Eugène Janvier (1800-1852)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Janvier (homonymie).

Eugène Janvier
Fonctions
Député de Tarn-et-Garonne
Élection 21 juin 1834
Réélection 4 novembre 1837
2 mars 1839
29 décembre 1841
9 juillet 1842
1er août 1846
Gouvernement Monarchie de Juillet
Législature Chambre des députés :
Coalition Majorité ministérielle
Gouvernement IIe République
Législature Assemblée législative (1848-1849)
Groupe politique Droite
Biographie
Dynastie Famille Janvier de La Motte
Date de naissance
Lieu de naissance Laval (Mayenne)
Date de décès (à 51 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Enfants Eugène Janvier de La Motte
Profession Avocat
Liste des députés de Tarn-et-Garonne

Eugène Janvier (Laval, 14 avril 1800Paris, 22 mars 1852), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Janvier étudia le droit, s'inscrivit an barreau de Paris et devint, sous Louis-Philippe Ier, le familier et le confident de M. Duchatel.

Chambre des députés (Monarchie de Juillet)[modifier | modifier le code]

Le 21 juin 1834, Janvier fut élu député à la Chambre des députés par le 1er collège de Tarn-et-Garonne (Montauban), avec 167 voix (313 votants, 369 inscrits), contre 144 à Antoine Debia.

Proche de Lamartine et de son Parti social, il appartint à la majorité conservatrice, déclara (août 1835) que la loi sur la presse proposée après l'attentat de Fieschi, « était la plus oppressive qui ait été votée contre l'esprit humain[1] », se prononça pour les lois de septembre 1835, et obtint sa réélection :

  • le 4 novembre 1837, avec 214 voix (344 votants, 412 inscrits), puis,
  • le 2 mars 1839, avec 192 voix (323 votants).

Nommé conseiller d'État, il dut solliciter la confirmation de son mandat législatif ; elle lui fut accordée, le 29 décembre 1841, par 229 voix (395 votants), contre 151 à M. Mariette-Auriol.

Partisan zélé de la politique de Guizot, Eugène Janvier, réélu encore :

  • le 9 juillet 1842, par 221 voix (266 votants, 443 inscrits), puis,
  • le 1er août 1846, par 224 voix (406 votants, 454 inscrits), contre 175 à M. Bouis...

Il repoussa toutes les motions émanées de l'opposition, se déclara contre la réforme électorale, et vota pour l'indemnité Pritchard.

Assemblée législative (1848-1849)[modifier | modifier le code]

Rentré dans la vie privée à la révolution de Février 1848, il fut élu à l'Assemblée législative, par les électeurs monarchistes du Tarn-et-Garonne, représentant de ce département, le 1er sur 5, avec 23 303 voix (51 955 votants, 75 233 inscrits).

Janvier siégea à droite, vota pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, etc., et mourut en 1852.

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

Eugène Janvier était le fils cadet d'Élie Janvier (Guipry, 28 janvier 1775 - Angers, 18 décembre 1845), avoué à Laval puis juge et conseiller à la cour d'appel d'Angers (1811), président de chambre en cette cour (1821), marié, le 21 floréal an V à Laval, avec Louise, fille de Mathurin Louis Julien Jacquet. Il avait deux frères :

  1. Élie Janvier de La Motte (Laval, 2 février 1798 - Angers (Maine-et-Loire), 16 mai 1869), 1er comte romain et « Janvier de La Motte », magistrat, député de Tarn-et-Garonne (1852-1869), marié avec Hélène de Surmont (?-1891), sans postérité ;
  2. Adolphe Janvier de La Motte (Laval, 3 juillet 1802 - Nantes (Loire-Inférieure), 13 mai 1877), président du tribunal civil de Nantes, conseiller général du Maine-et-Loire, officier de la Légion d'honneur (13 août 1855)[2], marié avec Louise Aimée Dugué (vers 1811 - 10 mai 1901), dont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.