Société civile des producteurs phonographiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une entreprise française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

La Société civile des producteurs phonographiques (SCPP) est une société française de gestion des droits des producteurs de musique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le SCPP fut créée à la suite de l'adoption de la loi du 3 juillet 1985 relative aux droits d'auteur[1].

En 2016, la presse révèle que les plus fortes sommes versées au titre du soutien aux « Jeunes créateurs » le sont à des artistes comme Johnny Hallyday, Chimène Badi ou Charles Aznavour[2],[3].

Présidents du conseil d’administration[modifier | modifier le code]

Directeurs gérants de la SCPP[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chesnais (1985-1986)
  • Jean Michel Fava (1987-1988)
  • Monique Laurent (1988-1996)
  • Marc Guez (depuis 1996)

è

Commission d'aide à la création[modifier | modifier le code]

Une commission élue par l'Assemblée Générale de la SCPP examine chaque mois les dossiers de demande de subventions et soumet au Conseil d'Administration des propositions. Le Conseil d'Administration décide l'attribution des aides et la SCPP contrôle la réalisation de chaque projet[4].

La SCPP déclare vouloir «favoriser le renouvellement de la création musicale grâce notamment à l’émergence de nouveaux talents»[4] et ainsi «aide les projets de démarrages ou de redémarrages de carrières»[4]. Le détail des aides attribuées par la SCPP est le suivant :

  • l'aide à la création d’enregistrements,
  • l'aide à la diffusion de spectacle vivant,
  • l'aide à la création de vidéomusiques,
  • les projets spéciaux.

Cependant, la SCPP subventionne de nombreux artistes qui ne sont pas en démarrage de carrière tels que : Charles Aznavour, Chimène Badi, Gérald De Palmas, Jacques Dutronc, David Halliday, Pascal Obispo, Francis Lalanne, etc[1].

De plus, les albums les plus aidés n'appartiennent pas à des labels indépendants mais à des majors[5]. Ainsi, en 2015, plusieurs artistes confirmés ont perçu des subventions[6] :

  1. Chimène Badi, Au-delà des maux (Universal) – 184 912 euros
  2. Charles Aznavour, Encores (Universal) – 166 470 euros
  3. La légende du roi Arthur (Warner) – 151 090 euros
  4. Eddy Mitchell, Quelque chose a changé (Universal) – 128 960 euros
  5. Sur la route des Enfoirés (Les Restos du cœur) – 127 780 euros
  6. Johnny Hallyday, De l'amour (Warner) – 115 932 euros
  7. Zazie, Encore heureux (Universal) – 104 004 euros
  8. Christophe, Les Vestiges du chaos (Universal) – 101 028 euros
  9. Tribute to Alain Souchon (Universal) – 83 200 euros
  10. Les Innocents, Mandarine (Sony) – 82 732 euros

La SCPP exerçant son droit de réponse, a réagi en affirment (notamment) « qu'en 2015, 84 % du montant de ses aides aux producteurs et 94 % des projets aidés par la SCPP allant à des producteurs concernent des artistes non confirmés, dits « jeunes talents ». Outre les 3 grandes sociétés internationales, dites « majors », 77 producteurs indépendants bénéficient à la SCPP d'un droit de tirage. »[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]