Ian McEwan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McEwan.
Ian McEwan
Description de cette image, également commentée ci-après

Ian McEwan au salon du livre de Paris en 2011.

Naissance (68 ans)
Drapeau du Royaume-Uni Aldershot,
Hampshire, Angleterre
Auteur
Langue d’écriture anglais

Œuvres principales

Ian McEwan, né le à Aldershot, est un romancier et scénariste anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ian McEwan a passé une grande partie de sa jeunesse en Extrême-Orient à Singapour, en Afrique du Nord (en Libye), et en Allemagne, où son père, officier écossais dans l’armée britannique, était en poste. Il a fait ses études à l’université du Sussex et l’université d'East Anglia, où il a été le premier diplômé du cours d’écriture créative créé par Malcolm Bradbury.

Dès le début des années 1980, Ian McEwan s’impose sur la scène littéraire britannique avec deux recueils de nouvelles, First Love, Last Rites (1975) et In-Between the Sheets (1978), traduits de manière incomplète en France en un seul volume : Premier amour, derniers rites. McEwan s’y montre fasciné par la perversion et l’interdit. Il explore tous les fantasmes les plus bizarres de la sexualité, les outrances et les excès auxquels l’amour peut conduire : crimes passionnels, crimes sadiques… Avec lui, le mal rôde sous le masque de la banale réalité quotidienne, remettant en question la normalité et l’innocence. First Love, Last Rites (1975) a remporté le prix Somerset Maugham Award en 1976.

Viendront ensuite des romans et de nombreuses pièces radiophoniques. Le Jardin de ciment (The Cement Garden, 1978) met en scène l’enfance marginale vue à travers la narration d’orphelins qui ont enfoui dans du ciment le cadavre de leur mère. Un bonheur de rencontre (The Comfort of Strangers, 1981) raconte une histoire d’amour ordinaire qui se termine par un crime pervers. L'Enfant volé (The Child in Time) publié en 1987 évoque la difficulté pour des parents de surmonter le rapt de leur enfant. De multiples personnages et intrigues secondaires se greffent sur le drame qui se présente à la fois comme une satire féroce des institutions anglaises et une méditation sur l’enfance et le temps. Le roman se voit récompensé par le prix Fémina étranger en 1993.

Ian McEwan, sans abandonner sa prédilection pour la déviance, se met ensuite à écrire des récits ancrés dans une période particulière et soucieux d’histoire récente. L’Innocent (The Innocent or The Special Relationship, 1990) décrit le cheminement de l’innocence au crime le plus atroce, sur fond d’espionnage dans le Berlin de l’après-guerre. Dans Les Chiens noirs (Black Dogs, 1992), le narrateur tente d’écrire l’histoire de ses beaux-parents, deux personnages emblématiques des illusions et désillusions d’une époque. Ballotté entre les deux versions que ceux-ci défendent, le biographe est animé d’un désir de vérité qui, au-delà de son sujet déclaré, le concerne lui-même.

L’univers de McEwan est un monde sordide où règne un malaise permanent. Entre le thriller et le roman psychologique, Délire d’amour (Enduring Love, 1997), sommet d’humour noir et de cruauté, nous fait découvrir les affres de l’obsession et l’ambiguïté qui s’installe entre l’obsédé et l’objet de son obsession. Dans ce roman où les personnages sont poussés dans leurs derniers retranchements, l’amour s’avère plus dangereux que la haine. L'auteur met en scène un personnage atteint du syndrome de Clérambault.

En 1998, l’auteur reçoit le prix Booker pour Amsterdam (Amsterdam, 1998), roman où s’affrontent quatre notables : le mari et les trois amants d’une femme décédée.

Avec Expiation (Atonement, 2001), Ian McEwan s’interroge sur le pouvoir de manipulation des écrivains : une romancière écrit qu’enfant, elle a accusé de viol l'amant de sa sœur. Son histoire mêle deux histoires tragiques : celle d’un bonheur brisé et celle d’une innocence perdue. En 2007, il participe en tant que producteur exécutif au film réalisé par Joe Wright, avec James McAvoy, Keira Knightley, Saoirse Ronan et Romola Garai, le scénario est de Christopher Hampton.

Insolite et insolente, provocatrice, hautement originale, l’œuvre de Ian McEwan surprend par ses tours de force de concision et d’humour. L’auteur joue avec les énigmes qui sont l’essence de la narration. Tous ses romans affichent une parenté lointaine, sous forme de simulacre, avec l’énigme policière.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il habite dans la City de Londres près de la gare St Pancras, une vaste maison victorienne qui apparaît dans son roman Samedi.

Il est père de deux fils.

Récompenses et honneurs[modifier | modifier le code]

  • First Love, Last Rites (1975) a remporté le prix Somerset Maugham Award en 1976
  • Il a reçu en 1993 le prix Femina étranger pour son roman L'Enfant volé.
  • En 1998, l’attribution du prix Booker à son court roman Amsterdam a été controversée.
  • Il a reçu le prix Shakespeare de la Fondation Alfred Toepfer, de Hambourg, en 1999.
  • Il a été fait commandeur de l'Order of the British Empire en 2000.
  • Nommé le meilleur auteur de l'année par le Reader's Digest pour 2008.
  • Il a reçu le prix Jérusalem 2010. Lors de la remise de son prix, il a tenu à dénoncer « la colonisation israélienne » et condamner « la confiscation des terres et les expulsions à Jérusalem-Est ».

Ian McEwan est membre de la Royal Society of Literature, de la Royal Society of Arts, et de l'Académie américaine des arts et des sciences.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, il a vendu plus de 15 millions de livres à travers le monde.[réf. nécessaire]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Jardin de ciment (The Cement Garden, 1978), trad. Claire Malroux, Seuil (1980)
  • Un bonheur de rencontre / Étrange Séduction (The Comfort of Strangers, 1981), trad. Jean-Pierre Carasso, Seuil (1983) / Points Roman no 448 (1991)
  • L'Enfant volé (The Child in Time, 1987, Whibread Novel of the Year Award), trad. Josée Strawson, Gallimard « Du monde entier » (1993, prix Femina étranger 1993)
  • L'Innocent (The Innocent or the Special Relationship, 1990), trad. Jean Guiloineau, Seuil (1990)
  • Les Chiens noirs (Black Dogs, 1992), trad. Suzanne V. Mayoux, Gallimard « Du monde entier » (1994)
  • Délire d'amour (Enduring Love, 1997), trad. Suzanne V. Mayoux, Gallimard « Du monde entier » (1999)
  • Amsterdam (Amsterdam, 1998, prix Booker 1998), trad. Suzanne V. Mayoux, Gallimard « Du monde entier » (2001)
  • Expiation (Atonement, 2001), trad. Guillemette Belleste, Gallimard « Du monde entier » (2003)
  • Samedi (Saturday, 2005) (James Tait Black Memorial Prize), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2006)
  • Sur la plage de Chesil (On Chesil Beach, 2007), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2008)
  • Solaire (Solar, 2010), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2011). Sur le thème du réchauffement climatique.
  • Opération Sweet Tooth (Sweet Tooth, 2012), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2014)
  • L'Intérêt de l'enfant (The Children Act, 2014), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2015)
  • Dans une coque de noix (Nutshell,2016), trad. France Camus-Pichon, Gallimard « Du monde entier » (2017)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Premier amour, derniers rites : traduction française de deux recueils de l'auteur, éd. Henri Veyrier “ Off ” (1978)
    • First Love, Last Rites, 1975, prix Somerset Maugham 1976
    • In-Between the Sheets, 1978
  • Reprise de Premier amour, dernier rites sous le titre Sous les draps et autres nouvelles, Gallimard « Du monde entier » (1997)
  • Psychopolis et autres nouvelles (Folio n° 3628, 2001, extrait de Sous les draps et autres nouvelles)

Recueil de nouvelles pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Le Rêveur (The Daydreamer, 1994), trad. Josée Strawson, Gallimard-Jeunesse « Lecture Junior » no 53 (1995)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Géométrie dans l'espace (Solid geometry) / trad. Françoise Cartano, in Galaxies intérieures : une anthologie de science-fiction moderne britannique (Night speculations, 1976), tome I, sous la direction de Maxim Jakubowski. Paris : Denoël, coll. "Présence du Futur" n° 224, janvier 1977, p. 167-189. (ISBN 2-207-30224-5)
  • Les Écoliers (in Europe no 768, avril 1993)
  • La Langue maternelle (NRF no 570, juin 2004)
  • in Être un homme : 75 auteurs réunis / par Colum McCann. Paris : 10-18, coll. "Littérature étrangère" n° 5113, sept. 2016. (ISBN 978-2-264-06576-6)

Filmographie[modifier | modifier le code]

En qualité de scénariste[modifier | modifier le code]

En qualité d'auteur adapté[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Max Dupperay : Ian McEwan ou l’exquise douleur du paradis perdu in Europe no 768 (avril 1993).
  • Swantje Möller: Coming to Terms with Crisis: Disorientation and Reorientation in the Novels of Ian McEwan. Heidelberg: Winter, 2011. (ISBN 978-3-8253-5880-8)
  • Christine Reynier : La Mise en scène de la perversion chez Ian McEwan Texte en ligne
  • Le Figaro Magazine n°422 (n° spécial "So British !"), 22 avril 2011.
  • Madame Figaro pocket n° 5, 1er avril 2011.
  • « Le sexe selon Ian McEwan », Le Point n° 2011, 31 mars 2011.
  • Magazine littéraire n° 423, septembre 2003.
  • Revue des deux mondes, septembre 2008.
  • Lire n° 305, mai 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]