Flatulence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Flatulence
Description de l'image The Papal Belvedere.jpg.
Spécialité Gastro-entérologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 R14
MeSH D005414

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une flatulence

La flatulence (de inflatio, « inflation »[1] ou flatus, « souffle », « haleine »[2]) est la production de gaz intestinaux, accumulés dans l'intestin ou l'estomac et provoquant des ballonnements, qui peuvent être expulsés hors du corps de façon volontaire ou involontaire par l'anus ou la bouche[3].

L'éproctophilie est une paraphilie dans laquelle l'excitation est provoquée par les flatulences du partenaire.

Description[modifier | modifier le code]

Panneau humoristique illustrant une flatulence

Les flatulences ont deux origines principales, majoritairement l'air avalé pendant la déglutition (aérophagie), mais aussi le processus de digestion résultant de la fermentation des matières décomposées par le microbiote intestinal. Ces gaz fermentesibles sont d'autant plus odorants que des protéines complexes se décomposent. Une dysbiose de putréfaction entraîne en effet une mauvaise digestion des protéines à l'origine de gaz « odorants » tandis qu'une dysbiose de fermentation se caractérisée par des ballonnements et des gaz « non odorants ». Une augmentation des flatulences peut traduire différents troubles fonctionnels (surpopulation bactérienne dans l'intestin grêle (en), syndrome de l'intestin irritable)[4].

Le bruit du pet est dû aux vibrations du sphincter anal[5].

La consommation de légumes secs avec leur téguments (flageolets — en raison de leur forte teneur en oligosaccharides —, lentilles, soja), de légumes bulbeux (oignons, ails, échalottes, etc.) et de viandes rouges en modifie donc la production. La mauvaise digestion de certains glucides (lactose, fructoseetc.) peut aussi provoquer des flatulences. La dégradation de la plupart des féculents, y compris les pommes de terre, le maïs, les pâtes et le blé (mais pas le riz[6]), est achevée par la flore du gros intestin, produisant des gaz. Plus rarement, la giardiase, une parasitose bénigne de l'intestin, peut causer des flatulences. Il peut également s'agir du syndrome de l'intestin irritable ou d'une maladie organique.

Le dicton « péter, c'est la santé » semble confirmé par la littérature médicale. S'empêcher de péter entraîne de nombreux désagréments : gêne physique, voire douleur, ballonnement, dyspepsie (indigestion), pyrosis (brûlures d'estomac). La rétention des pets est un des facteurs majeurs de la diverticulose[7].

Quelques données[modifier | modifier le code]

Chez les hommes à digestion postgastrique (après l'estomac)[8], un individu libère en moyenne par jour de 0,5 à 1,5 L de gaz (59 % d'azote, 21 % d'hydrogène, 9 % de dioxyde de carbone, 7 % de méthane, 3 % d'oxygène, 1 % de sulfure d'hydrogène à l'origine de l'odeur d'œuf pourri, et en traces des composés phosphatés, scatol et indole à l'origine de l'odeur excrémentielle[9]), en 10 à 25 occasions[10]. Une légende urbaine veut que les femmes pètent 30 % de plus que les hommes mais les études n'ont montré aucune différence entre les deux sexes, pas plus qu'il n'y a de différence entre des sujets jeunes et des sujets âgés[11].

Chez les ruminants à digestion prégastrique, 5 % des gaz sont évacués par les flatulences, 95 % sont émis par l'éructation (éjection spasmodique de gaz du rumen) qui soulage la pression des gaz générée durant le processus de fermentation prégastrique due à la rumination. Par exemple, sur une période de 24 heures, une vache éructe 500 litres de méthane et 1 050 litres de CO2[12]. Le biologiste Marc-André Selosse résume cette différence par la formule : « alors que les prégastriques rotent (beaucoup, car la fermentation y est plus importante), les postgastriques pètent (un peu) »[13].

De nombreux facteurs augmentent la flatulence : air avalé et non éliminé par les éructations, prise médicamenteuse (notamment des antibiotiques) qui perturbe le microbiote intestinal humain, diffusion des gaz du sang dans la lumière intestinale, sécrétion gastro-intestinale, ingestion d'une nourriture riche en fibres[14].

Historique[modifier | modifier le code]

L'odeur des pets est un problème universel déjà évoqué dans Les Nuées d'Aristophane au Ve siècle av. J.-C.[15].

Dans le He-gassen, un rouleau illustré japonais de l'époque d'Edo, l'auteur inconnu de ce pamphlet montre une bataille de flatulences entre un groupe de japonais aux pets puissants contre un groupe d'étrangers qui débarquaient un peu plus nombreux au Japon à l'époque. La métaphore est probablement une référence à la xénophobie rampante du shogunat Tokugawa[16].

Image panoramique
He-gassen
Voir le fichier

L'essai Fart Proudly (en) (« Pétez avec fierté ») de Benjamin Franklin est consacré à ce sujet.

Une étude britannique parue dans la revue Medical Chemistry Communicationsen 2014 suggère que le sulfure d’hydrogène aurait une action bénéfique en matière de prévention du cancer, des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques, du diabète ou de l’arthrite. Lorsque les cellules sont stressées par ces maladies, elles activeraient des enzymes afin de produire d’infimes quantités de sulfure d’hydrogène qui maintient l’activité des mitochondries, permettant ainsi aux cellules de vivre en contrôlant l’inflammation[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Latin Word For Flatulence: Inflatio », Latinwordlist (consulté le 25 septembre 2010).
  2. Dictionnaire latin-anglais
  3. « Définition du mot flatulence », Dictionnaire du Service international scientifique de réadaptation sur l'autoroute de l'information (SISRAI),
  4. Annick Bernalier-Donadille, « Activités métaboliques du microbiote intestinal humain », Gastroentérologie Clinique et Biologique, vol. 34, no 4,‎ , p. 17-23 (DOI 10.1016/S0399-8320(10)70003-8).
  5. Patrice Debré, L'homme microbiotique, Odile Jacob, , p. 87.
  6. (en) Gas in the Digestive Tract, National Digestive Diseases Information Clearinghouse, US National Institute of Health
  7. (en) G. Wynne-Jones, « Flatus retention is the major factor in diverticular disease », Lancet, vol. 2, no 7927,‎ , p. 211–212.
  8. La majorité des vertébrés (amphibiens, dinosaures, lézards et oiseaux, quelques poissons même) sont des herbivores postgastriques. La symbiose postgastrique est aussi pratiquée par de nombreux insectes, comme les termites, et des mammifères omnivores dotés d'un cæcum de taille relativement importante et rempli de bactéries facilitant la digestion partielle des fibres alimentaires. À la différence des herbivores prégastriques qui digèrent leurs symbiontes (bactéries, champignons dont la paroi cellulaire est attaquée par le lysozyme de l'estomac), les animaux pourvus de fermenteurs postgastriques ne les digèrent pas car leur intestin est un organe immunoprivilégié. Cf Ed Yong, Moi, microbiote, maître du monde, Dunod, , p. 59.
  9. (en) M.D. Levitt, « Volume and composition of human intestinal gas determined by means of an intestinal washout technic », N Engl J Med., vol. 284, no 25,‎ , p. 1394-1398.
  10. (en) M.D. Levitt & J.H. Bond, « Flatulence », Annual Review of Medicine, vol. 31,‎ , p. 127-137 (DOI 10.1146/annurev.me.31.020180.001015)
  11. (en) J. K. Furne, M.D. Levitt, « Factors influencing frequency of flatus emission by healthy subjects », Digestive Diseases and Sciences, vol. 41, no 8,‎ , p. 1631–1635.
  12. Lauralee Sherwood, Hillar Klandorf, Paul Yancey, Physiologie animale, De Boeck Superieur, , p. 669
  13. Marc-André Selosse, Jamais seul. Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Éditions Actes Sud, , p. 154.
  14. (en) FR Steggerda, JF Dimmick, « Effects of bean diets on concentration of carbon dioxide in flatus », Am J Clin Nutr., vol. 19, no 2,‎ , p. 120–124.
  15. Jean Feixas, Histoire du pet : De l'Antiquité à nos jours, Jean-Claude Gawsewitch, , p. 23
  16. (en) « The Internet Has Officially Discovered The Most Epic Fart Battle In All Of Art History », sur huffingtonpost.com,
  17. (en) Sophie Le Trionnaire, Alexis Perry, Bartosz Szczesny, Csaba Szabo, Paul G. Winyard, Jacqueline L. Whatmore, Mark E. Wood, Matthew Whiteman, « The synthesis and functional evaluation of a mitochondria-targeted hydrogen sulfide donor, (10-oxo-10-(4-(3-thioxo-3H-1,2-dithiol-5-yl)phenoxy)decyl)triphenylphosphonium bromide (AP39) », Med Chem Comm, vol. 5, no 6,‎ , p. 728 (DOI 10.1039/C3MD00323J).

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shinta Cho, L'histoire des pets, Télédition, , 28 p.
  • Jean Feixas, Histoire du pet. De l'Antiquité à nos jours, Jean-Claude Gawsewitch, , 233 p.
  • (en) Dani Rabaiotti, Nick Caruso, Does it fart? The definitive field guide to animal flatulence, Hachette UK, , 144 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]