Franz Ruppen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Franz Ruppen
Illustration.
Portrait officiel, 2019.
Fonctions
Conseiller d'État du Valais
En fonction depuis le
Élection 28 mars 2021
Conseiller national
Législature 50e et 51e
Groupe politique UDC (V)
Successeur Michael Graber
Député au Grand Conseil du canton du Valais
Législature 2005-2009
2009-2013
2013-2017
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Sierre (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Union démocratique du centre (UDC)
Diplômé de Université de Berne
Profession Avocat et Notaire

Franz Ruppen, né le à Sierre (originaire de Naters)[1],[2], est une personnalité politique suisse, membre de l'Union démocratique du centre (UDC). Il est député du canton du Valais au Conseil national de 2015 à mai 2021, puis conseiller d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franz Ruppen étudie le droit à l'Université de Berne, où il fait notamment partie de la société d'étudiants AKV Burgundia (de)[3]. Après avoir obtenu sa licence, il passe le barreau et obtient son brevet de notaire dans le canton du Valais.

Il est célibataire et vit à Naters, dont il est également le président. À l'armée, il a le grade de capitaine.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Franz Ruppen est d'abord élu au Conseil communal de Naters en 2004[3] ; en 2016, il remporte la présidence de la ville contre Philipp Matthias Bregy[4], devenant le premier UDC à présider une commune valaisanne[5]. Il s'y représente et y est réélu en 2020[6]. Il démissionne après son élection au Conseil d'État, et est remplacé par la PDC Charlotte Salzmann-Briand[7].

Lors des élections cantonales de 2005, il est élu député au Grand Conseil valaisan et siège dans la commission de justice. Réélu en 2009, il devient chef du groupe parlementaire de l'UDC du Haut-Valais. Il est également président de l'UDC haut-valaisanne de 2008 à 2021[3]. Il démissionne de son poste de député lors de son élection au Conseil national ; Michael Graber le remplace à la présidence du groupe[8].

En 2015, il est élu au Conseil national ; il y siège dans la Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie. Discret mais travailleur, il s'engage sur des thèmes comme les redevances hydrauliques et le tir du loup[9],[10]. Il est réélu en 2019[11]. Franz Ruppen est membre de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre[12].

Il se présente au Conseil d'État lors des élections cantonales de 2021, défendant le 2e siège du Haut-Valais[13]. Plébiscité par 80 % du Haut lors du second tour, il est élu conseiller d'État avec 50 982 voix[14]. Il démissionne alors du Conseil national, laissant Mathias Reynard siéger jusqu'au 31 mai[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Franz Ruppen », sur le site web de l'Assemblée fédérale suisse.
  2. http://www.franz-ruppen.ch/ueber-mich/persoenlich
  3. a b et c Site officiel.
  4. Romain Carrupt, « Le parlementaire valaisan Philipp Matthias Bregy quitte le Conseil communal de Naters », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  5. Stéphanie Germanier, « Avec Franz Ruppen, l'UDC s'ouvre une nouvelle voie à la présidence des communes », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  6. Romain Carrupt, « Communales dans le Haut-Valais: Franz Ruppen rempile, Louis Ursprung arrête », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  7. Pascal Guex, « A Naters, le PDC pique la présidence à l’UDC », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  8. Alexandre Beney, « L'UDC Michael Graber remplacera Franz Ruppen au Conseil national », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  9. Stéphanie Germanier, « Franz Ruppen, le bûcheur de l'ombre », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  10. Stéphanie Germanier, « Bilan de Franz Ruppen: « Les interventions personnelles ne sont qu’un aspect du travail de parlementaire qui doit aussi s’engager » », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  11. « La liste complète des élues et élus de Suisse romande aux Chambres », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  12. « Élections fédérales 2015 : 43 membres de l'ASIN à Berne », ASIN Bulletin, no 178,‎ , p. 3.
  13. Stéphanie Germanier, « ‹ Il faudra revoir Rhône 3. › : L’interview second tour de Franz Ruppen », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  14. « Conseil d'Etat 2021 (2ème tour) - Résultats », sur votel.vs.ch (consulté le )
  15. « Contraint par la loi, Franz Ruppen démissionne du Conseil national un mois avant Mathias Reynard », sur Canal9, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]