Naters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Naters
Naters
Vue de la ville et de l'église de Naters.
Blason de Naters
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Brigue
Localité(s) Bel, Belalp, Blatten bei Naters, Geimen, Mehlbaum, Birgisch, Mund
Communes limitrophes Brigue-Glis, Termen, Eggerberg, Bitsch, Riederalp, Bettmeralp
Président(e) Charlotte Salzmann (PDC)
NPA 3904
No OFS 6007
Démographie
Population
permanente
10 290 hab. (31 décembre 2020)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 00″ nord, 7° 59′ 00″ est
Altitude 673 m
Superficie 147,04 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Naters
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du canton du Valais
City locator 14.svg
Naters
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Naters
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Naters
Liens
Site web www.naters.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Naters est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Brigue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo aérienne (1955).

Lors du percement du tunnel du Simplon, de nombreuses familles italiennes s'installent dans la région de Brigue en quête d'embauche. Entre 1890 et 1900, on construit 160 maison comprenant 400 appartements, ce qui crée un véritable village italien sur la Furkastrasse de Naters. En dépit de ce boom constructif, les logements manquent et de nombreux émigrés doivent se contenter de locaux insalubres. Naters se développe alors pour atteindre une population de 4000 personnes, principalement des ingénieurs, artisans, fabricants, aubergistes bouchers et ouvriers accompagnés de leurs familles. Initialement essentiellement agricole, ce village devient une petite ville hétérogène dotée d'une soixantaine de cafés-restaurants[3].

Le , les communes de Birgisch et Mund sont intégrées à celle de Naters.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Arthur Antamatten, « Comment un quartier de Naters devien le "village nègre" », Passé simple. Mensuel romand d'histoire et d'archéologie, no 67,‎ , p. 27-27.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2020 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. Arthur Antamatten, « Comment un quartier de Naters devien le "village nègre" », Passé simple. Mensuel romand d'histoire et d'archéologie, no 67,‎ , p. 27-27.

Sur les autres projets Wikimedia :