Haussez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Haussez
Haussez
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Marcel Coaillet
2014-2020
Code postal 76440
Code commune 76345
Démographie
Population
municipale
278 hab. (2017 en augmentation de 1,09 % par rapport à 2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 00″ nord, 1° 40′ 02″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 217 m
Superficie 13,15 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Haussez
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Haussez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haussez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haussez

Haussez est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Petrus de Hausses en 1291[1]; Noble fieu de Hauseiz en 1405[2]; Capella Sancti Audoeni in ecclesie de Haussez avant 1318; ecclesia de Haussez vers 1321 (Longnon); d'Haussé en 1753[3]; Haussay en 1715 (Frémont); Haussez en 1757 (Cassini)[4].

Fricourt est un hameau d’Haussez.
Le nom de cet hameau est attesté sous les formes Frécourt en 1220[5] et Friescourt en 1260[6]; Ce nom vient du vieux mot frich, qui signifie « friche », et de court, « ferme, exploitation agricole  ».

L'origine de ce lieu serait une ferme établie sur une lande inculte.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Haussez résulte de la fusion en 1824 des deux anciennes communes d'Haussez et de Courcelles-Rançon[7].

FRICOURT a été et est toujours un hameau d’Haussez, commune du canton de Forges-les-eaux, arrondissement de Neufchatel, département de la Seine-Maritime.

Comme Haussez, dont il dépend, il relevait, avant la révolution du seigneur vidame de Gerberoy, lui-même représentant l’évêque de Beauvais qui a son tour relevait du roi. À la mort du dernier vidame héréditaire en 1195, l’évêque de Beauvais devint vidame.(1)

On trouve quelquefois Friécourt et Frécourt; ce nom vient du vieux mot frich, qui signifie friche, et de cortis, cour, enclos. Massevile (1722) dit que Fricourt et un hameau voisin Boshavot, avaient ensemble 20 feux (2). La population de Fricourt en 1852 était de 93 habitants.(1) Donc population constante…

L'origine de ce lieu serait une ferme établie sur une lande inculte.  Il est à noter qu’on n’a pas trouvé de vestiges gallo-romains sur le site de Fricourt, bien qu’ils soient communs dans la région.L’établissement de Fricourt remonte probablement au règne de Hugues Capet (960-996), période ou il y eut un grand changement à propos des seigneuries; ce roi, fondateur de la dynastie capétienne, adjugeant les terres incultes à des chevaliers (militaires) plutôt qu’à l’aristocratie carolingienne. Ceci explique probablement pourquoi Fricourt était un fief de haubert; relevant du roi, dont le seigneur en était nécessairement chevalier et devait servir le roi en ses guerres, tel que mentionné dans un compte général des dépenses et revenus du roi Philippe-Auguste pour l'année 1202 (3).

Avec les années, ce fief et bien d’autres de la région furent regroupés sous le vidamé de Gerberoy, représentant le roi, par l’évêque de Beauvais. Du temps de Louis XII, plusieurs des fiefs du roy qui dépendait auparavant de Grerberoy ont été transféré en la dépendance dela châtellenie de Gournay (duché de Longueville).

Les seigneurs connus de Fricourt. :

Avant 1312 - Jean d’Abancourt, en douaire. Ce même Jean, chevalier, avait servi Philippe IV le Bel en 1302 pour les guerres de Flandre. (4)

1312 (mars) - Mathieu d’Abancourt, son fils. "item,  le fié que Jehan d'Albencourt, chevalier, tient pat .I. membre de haubert en douaire a Fricourt, en ladite parroisse de Haussers, dont la proprieté est Mahiu son filg, et rent l'en .C. sous de taille par an;" (4)

1317 (août) - Le roi Philippe V dit Le Long, fils de Philippe IV dit Le Bel, octroya le transfert des droits d'usage de Mathieu d'Abancourt en la forêt de Bray de son fief de Fricourt auxquels ils étaient attachés, à son fief d'Abancourt. Abancourt (76666) est à environ 2 kilomètres de la forêt de Bray, tandis que Fricourt est à huit kilomètres de cette forêt. (5)

1331 - Mahi d’Abancourt (peut-être le même Mathieu). « Mahi d’Abencourt escuyer tient du roy I fie qui vaut XL livres de terre et I arriere fie » (6)

1412 - Druon d’Abancourt - chevalier, selon l’inventaire de la chambre des comptes.(7)

Vers 1450 - Guillaume d’Abancourt, chevalier, fils du précédent (7)

1503 - Andrieu d’Abancourt, fils du précédent, « un pleinf fief à Fricourt» relevant de la châtellenie de Gournay. (appartenant à François d’Orléans-Longueville).(8)

1524 - Jean d’Abancourt, petit fils du précédent (9)

Vers 1550 - Antoinette de Baudreuil, arrière-petite fille d’Andrieu et marié à Jean de Mailly. Elle est toujours dite dame de Fricourt en 1579.(10)

1553 - Jean de Mailly, à cause de sa femme, Antoinette de Baudreuil (10)

1697 - Jacques de Bézu (11)

Sources :

(1) N.R. Potin de la Mairie, Le Bray normand et le Bray picard (1852).

(2) V. État géographique de la province de Normandie, t. II, p. 490, Louis Le Vavasseur de Masseville.

(3) Brussel, Nouvel examen de l'usage général des fiefs en France, t. II, p. CLlI. - ANF.

(4) Cartulaire et actes d 'Enguerran de Marigny publiés par Jean Favier, Cartulaire et actes d 'Enguerran de Marigny (BNF, 1965, Paris), Acte no 32, p. 75-76-77.

(5) Trésor des chartes, J reg.53, Fo 108., BNF

(6) Recherches sur les anciens Comtes de Beaumont, p. 204. Douet d’Arcq. (Les noms des fiefs ne sont pas menionnés.)

(7) ANF PP//1

(8) Registre des fiefs et arrières-fiefs du baillage de Caux, 1503, A. Beaucousin, 1891.

(9) La Chesnaye Desbois, Recueil de Généalogie pour servir de suite au dictionnaire de la noblesse (Paris, 1783. Tome XIII ou premier recueil), T13 p. 20.

(10) Potin de la Mairie, Recherches ...sur les possessions des Sires normands de Gournay, le Bray normand et le Bray picard et sur toutes les communes de l'arrondissement de Neufchâtel, page 34

(11) A.F.J. Borel d'Hauterive, Armorial Général de France, selon le recueil officiel dressé par C. d'Hozier. (Paris : bureau de l'"Annuaire de la noblesse", 1856-1878), Volume II, page 98.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Andre Levillain    
4 avril 2014 En cours
(au avril 2014)
Marcel Coaillet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2017, la commune comptait 278 habitants[Note 1], en augmentation de 1,09 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
655750593707699661670632610
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
616606615580607601605624544
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
544563538530455481495505480
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
422370287265237233268273278
2013 2017 - - - - - - -
270278-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Seine-Maritime 1 H.
  2. Archives de Seine-Maritime tab. Rouen reg. 11 f. 36.
  3. Archives de Seine-Maritime E, Etat civil.
  4. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 493.
  5. Archives Decorde, aveu du Bosc-Havot.
  6. Archives de Seine-Maritime G 94 + 1.
  7. (fr) « Documents pour servir à l'histoire de la Révolution française dans le département de la Somme », sur archive.org (consulté le 3 avril 2010)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.