Emiliano Sala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sala.
Sala Taffarel est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Sala ; le second, maternel, souvent omis, est Taffarel.

Emiliano Sala
Image illustrative de l’article Emiliano Sala
Emiliano Sala en mai 2017 avec le FC Nantes.
Biographie
Nom Emiliano Raúl Sala Taffarel
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin
Drapeau : Italie Italien[1]
Naissance
Lieu Cululú (Argentine)
Décès (à 28 ans)
Lieu Nord de Guernesey, Manche
Taille 1,87 m (6 2)
Période pro. 2012-2019
Poste Avant-centre
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1994-2005Drapeau : Argentine Club San Martín de Progreso
2005-2010Drapeau : Argentine Proyecto Crecer
2009 Drapeau : Portugal Futebol Clube do Crato
2010-2012Drapeau : France Girondins de Bordeaux
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2012-2015Drapeau : France Girondins de Bordeaux013 0(1)
2012-2013 Drapeau : France US Orléans039 (19)
2013-2014 Drapeau : France Chamois niortais039 (21)
2015 Drapeau : France SM Caen013 0(5)
2015-2019Drapeau : France FC Nantes133 (48)
2019Drapeau : Pays de Galles Cardiff City0000(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 19 janvier 2019

Emiliano Raúl Sala Taffarel, né le à Cululú dans la province de Santa Fe en Argentine et mort le dans l'accident de son avion au nord de Guernesey, est un footballeur italo-argentin ayant évolué au poste d'attaquant, révélé au FC Nantes.

Deux jours après son transfert à Cardiff City, il disparaît en vol à bord d'un Piper Malibu. Après des semaines d'incertitude, l'épave est retrouvée par 67 mètres de fond dans la Manche et son corps est identifié le . Du monoxyde de carbone est retrouvé dans son sang, indiquant une possible intoxication.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Formation en Argentine et à Bordeaux[modifier | modifier le code]

Emiliano Sala grandit à Progreso (Santa Fe) (es) où il joue au football de 4 à 15 ans au Club San Martín (es). Il intègre ensuite le centre de formation Proyecto Crecer, filiale des Girondins de Bordeaux à San Francisco (Argentine)[2]. En 2009, il fait un bref passage au Futebol Clube do Crato (pt) au Portugal (un match de pré-saison pour deux buts inscrits) mais il doit revenir en Argentine pour des raisons personnelles[3]. Mi-2010, il arrive en France et intègre la réserve des Girondins de Bordeaux afin d'y poursuivre sa formation[2].

Une succession de prêts comme apprentissage[modifier | modifier le code]

Il est prêté à l'US Orléans en National durant la saison 2012-2013 afin d'engranger de l'expérience. Il finit deuxième meilleur buteur ex-aequo du championnat avec 19 buts au compteur en 37 matchs[4]. Le club d'Orléans termine huitième du championnat, à quatre points du podium.

Emiliano Sala est de nouveau prêté la saison suivante mais à un échelon supérieur, en rejoignant le club des Chamois niortais en Ligue 2. Il est une des grosses révélations du championnat cette année-là puisqu'il ne marque pas moins de 21 buts toutes compétitions confondues (18 en Ligue 2 et 3 en Coupe de France). Il termine quatrième meilleur buteur ex-aequo et le club termine cinquième, à six points du podium.

À son retour à Bordeaux, le nouvel entraîneur Willy Sagnol lui fait savoir qu'il compte sur lui pour la saison prochaine. Mais malheureusement, barré par Cheick Diabaté et l'émergence du jeune Thomas Touré, il ne dispute que 12 matchs toutes compétitions confondues, pour 4 titularisations et 1 but inscrit[5]. Fin janvier 2015, Emiliano Sala est prêté pour la phase retour au Stade Malherbe de Caen. Il ouvre son compteur but lors de sa première titularisation sous le maillot normand face au Paris SG, le , dans le cadre de la 25e journée de championnat (score final 2-2). Une semaine plus tard, il inscrit un doublé lors de la 26e journée face au RC Lens (victoire malherbiste 4-1) puis, sur sa lancée, il égalise lors de la 27e journée au cours de la victoire 2-3 face à l'Olympique de Marseille. À la suite d'un accord passé entre les deux clubs, Sala ne dispute pas le match face aux Girondins lors de la 28e journée : sa dynamique s'en retrouve brisée, il ne retrouvera alors qu'une seule fois le chemin des filets et ne sera titulaire qu'à seulement 4 reprises sur les 10 dernières confrontations de championnat.

Confirmation à Nantes[modifier | modifier le code]

Emiliano Sala avec Nantes en Coupe de la Ligue, le 28 octobre 2015 face à Bourg-Péronnas.

Le , il signe pour cinq ans au FC Nantes. Il joue pour la première fois avec ses nouveaux partenaires en participant à la seconde mi-temps du match amical face au FC Lorient à La Baule le (victoire 4-1)[6]. Emiliano Sala marque son premier but sous le maillot nantais lors de la 17e journée de Ligue 1 à Ajaccio (1-1). Il finit la saison 2015-2016 meilleur buteur des Canaris avec six réalisations.

Lors de l'arrivée du nouvel entraîneur Sérgio Conceição en décembre 2016, Sala se démarque en marquant un doublé contre Montpellier (3-1) et qualifie son club en quarts de finale de Coupe de la Ligue. Il termine la saison à 15 buts sous les ordres du Portugais.

La saison suivante avec Claudio Ranieri, il devient l'indiscutable attaquant du FC Nantes et permet plusieurs fois à son club de remporter de précieuses victoires 1-0. S'il réalise 20 matchs de haut niveau dans la première partie de la saison, il finit moins bien en observant une longue disette s'accompagnant de la baisse de forme de son club, son compteur restant bloqué à 12 buts.

Au début de la saison 2018-2019, Sala est sur le départ. Il ne rentre pas dans les plans du nouvel entraîneur Miguel Cardoso, et le club serait disposé à le vendre contre une somme de plus de 10 millions d'euros. Nantes refuse une offre de prêt de Galatasaray et le joueur reste. Son début de saison est tonitruant avec 8 buts marqués en 10 matchs, soit un but toutes les 75 minutes. Il est même troisième au classement des meilleurs buteurs européens en championnat le , après avoir inscrit un triplé face à Toulouse. Le , il inscrit un doublé contre Guingamp, et obtient déjà un total de 10 buts en 12 matchs. Il est à ce moment là de la saison le meilleur buteur argentin d'Europe (et le plus efficace), devant notamment Lionel Messi[7].

Le , il permet à Nantes d'égaliser dans le derby face au Stade rennais, et devient le co-meilleur buteur d'Europe, à égalité avec Kylian Mbappé (11 buts). Le , il est élu meilleur joueur du mois d'octobre de Ligue 1 grâce à ses quatre buts marqués[8].

Cardiff City[modifier | modifier le code]

Le , le FC Nantes officialise le transfert d'Emiliano Sala qui s'engage jusqu'en juin 2022 à Cardiff City[9], son salaire étant multiplié par 6 ou 7[10]. Le montant du transfert est estimé à 15 millions de livres sterling, soit 17 millions d’euros, un record pour le club gallois (dépassant les 11 millions de livres sterling pour l'achat de Gary Medel en 2013[11]) et dont la moitié revient à son club formateur des Girondins de Bordeaux.

Mort dans un accident d'avion[modifier | modifier le code]

Disparition en vol[modifier | modifier le code]

Le 21 janvier 2019, l'avion de tourisme qui transporte Emiliano Sala de Nantes à Cardiff, disparaît en vol au-dessus de la Manche. Le contrôle aérien perd sa trace à 2 300 pieds (700 m) en descente au nord de l'île de Guernesey[12], sans qu'aucun message de détresse n'ait été reçu[13].

L'avion, un monomoteur à hélice Piper PA-46-310P Malibu immatriculé N264DB aux États-Unis[14], a été affrété par un ancien agent écossais, Willie McKay, dont le fils avait été mandaté par le F.C. Nantes pour la vente d'Emiliano Sala[15]. Il est piloté par David Andrew Ibbotson, un pilote privé anglais expérimenté de 59 ans[16].

Deux jours auparavant, il avait amené Emiliano Sala de Cardiff à Nantes après la signature de son contrat, pour récupérer des affaires personnelles et prendre congé de ses anciens coéquipiers[17]. Emiliano Sala avait mal supporté ce vol en raison des turbulences[18] et confié à Nicolas Pallois qui l'accompagnait à l'aéroport ne pas être très rassuré pour le vol de retour[19]. Une fois monté à bord de l'avion, avant le décollage, il envoie un message vocal à des amis où il dit, sur le ton de la plaisanterie, être mort [de fatigue], avoir l'impression que l'avion allait tomber en morceaux et avoir peur de ne jamais arriver[20].

Des recherches sont entreprises le soir même par deux hélicoptères et plusieurs bateaux[17] depuis Saint-Pierre-Port ne permettent de retrouver aucune trace de l'avion disparu ou ses occupants[21]. Les recherches terrestres sur les îles et les côtes voisines ne donnent pas plus de résultats.

Le 24 janvier à 16 h 15, les chances de retrouver des survivants étant réduites à néant, la police de Guernesey (en) annonce l'arrêt des recherches aériennes. Cependant l'enquête menée par l'Air Accidents Investigation Branch (AAIB) se poursuit[22].

À la suite des nombreuses réactions de soutien et d'un appel aux dons qui a dépassé les 300 000 €[23], la famille du joueur disparu reprend des recherches privées le samedi 26 janvier[24], et fait appel à un navire spécialisé dans les recherches sous-marines équipé de sonar à balayage latéral.

Le 3 février 2019, celui-ci détecte une épave au fond de l'eau[25]. Le véhicule sous-marin téléguidé d'un autre bateau, engagé par l'AAIB[14] permet d'identifier l'avion, dans lequel un corps est détecté[26]. Le 7 février, l'AAIB annonce que le corps a été remonté, mais que l'avion n'a pas pu l'être en raison des conditions météo défavorables[14]. Le corps est confié à la police du Dorset qui, en fin de soirée, annonce avoir identifié Emiliano Sala[27] par ses empreintes digitales. Il serait mort de blessures à la tête et au torse[28].

Dans un rapport publié le 14 août, l'AAIB révèle que les analyses toxicologiques du sang du passager ont montré un taux de 58 % de COHb (combinaison d'hémoglobine et de monoxyde de carbone) susceptible de provoquer une perte de conscience et même la mort. Le monoxyde de carbone est présent en quantité dans les gaz d'échappement des avions à moteur à pistons et s'il a pénètré dans la cabine (à cause d'une fuite du système de chauffage) il est probable qu'il ait aussi intoxiqué le pilote à un certain degré, ce qui a pu réduire ou annihiler ses capacités de pilotage[29]. À la suite de ce rapport, l'un des avocats défendant la famille du joueur défunt demande la récupération de l'épave de l'avion, ce que l'AAIB continue à écarter[30].

Réactions[modifier | modifier le code]

Dès le soir de la disparition d'Emiliano Sala, des supporters du FC Nantes se réunissent sur la place Royale pour manifester leur soutien au joueur et à sa famille.

Lors du match de Ligue 1 opposant Nantes à Saint-Étienne, un hommage est rendu au joueur par son ancien club, le jeu étant interrompu à la neuvième minute pour des applaudissements nourris[31].

Sa disparition intervient un an jour pour jour après celle de Philippe Gondet, meilleur buteur de l'histoire du FC Nantes, décédé le 21 janvier 2018. Le FC Nantes avait alors publié une affiche d'un homme de dos, portant le maillot no 9 de Gondet et donnant la main à un enfant portant celui de Sala[32].

Le lendemain de la confirmation de son décès, le FC Nantes décide la suspension du numéro 9 en son hommage[33]. Une minute de silence a lieu en sa mémoire lors des matches de la journée suivante de Ligue 1, de Premier League et des coupes européennes[34].

Un hommage lui est rendu a chaque 9e minute, à la Beaujoire ainsi qu’aux matchs à l’extérieur du FC Nantes par des chants, des maillots tendus floqués à son nom ainsi que des drapeaux argentins.

Les obsèques d'Emiliano Sala ont lieu le 16 février 2019 en Argentine, en présence notamment de ses anciens coéquipiers Nicolas Pallois et Valentin Vada, de Loïc Morin, secrétaire général du FC Nantes, ainsi que de Neil Warnock et Ken Choo, respectivement entraîneur et directeur général de Cardiff City[35] et Willie McKay, l'agent qui a négocié son transfert[36]. Après une veillée funèbre dans son village de Progreso (es), il est incinéré à Santa Fe.

Trois mois après son fils, le père d'Emiliano, Horacio Sala, meurt d'une crise cardiaque à son domicile de Progreso (es) le 26 avril 2019, à 58 ans[37].

Conséquences financières[modifier | modifier le code]

D'après The Telegraph, Cardiff City envisagerait une action en justice à propos d'une éventuelle chaîne de négligences qui aurait pu conduire à l'accident. Le transfert ayant été officiellement enregistré auprès de la FIFA, le préjudice du club serait de l'ordre de 14 millions de livres, même après remboursements des assurances. Le premier des trois paiements prévu le 26 janvier, d'un montant de 6 millions d'euros (dont 50 % pour Bordeaux), dont la facture avait été émise dès le transfert enregistré, a été suspendu[38], le club se disant toutefois prêt à payer ce qu'il devra, une fois déterminées les responsabilités de l'accident[39].

Willie McKay affirme avoir organisé et payé neuf vols entre Cardiff et Nantes pour conclure le transfert de Sala, dont deux au profit de Neil Warnock, le manager de Cardiff City, et que ce club connaissait tous les détails du vol de Sala[40].

La FIFA ayant été saisie par le F.C. Nantes mi-mars, a demandé à Cardiff de se prononcer avant le 15 avril 2019. Cardiff a fait savoir qu'ils refusaient de payer le transfert[41], arguant qu'il nétait pas définitif, le contrat du joueur n'ayant pas été inscrit en Premier League parce qu'il devait être amendé[42], et que Willie McKay, commanditaire du vol fatal, et son fils Mark, mandaté par Nantes, pouvaient avoir commis des négligences (s'il est confirmé que le pilote qui le transportait n'avait pas la licence appropriée[43]), la responsabilité finale incombant au club qui les a mandatés.

Le FC Nantes réfute ces arguments, faisant valoir que le certificat international de transfert (CIT) établi auprès de la FIFA le 21 janvier à 17h30 (trois heures avant l'accident) fait foi de la réalité du transfert et que le mandat confié à Mark McKay ne concernait que la vente du joueur, en aucun cas l'organisation du vol[44].

Le 30 septembre 2019, la FIFA ordonne au club de Cardiff de payer comme réclamé par Nantes le premier versement de 6 millions d'euros dû dans le cadre de l'accord de transfert conclu le 19 janvier[45], comme elle devrait le faire par la suite pour les deux paiements restants[46]. Le 2 octobre, Cardiff indique avoir fait appel de cette décision auprès du Tribunal arbitral du sport[47].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Emiliano Sala se définit comme un joueur qui peut prendre la profondeur mais aussi construire le jeu au milieu de terrain et arriver jusqu’à la surface en une-deux[48]. Possédant un très bon jeu de tête c'est un joueur très combatif sur le terrain[49], comme beaucoup de joueurs sud-américains, ce qui se traduit chez lui par de longues courses vers l'avant, son omniprésence qui gêne les défenseurs et le gardien et sa capacité à défendre en zone d'attaque. Malgré un manque de justesse technique, cette combativité lui vaut l'admiration des supporters nantais qui le considèrent comme l'un des meilleurs attaquants du club des dix dernières années.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques d'Emiliano Sala au 16 janvier 2019[1]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Total
Division M B M B M B M B
2011-2012 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 - - 1 0 - - 1 0
2012-2013 Drapeau de la France US Orléans (prêt) National 37 18 2 0 - - 39 18
2013-2014 Drapeau de la France Chamois niortais (prêt) Ligue 2 37 18 3 3 1 0 41 21
2014-2015 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 11 1 1 0 - - 12 1
2015 Drapeau de la France SM Caen (prêt) Ligue 1 13 5 - - - - 13 5
Sous-total 98 43 7 3 1 0 106 46
2015-2016 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 31 6 3 0 1 0 35 6
2016-2017 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 34 12 2 0 3 3 39 15
2017-2018 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 36 12 2 2 - - 38 14
2018-2019 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 19 12 0 0 1 2 20 14
Sous-total 120 42 7 2 6 4 133 48
Total sur la carrière 218 85 14 5 7 4 239 94

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche d’Emiliano Sala », sur LFP.fr
  2. a et b « CFA 2 - Emilio Sala à l'entraînement », sur girondins.com.
  3. (pt-BR) « Quem é Emiliano Sala, contratação mais cara do Cardiff que está desaparecida em voo? », sur Globoesporte (consulté le 27 janvier 2019).
  4. Statistiques sur foot-national.
  5. « Portrait joueur #10 : Emiliano Sala, à Caen la révélation ? », sur StatsL1Mpg.over-blog.fr, .
  6. « FC Nantes : FC Nantes / FC Lorient : Convaincants et expéditifs ! (4-1) », sur www.fcnantes.com (consulté le 23 juillet 2015)
  7. « Vidéo : Emiliano Sala (FC Nantes), l'Argentin le plus efficace d'Europe devant Messi, Agüero, Icardi et Higuain », sur France Football (consulté le 20 décembre 2018).
  8. « Ligue 1 : Emiliano Sala élu meilleur joueur du mois d'octobre », sur www.lequipe.fr, .
  9. « Transferts : Nantes officialise le départ d'Emiliano Sala à Cardiff City », sur L'Équipe, (consulté le 19 janvier 2019).
  10. « FC Nantes : Précision sur la teneur du transfert de Sala à Cardiff », sur www.foot-sur7.fr (consulté le 24 janvier 2019).
  11. « Emiliano Sala: Cardiff City sign Nantes striker for undisclosed club-record fee », BBC Sport,‎ (lire en ligne).
  12. https://www.tdg.ch/sports/actu/avion-demiliano-sala-disparait-mer/story/28465286.
  13. (en) « Emiliano Sala feared dead after plane goes missing over Channel », sur The Independent, (consulté le 24 janvier 2019).
  14. a b et c (en) « Update 4: AAIB investigation into the loss of aircraft N264DB », sur GOV.UK (consulté le 7 février 2019)
  15. https://www.lequipe.fr/Football/Article/Disparition-d-emiliano-sala-l-avion-identifie-pas-son-proprietaire/980893.
  16. (en-GB) Steven Morris Josh Halliday, « Emiliano Sala: search for footballer and pilot resumes », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 24 janvier 2019).
  17. a et b « Un avion transportant Emiliano Sala (ex Nantes) a disparu », sur L'Équipe (consulté le 22 janvier 2019).
  18. « Sala tenía miedo de tomar el avión, que ya conocía », sur Mundo Deportivo, (consulté le 28 janvier 2019)
  19. « Emiliano Sala's distraught ex calls for the 'mafia to be investigated' », sur Mail Online, (consulté le 24 janvier 2019).
  20. LT10, « El mensaje de whatsapp de Emiliano Sala: "Qué miedo que tengo" », sur lt10.com.ar (consulté le 24 janvier 2019).
  21. (en-GB) « Search for footballer's plane suspended », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2019).
  22. La Rédaction et Mis à jour le 24/01/19 18:26, « Emiliano Sala : la police arrête les recherches, émotion à la Jonelière », sur www.linternaute.com (consulté le 24 janvier 2019).
  23. (en-GB) Steven Morris, « Emiliano Sala's family hire submarine to hunt for missing plane », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019).
  24. « Disparition de Sala: la famille lance des opérations de recherche privées », sur AFP.com (consulté le 26 janvier 2019).
  25. « L'avion ayant transporté Emiliano Sala a été retrouvé dans la Manche », sur L'Équipe.fr, (consulté le 3 février 2019).
  26. « Disparition d'Emiliano Sala : l'épave de l'avion retrouvé est quasiment complète, rapportent les enquêteurs », sur L'Équipe (consulté le 4 février 2019).
  27. « Le corps repêché est celui d'Emiliano Sala », sur L'ÉQUIPE (consulté le 7 février 2019).
  28. Jon Doel et Dominic Booth, « Live updates as inquest into Emiliano Sala's death adjourned », sur walesonline, (consulté le 11 février 2019)
  29. (en) « AAIB Bulletin S2/2019 SPECIAL », sur gov.uk, Air Accidents Investigation Branch reports,
  30. « Disparition d'Emiliano Sala : l'avocat de la famille demande que l'avion soit récupéré », sur lequipe.fr,
  31. (es) 30 De Enero De 2019, « La emoción del minuto 9: pararon Nantes-Saint Etienne para homenajear a Emiliano Sala y el técnico local rompió en llanto », sur Infobae (consulté le 4 février 2019).
  32. « Le FC Nantes partage une affiche qui attriste des supporters », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 février 2019).
  33. « FC Nantes. Le club retire le numéro 9 en hommage à Emiliano Sala », sur Ouest-France,
  34. « Une minute de silence en hommage à Emiliano Sala avant les matches de Ligue des champions et de Ligue Europa », sur L'ÉQUIPE (consulté le 16 février 2019)
  35. RMC SPORT, « Emiliano Sala a été inhumé à Progreso, l'émotion de son ami Pallois », sur RMC SPORT (consulté le 17 février 2019)
  36. « Mis en cause dans la disparition d'Emiliano Sala, l'intermédiaire Willie McKay réplique », sur L'ÉQUIPE (consulté le 19 février 2019)
  37. « FC Nantes : Horacio Sala, le père d'Emiliano Sala est décédé », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le 26 avril 2019)
  38. (es) Olé, « ¿Congelan el pago por Sala? », sur www.ole.com.ar (consulté le 29 janvier 2019).
  39. (en-GB) Tom Morgan, Harry Harris et Jamie Johnson, « Exclusive: Cardiff consider legal action over the Emiliano Sala plane disaster as they face £14m loss », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 27 janvier 2019).
  40. « «Cardiff essaie de me mettre ça sur le dos», l'agent de Sala est furieux », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 février 2019)
  41. RMC SPORT, « Mort de Sala: Cardiff aurait demandé de l'aide à d'autres clubs pour ne pas payer le transfert », sur RMC SPORT (consulté le 17 février 2019)
  42. « Warnock sur le paiement du transfert de Sala : "Je suis sûr que Cardiff va s’en occuper" », sur Eurosport, (consulté le 26 février 2019)
  43. (en-GB) Ben Rumsby, Tom Morgan et Harry Harris, « Cardiff City may sue Nantes for negligence if pilot in Emiliano Sala crash had incorrect licence », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  44. « Transfert d’Emiliano Sala : Nantes et Cardiff sûrs de leur bon droit », Le Parisien,
  45. « Transfert d’Emiliano Sala : la FIFA ordonne à Cardiff de payer six millions d’euros à Nantes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2019)
  46. (en-GB) « Cardiff told to pay FULL £15million for tragic Emiliano Sala after Fifa back French club Nantes », sur The Sun, (consulté le 10 octobre 2019)
  47. Par A. C. Le 2 octobre 2019 à 11h24, « Emiliano Sala : Cardiff fait appel de la décision de la Fifa », sur leparisien.fr, (consulté le 10 octobre 2019)
  48. Interview avec le joueur sur sofoot.
  49. Adieu, Emiliano sur demivolee.com

Liens externes[modifier | modifier le code]