Histoire de la démocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire de la démocratie remonte à l'Antiquité, avec une réémergence au XVIIe siècle jusqu'à nos jours.

Les origines[modifier | modifier le code]

Le grec Solon est le premier législateur et le père de la démocratie européenne, mais en ce qui concerne les premières traces de la démocratie sur terre, c'est au cours de son voyage en Égypte qu'il a connu pour la première fois cette notion d'égalité entre les êtres humains. Il ajouta, c'est durant son apprentissage que le premier législateur européen " Solon d'Athènes, 640 à 558 avant J-C " a lu des documents qui parlait de la Démocratie et du Droit de Greve :

  • Sur une inscription datant du règne de la VIème dynastie il est écrit à propos du peuple qui ne supportaient plus que le parlement continue à augmenter l'impôt, et demanda la compréhension du pharaon, qui donna des instructions à son ministre de finance : ( Ma Majesté ordonna de ne pas lever l'impôt ).
  • Sur le papyrus judiciaire de Turin, datant de l'époque de Ramsès III, on parle d'une procédure juridique.
  • Sur une autre inscription datant toujours du règne de Ramsès III, les artisans de Deir el Medinah s'apprêtaient à faire grève pour réclamer leur salaire et des bonnes conditions de travail.

Sumer[modifier | modifier le code]

Les villes-états sumériennes sont considérées comme les premières formes de démocratie. Avec le temps elles se sont transformées en monarchies.

L'Inde ancienne[modifier | modifier le code]

L'une des premières civilisations démocratiques a été identifiée dans des républiques de l'Inde ancienne, aux environs du VIe siècle av. J.-C.. Parmi ces républiques (Mahajanapadas) l'État de Vaishali fut la première république.

Les systèmes démocratiques utilisés dans ces républiques : Sangha, Gana (en) et Anchayat (ce dernier encore utilisé dans des villages en Inde).

Sous Alexandre le Grand (IVe siècle av. J.-C.) les Grecs ont écrit que les États de Sabarcae et Sambasrai (actuellement Pakistan et Afghanistan) avaient "une forme de gouvernement démocratique".

L'arrivée au pouvoir de Gopala (Pala king) (en) par une élection démocratique a été rapportée par l'historien tibétain Taranath.

La Grèce ancienne[modifier | modifier le code]

Démocratie athénienne

La république romaine[modifier | modifier le code]

République romaine

Émergence de la démocratie dans les gouvernements modernes[modifier | modifier le code]

Avant le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

L'humanisme de la Renaissance fut un mouvement culturel en Europe, qui commença en Italie (particulièrement Florence) dans les dernières décennies du XIVe siècle. Les philosophes humanistes recherchèrent les principes sur lesquels la société pourrait être organisée, en opposition à la concentration du pouvoir par l'Église ou les monarques.

Quelques développements limités de la démocratie eurent lieu :

  • introduction de l'idée que les détenteurs du pouvoir sont responsables devant un électorat : Simon V de Montfort appela les propriétaires terriens à voter

aux élections anglaises de 1265 (De Montfort's Parliament (en)).

XVIIIe et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les tendances contemporaines[modifier | modifier le code]

L'histoire contemporaine et les conflits actuels démontrent que la culture démocratique a rarement été suffisante pour entraîner une transition de la dictature vers la démocratie, en l'absence d'une tradition politique et d'une formation progressive des institutions.

Des démarches tentent une plus grande implication des citoyens dans la politique (démocratie participative) :

  • le conseil de quartier fait participer les habitants à certaines décisions concernant la vie de la cité : aménagement des voiries, enlèvement des ordures, équipements sportifs et culturels.
  • le budget participatif, inventé au Brésil, à Porto Alegre met une partie des finances municipales sous le contrôle des citoyens. Quelques communes françaises ont des "enveloppes de quartier".
  • grâce à Internet de nombreuses communes ont un site sur lequel il est parfois possible de s'adresser directement aux services techniques, participer à des forums, rédiger un magazine en ligne, etc. En France, un label national ville Internet peut être décerné.
  • le jury citoyen donne un avis consultatif sur une question d'intérêt général.
  • l'Observatoire des engagements tente de suivre les promesses (électorales) non tenues, qui accentuent la méfiance envers les politiques. L'observatoire recense les engagements pris et vérifie, chaque année, leur mise en œuvre. L'Adels (Association pour la démocratie et l'éducation locale et sociale recense les expériences de ce type.