Guipry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guipry
La mairie
La mairie
Blason de Guipry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Pipriac
Intercommunalité Vallons de Haute-Bretagne communauté
Maire
Mandat
Bernard Boulais
2014-2020
Code postal 35480
Code commune 35129
Démographie
Gentilé Guipryen
Population
municipale
3 715 hab. (2012)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 32″ N 1° 50′ 29″ O / 47.8255555556, -1.8413888888947° 49′ 32″ Nord 1° 50′ 29″ Ouest / 47.8255555556, -1.84138888889  
Altitude 39 m (min. : 3 m) (max. : 115 m)
Superficie 50,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Guipry

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Guipry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guipry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guipry
Liens
Site web mairie-de-guipry.fr

Guipry est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Ses habitants, qui étaient 3715 en 2012, sont appelés les Guipryens et les Guipryennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Guipry se situe au nord de Redon sur la rive droite de la Vilaine. Elle fait face à celle de Messac située sur la rive gauche.
Les deux bourgs sont reliés par les ports de Guipry et de Messac. La Vilaine qui borde son territoire a été un important moyen de communication et une route commerciale qui acheminait des marchandises. Aujourd'hui, le port de Guipry est resté actif par le tourisme fluvial.

Communes limitrophes de Guipry
Lohéac Guignen Saint-Malo-de-Phily
Pipriac
Lieuron
Guipry Messac
Saint-Ganton Langon Messac

Superficie[modifier | modifier le code]

Avec ses 50,35 km2, Guipry est la quinzième plus grande commune du département. Juste derrière Rennes avec 50,39 km2, et devant Plélan-le-Grand avec 49,74 km2.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Guipry est mentionné pour la première fois au VIIe siècle sous les formes Wicbry vers 710, Uuiperiaca [Vicaria] en 834 dans le cartulaire de l'Abbaye Saint-Maur de Glanfeuil à Saint-Maur-sur-Loire, aujourd'hui Le Thoureil[1], Wipperica [Vicaria] en 843[2], Guicbri en 913[3], Guipri en 1101, Guipreio en 1163, Guipre en 1330, Guipri en 1351, Guibry au XVIe siècle[4].

D'après les formes les plus anciennes, le premier élément Gui- représente le vieux breton guic (prononcer [gwic]) qui signifie « bourg, agglomération ». Il est lui-même issu du latin vicus de même sens. Le second élément -bri est peut-être un nom de personne breton, ce qui confèrerait à Guicbri la signification suivante : « le bourg (le vicus) de Bri (du nommé Bri) ».
Cette hypothèse est renforcée par la présence de plusieurs colonies ou paroisses bretonnes qui s'étaient fixées à l'ouest de la Vilaine. Ces colons, vraisemblablement d'origine domnonéenne avaient pour nom : Anast (Maure-de-Bretagne; Plebs Anast en 832, Anast en 867 - 871, Ec. de Maura en 1152), Winnon (> Guignen; Vicaria Winnona en 843, Guinnon en 1108) ou encore Bri (> Guipry)[5].

La ville est aussi appelée Gwipri en breton[6], et Gipri en gallo[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le site de Baron est une motte féodale. Située désormais en pleine forêt, cette butte de terre était le socle d'une forteresse en bois ayant servi au début du Moyen Âge. Il permettait de surveiller le passage fluvial et ainsi de prévenir un éventuel danger[7]. Elle fut détruite par les Anglais en 1345

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le port de Guipry a connu un vif succès économique avec le commerce du sel. Avec son moulin, aujourd'hui restauré, ce monument possède un véritable moulin à eau, construit en plusieurs parties.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[8].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans la campagne guipryenne, se situe le site des Corbinières et ses nombreux chemins de randonnée. Le viaduc de Corbinières, se situe lui sur les communes de Messac et de Langon. Ce viaduc a été réalisé au XIXe siècle lors de la construction de la ligne Rennes - Redon et a la particularité de posséder des arches obliques, pour lui permettre de soutenir un poids énorme.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Guipry porte les noms de 145 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[9].

Louis Bellamy, né en 1894 à Guipry, soldat au 47e régiment d'infanterie, fut fusillé pour l'exemple le 16 mars 1915 à Sainte-Catherine (Pas-de-Calais) pour « abandon de poste suite à mutilation volontaire »[10].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Guipry porte les noms de 24 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[9].

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat originaire de Guipry, R. Letertre, est mort pendant la Guerre d'Algérie[11].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fusion avec Messac[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2016, la commune fusionnera avec la commune voisine de Messac, pour former la commune nouvelle de Guipry-Messac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Guipry

Les armes de Guipry se blasonnent ainsi :

Écartelé : au 1) d’azur au chef coupé de sinople et d’argent, à la nef aussi d’argent voguant sur une mer du même et brochant sur l'argent du chef, aux 2) et 3) d’or au filet en sautoir de gueules cantonné de quatre étoiles de sable, au 4) d’azur au chef coupé de sinople et d’argent, à la tente adextrée d'un feu brochant sur une nuée, le tout aussi d'argent, brochant sur l'argent du chef.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1966 Joseph Daniel -  
1966 2001 Emmanuel Chérel   Président Communauté de communes du canton de Pipriac (1995-2001)
2001 2008 Louis Janvier DVD Agent général d'assurances
2008 en cours Bernard Boulais DVD Entrepreneur agricole

Résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2007[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections présidentielles de 2007, on remarque que les résultats restent proches de la moyenne nationale.
Ségolène Royal totalisant 25,77 % des suffrages, se place derrière Nicolas Sarkozy, qui rassemble 27,94 % des électeurs.

Résultats des élections au premier tour :

Candidat Nicolas Sarkozy Ségolène Royal François Bayrou Jean-Marie Le Pen Olivier Besancenot Philippe de Villiers Arlette Laguiller Frédéric Nihous Dominique Voynet José Bové Marie-George Buffet Gérard Schivardi
À Guipry : % 27,94 25,77 20,67 10,76 5,57 3,40 1,51 1,32 1,18 0,80 0,76 0,33
Moyenne nationale : % 31,18 25,87 18,57 10,44 4,08 2,23 1,33 1,15 1,57 1,32 1,93 0,34
Source : ministère de l'Intérieur

Résultats au second tour : 50,10 % pour Nicolas Sarkozy, 49,90 % pour Ségolène Royal, 86,67 % de participation.

Élections cantonales de 2011[modifier | modifier le code]

La ville de Guipry participe aux élections cantonales de 2011, faisant partie du canton de Pipriac.

Résultats des élections au premier tour :
Lors du premier tour de ces élections cantonales, le taux d'abstention était de 58,24 % soit 1421 inscrits sur 2440.
Enfin 3,14 % des suffrages étaient blancs.

Candidat Alain-François Lesacher Franck Pichot Cédric Abdilla Jean Mauvoisin Vincent Haloua
Étiquette Alliance centriste PS FN Europe Écologie Les Verts PCF
A Guipry : % 35,06 30,40 20,36 10,94 3,24
Voix 346 300 201 108 32
Canton : % 35,33 33,73 16,64 11,80 2,50
Source : Ministère de l'Intérieur

À la fin du premier tour les candidats, Alain-François Lesacher avec 35,33 % des votes du canton et Franck Pichot 33,73 %, se retrouvent en ballottage pour le second tour.

Résultats des élections au second tour :
Lors du premier tour de ces élections cantonales, le taux d'abstention était à Guipry de 56,35 % soit 1375 inscrits sur 2440.
Enfin 5,73 % des suffrages étaient blancs.

Candidat Franck Pichot Alain-François Lesacher
Étiquette PS Alliance centriste
A Guipry : % 55,38 44,62
Voix 556 448
Canton : % 58.89 41.11
Source : Ministère de l'Intérieur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 715 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 560 2 667 2 955 2 988 3 212 3 251 3 272 3 208 3 270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 206 3 188 3 381 3 236 3 211 3 323 3 308 3 356 3 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 403 3 400 3 236 2 886 2 800 2 779 2 801 2 653 2 565
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 470 2 530 2 482 2 525 2 578 2 991 3 227 3 326 3 623
2012 - - - - - - - -
3 715 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Structures de la population[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges, du dernier recensement de 2007[15], de la population de Guipry.

Pyramide des âges en 2007 en nombre d’individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
90 à plus
10 
109 
75 à 89
162 
216 
60 à 74
219 
352 
45 à 59
324 
381 
30 à 44
363 
270 
15 à 29
250 
397 
0 à 14
355 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument historique :

  • Le château des Champs, construit au XVIIe siècle et considérablement agrandi au XVIIIe siècle en utilisant notamment des matériaux provenant du château de Lohéac. Le château et ses dépendances, pour leurs façades et toitures, ainsi que sa chapelle, son four et ses douves, ont été inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 6 mai 1966[16].

Autres monuments et sites :

  • Le site de Baron
  • Le site de Corbinières
  • L'église Saint-Pierre, construite au XVIIIe sur la base d’une église romane du XIe ou XIIe siècle[17].
  • Le château de la Provostière avec sa forêt
  • Le site de Chaumeray
  • L'écluse de Mâlon
  • L'ancienne minoterie sur la Vilaine

Personnalité liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Manuel Valls, Premier ministre (2014). Manuel Valls, ministre de l’Intérieur a effectué une visite au Port de Guipry, le 10 janvier 2014, lors des grandes inondations.
  • Janvier de La Motte huissier du parlement de Bretagne.
  • Jean Daty, combattant guipryen français dans l'armée américaine 1778-1783
  • Augustin Rolland de Rengervé, zouave du bataillon des zouaves pontificaux.
  • Hyacinthe Rolland de Rengervé, vicaire, martyr de la Révolution française.
  • Pierre-Marie Hamon né à Guipry, missionnaire en Cochinchine (1875).
  • Stéphane Daniel, écrivain.
  • Claude K'oullé, artiste peintre.
  • Michka Chramosta[18], artiste peintre, né à Teplice-Sanov en Slovaquie.

Services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Liste des établissements scolaires
Écoles maternelles Écoles primaires


La ville ne possédant pas de collège, les établissements les plus proches pour les écoliers sont à Bain-de-Bretagne avec les collèges, du Chêne-Vert et Saint-Joseph (privé).
À Maure-de-Bretagne avec le collège du Querpon, et à Pipriac avec le collège Saint-Joseph (privé).

Pour le lycée, c'est la même situation, les collégiens peuvent poursuivre leur scolarité à Bain-de-Bretagne, au lycée Jean-Brito ou au lycée Saint-Yves (privé).
À Bruz au lycée Anita-Conti ou dans les villes de Rennes et Redon grâce à la ligne SNCF Rennes - Redon.

Service de secours[modifier | modifier le code]

  • La ville possède un nouveau centre de secours, situé au nord de la ville, dans la zone industrielle de Pelouaille.
  • Elle possède aussi une antenne de la protection civile d'Ille-et-Vilaine, située dans l'ancien bâtiment du centre de secours.

Vie quotidienne à Guipry[modifier | modifier le code]

Les commerces[modifier | modifier le code]

Supermarché[modifier | modifier le code]

Bar-tabac presse[modifier | modifier le code]

  • Tabac Presse (Bourg de Guipry)
  • Café Grenadine (Bourg de Guipry)
  • Bar le Trimaran (Bourg de Guipry)
  • Le Relais PMU (Bourg de Guipry)
  • Les Cuivres enchanteurs (Port de Guipry)
  • Les Templiers (Port de Guipry)

Salons de Coiffure[modifier | modifier le code]

  • Hair Feeling
  • Actuel Coiffure

Esthéticienne[modifier | modifier le code]

  • Salon Beauté du Monde

Jardinage- motoculture- bricolage[modifier | modifier le code]

  • Lysadis

Pharmacie[modifier | modifier le code]

Fleuristerie[modifier | modifier le code]

Assurances et banques[modifier | modifier le code]

Opticien[modifier | modifier le code]

  • Optique
  • Vision Plus (galerie marchande Super U)

Horlogerie-bijouterie-cordonnerie[modifier | modifier le code]

  • For Time (ainsi que clés, plaques auto et dépôts pressing, galerie marchande Super U)

Électroménager- Hi-Fi[modifier | modifier le code]

  • Domial Electricité

Photographe[modifier | modifier le code]

  • Photos T.J.P

Cave[modifier | modifier le code]

  • Cave des Bateliers

Le sport[modifier | modifier le code]

Pour la pratique du sport, les Guipryens et Guipryennes disposent d'une multitude d'activités sportives :

Mais aussi :

En plus de cela la commune dispose d'un parcours santé, d'une piscine municipale de plein air et d'un terrain de beach-volley

La culture[modifier | modifier le code]

  • Cinéma associatif de la commune, L'Alliance.
  • Tous les deux ans, au mois de septembre, a lieu, avec l'association des communes de Messac-Guipry, le festival Riv' en Zic.

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

En termes de transports routiers, la ville est traversée par :

La ville est également desservie par une route structurante en cours de mise à 2×2 voies :

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Avec la gare de Messac - Guipry, 6e gare de Bretagne par sa fréquentation[19], la ville est à équidistance des gares de Rennes et Redon.
Cette dernière met la ville de Guipry à seulement 20 minutes des deux villes.
Guipry est desservie par des trains TER Bretagne circulant sur les lignes no 04 Rennes - Nantes, no 08 Rennes - Messac-Guipry et no 15 Rennes - Redon.

Réseau fluvial[modifier | modifier le code]

Avec la Vilaine, le port de Guipry est resté actif de façon touristique, surtout durant la période estivale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Maur-sur-Loire. Archives d'Anjou, I,362. Cité par La Borderie, II,176 et Erwan Vallerie - Communes bretonnes et paroisses d'Armorique, éditions Beltan, 1986, p. 106
  2. " Language monographs", William Edward Collinson, Waverly Press, incorporated, 1937, page 61
  3. "Language monographs", William Edward Collinson, Waverly Press, incorporated, 1937, page 61
  4. Site de KerOfis - Office de la langue bretonne : formes anciennes (+) de Guipry [1]
  5. Pierre Lebreton, Guipry, Histoire d'un Pays breton, Le Groupement breton des Pays de Vilaine, 1995
  6. a et b http://www.geobreizh.com/breizh/fra/villes-fiche.asp?insee_ville=35129
  7. Source : guipry-ma-ville.over-blog.com
  8. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  9. a et b http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=35129&pays=France&dpt=35&idsource=11812&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  10. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  11. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/complementter.php?id=608656&largeur=1600&hauteur=900
  12. Liste des maires successifs de Guipry, archives municipales.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012
  15. recensement insee
  16. « Notice no PA00090598 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA35008886 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Journal Ouest-France du 28 janvier 2015 Texte en ligne
  19. Voir [2] sur www.ouest-france.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]