraux était alors un parti sans général et qu'il était un général sans parti. Comme beaucoup de libéraux, il pensait que l'enseignement était la clef des réformes de société.

Le baron Gladwyn est enterré à l'église paroissiale de St.-Andrew proche de son siège, Bramfield Hall dans le Suffolk.

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Plaque de chevalier grand-croix de l'Ordre (GCMG)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Élément Blasonnement des Webb,
barons Gladwyn
Image
Timbre Couronne de baron britannique.
Blason Écartelé, de sinople et d'or en 1 au faucon arborant d'argent grilleté d'or en 4 au leurre aussi d'argent.
Cimier
Supports
Circlet et devise Circlet : ordre de Saint-Michel et Saint-Georges.
(à propos du baron Gladwyn GCMG)
Devise : « Spe et Labore ».

Écrits[modifier | modifier le code]

Écrivain sur la diplomatie et de ses Mémoires :

  • Is Tension Necessary ? 1959
  • Peaceful Co-existence 1962
  • The European Idea 1966
  • Half-Way to 1984 1967
  • De Gaulle's Europe, or Why the General says No 1969
  • Europe after de Gaulle 1970
  • The Memoirs of Lord Gladwyn 1972

Ses archives ont été déposées par son héritier, le 2e baron Gladwyn, au « Churchill Archives Center » à l'université de Cambridge depuis 1998.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La baronne Gladwyn (autrice) : Mémoires.
  2. Le Journal d'Harold Nicolson.

Liens externes[modifier | modifier le code]