Infiniment (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Infiniment.

Infiniment est une compilation posthume de Jacques Brel, éditée par Barclay en 2003 à l'occasion du vingt-cinquième anniversaire de sa mort[1]. Les chansons qu'elle rassemble ont été remasterisées en haute définition, et certaines d'entre elles étaient jusqu'alors restées inédites par volonté de leur auteur.

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre de cette compilation, « infiniment », est un adverbe qui revient souvent dans les paroles des chansons de Brel[2] :

  • Le Plat Pays : « Avec infiniment de brumes à venir »
  • Orly : « Et puis infiniment / Comme deux corps qui prient / Infiniment lentement / Ces deux corps se séparent »
  • Les Marquises : « Et la mer se déchire, infiniment brisée »
  • L'Enfance : « L'enfance / Qui nous empêche de la vivre / De la revivre infiniment »

Déjà à l'époque scolaire, Brel aimait utiliser cet adverbe : il a ainsi confié à Paul-Robert Thomas qu'il « n'avai[t] pas le droit d'écrire dans une rédaction : “le désert : du sable infiniment” »[3], et l'un de ses premiers poèmes contient le vers « La mer est belle et longue infiniment »[4].

Il est si caractéristique de son œuvre qu'Olivier Todd le qualifie d'« adverbe brélien »[5].

Chansons inédites[modifier | modifier le code]

Les cinq chansons inédites présentes sur cette compilation avaient été enregistrées peu de temps avant la mort de Brel, à l'automne 1977, pour figurer sur son dernier album intitulé Les Marquises. Le chanteur en avait refusé la sortie, les jugeant trop peu abouties ; il avait ainsi écrit une lettre à Eddie Barclay, interdisant qu'on les sorte sans son accord. Ce fut néanmoins fait dans cette compilation, avec l'accord de ses ayants droit, son épouse Thérèse Michielsen (dite « Miche ») et sa fille France[6].

Eddie Barclay s'est opposé à cette sortie, mais la maison de disques Barclay, qu'il a fondée et qui avait édité Les Marquises, appartient désormais à Universal Music France ; or le P-DG de cette dernière, Pascal Nègre, a décidé de présenter au public ces cinq inédits[7].

Cette décision a été controversée en raison du fait qu'elle allait à l'encontre de la volonté de l'artiste défunt[8]. Miche s'en explique par le fait que les titres étaient prêts à être sortis, et que dans sa lettre, Brel demande simplement à Barclay d'attendre ses instructions avant de les sortir, pas de ne pas les sortir du tout[9]. Nègre se justifie en rappelant que la fondation Brel (dirigée par Miche et France Brel), et certaines stations de radio belges, avaient commencé à diffuser ces inédits dès l'exposition Brel, le droit de rêver, plus tôt dans l'année[10].

  • La Cathédrale : qui devient esquif, navire qui entame un tour du monde onirique.
  • L'amour est mort : décrit un couple, autrefois heureux, mais désormais usé et où l'amour a peu à peu disparu.
  • Mai 40 : raconte l'invasion de la Belgique par les troupes du Troisième Reich, au début de la Seconde Guerre mondiale, en mai 1940.
  • Avec élégance : Brel y décrit sa peur de vieillir, et la nécessité de rester digne jusqu'au bout ; elle peut être perçue comme un testament de ses émotions.
  • Sans exigences : un homme y regrette sa passivité à l'égard de sa compagne qui l'a quitté.

Différentes éditions[modifier | modifier le code]

La compilation a été éditée sous plusieurs formes.

La première, sortie fin , est un double disque rassemblant quarante chansons, dont les cinq inédits. Une deuxième version, ne comportant qu'un seul disque, est sortie un peu plus tard, en , réunissant vingt chansons, parmi lesquelles seuls deux des cinq inédits étaient présents. Chacune de ces deux versions a été éditée à la fois en CD et en SACD ; c'était la première fois que Brel était édité en SACD, support qui fournit une qualité sonore supérieure au CD (les albums Les Marquises et Olympia 1961 ont été subséquemment réédités sur ce support).

La compilation est également sortie en cassette audio, avec 24 titres dont les cinq inédits.

Les différentes éditions sont les suivantes, avec leur numéro de catalogue / identifiant EAN 13 (les liens pointent vers la base de données « Phonogrammes » de la SCPP) :

CD[11] SACD[12] Cassette audio[13]
Digipack Cristal
2 disques 980 839-3 / 0602498083932 980 839-6 / 0602498083963 980 907-5 / 0602498090756 980 839-9 / 0602498083994
1 disque 981 841-1 / 0602498184110 981 841-0 / 0602498184103 981 840-9 / 0602498184097

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Piste
(2 CD)
Piste
(1 CD)
Piste
(K7)
Titre Durée
Année d'enre-
gistrement
Année de 1re
publication
Identifiant
ISRC
CD 1 – 01 18 A – 01 La Quête (extrait de L'Homme de la Mancha) 2:38 1968 1968 FR-Z01-68-00040
CD 1 – 02 02 A – 02 La Cathédrale 4:43 1977 inédit FR-Z01-77-01930
CD 1 – 03 01 A – 03 L'amour est mort 4:01 1977 inédit FR-Z01-77-01910
CD 1 – 04   A – 04 Mai 40 3:38 1977 inédit FR-Z01-77-01920
CD 1 – 05   A – 05 Avec élégance 2:53 1977 inédit FR-Z01-77-01890
CD 1 – 06   A – 06 Sans exigences 3:05 1977 inédit FR-Z01-77-01900
CD 1 – 07 15 A – 07 Les Marquises 3:53 1977 1977 FR-Z01-77-00080
CD 1 – 08     Orly 4:20 1977 1977 FR-Z01-77-00040
CD 1 – 09     La ville s'endormait 4:36 1977 1977 FR-Z01-77-00010
CD 1 – 10     Jojo 3:12 1977 1977 FR-Z01-77-00200
CD 1 – 11     J'arrive 4:44 1968 1968 FR-Z01-68-00240
CD 1 – 12 16 A – 08 Quand on n'a que l'amour 2:33 1960 1960 FR-Z03-60-01430
CD 1 – 13 04 A – 09 Le Plat Pays 2:41 1962 1962 FR-Z01-62-00090
CD 1 – 14   A – 10 Mon enfance 5:35 1967 1967 FR-Z01-67-00130
CD 1 – 15 07 A – 11 Les Vieux 4:04 1963 1963 FR-Z01-63-00370
CD 1 – 16     La Chanson de Jacky 3:25 1966 1966 FR-Z01-66-00070
CD 1 – 17 06 A – 12 La Valse à mille temps 3:49 1959 1959 FR-Z03-59-00300
CD 1 – 18     Le Prochain Amour 4:22 1961 1961 FR-Z03-61-00300
CD 1 – 19 17 B – 11 La Chanson des vieux amants 4:27 1967 1967 FR-Z01-67-00050
CD 1 – 20 19 B – 12 Ne me quitte pas 4:14 1972 1972 FR-Z01-72-00700
CD 2 – 01 14   Amsterdam (live à l'Olympia 1964) 2:56 1964 1964 FR-Z01-64-00030
CD 2 – 02     La Bière 3:11 1968 1968 FR-Z01-68-00250
CD 2 – 03     Bruxelles 2:58 1962 1962 FR-Z01-62-00040
CD 2 – 04     Le Diable (Ça va) 2:22 1955 1955 FR-Z03-55-00060
CD 2 – 05     Il nous faut regarder 2:20 1955 1955 FR-Z03-55-00070
CD 2 – 06     L'Enfance (extrait du Far West) 2:51 1973 1973 BE-Z01-73-80010
CD 2 – 07 09 B – 01 Ces gens-là 4:38 1966 1966 FR-Z01-66-00100
CD 2 – 08 10 B – 02 Les Bonbons 3:29 1964 1964 FR-Z01-64-00410
CD 2 – 09   B – 03 Les Flamandes 2:33 1959 1959 FR-Z03-59-01140
CD 2 – 10 08 B – 04 Les Bourgeois 2:53 1962 1962 FR-Z01-62-00100
CD 2 – 11   B – 05 Jef 3:35 1964 1964 FR-Z01-64-00080
CD 2 – 12 05 B – 06 Mathilde 2:35 1964 1964 FR-Z01-64-00090
CD 2 – 13     Marieke 2:40 1961 1961 FR-Z03-61-01460
CD 2 – 14 03 B – 07 Madeleine 2:39 1961 1962 FR-Z01-61-00010
CD 2 – 15   B – 08 Les Bigotes 2:41 1963 1963 FR-Z01-63-00030
CD 2 – 16 11   Vesoul 3:07 1968 1968 FR-Z01-68-00070
CD 2 – 17 12   Le Moribond 3:07 1961 1961 FR-Z03-61-00490
CD 2 – 18 13 B – 09 Au suivant 3:06 1964 1964 FR-Z01-64-00060
CD 2 – 19   B – 10 Le Dernier Repas 3:25 1964 1964 FR-Z01-64-00020
CD 2 – 20     Je suis un soir d'été 4:08 1968 1968 FR-Z01-68-00060

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chris Tinker, Georges Brassens and Jacques Brel : Personnal and Social Narratives in Post-War Chanson, Liverpool, Liverpool University Press, , 224 p. (ISBN 0-85323-758-1 et 0-85323-768-9), p. 210.
  2. Amina El Fassi, Brel et l'ironie, L'Harmattan, coll. « Espaces littéraires », , 272 p. (ISBN 2-296-01095-4), p. 26.
  3. Paul-Robert Thomas, Jacques Brel : J'attends la nuit, témoignage, Paris, Le Cherche-midi, coll. « Documents », , 155 p. (ISBN 2-86274-842-0), p. 108.
  4. (en) Sara Poole, Brel and chanson : A Critical Appreciation, Dallas, University Press of America, , 117 p. (ISBN 0-7618-2919-9), p. 6–7.
  5. Olivier Todd, Jacques Brel : Une vie, Paris, Robert Laffont, , 452 p. (ISBN 2-221-01192-9), p. 31.
  6. Jean-Marc Grosdemouge, « Jacques Brel "Infiniment" », sur M-la-Music, 2 novembre 2003.
  7. (en) James Martin, « Unreleased Tracks Spark Brel Row », Billboard, 25 octobre 2003, p. 59.
  8. Loïc Bussières, « Déjà 25 ans sans Jacques Brel », sur le site de RFI Musique, 9 octobre 2003.
  9. Sylvain Cormier, « Jacques Brel, 25 ans après - La mort de Brel is alive and well », Le Devoir, 9 octobre 2003.
  10. Ludovic Perrin, « Jacques Brel au-delà des « Marquises » », Libération, 23 septembre 2003.
  11. Discographie - Disques compact, sur le site des éditions Jacques Brel.
  12. Discographie - SACD, sur le site des éditions Jacques Brel.
  13. Discographie - Cassette audio, sur le site des éditions Jacques Brel.