Edgar Bischoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edgar Bischoff
Nom de naissance Edgar Bischoff
Naissance
Ploiești en Roumanie
Décès
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Jazz, musique classique, musique de films, musique pour enfants, chanson française.
Instruments Piano, orgue, accordéon, synthétiseur,
Années actives De 1947 à 1986

Edgar Bischoff (connu également sous le nom de Francis Mainville[1]), est un pianiste, compositeur et parolier francophone d'origine roumaine du XXe siècle né le [2] et mort le [3].

Biographie[modifier | modifier le code]

La Casa Luca Elefterescu est le principal bâtiment de Ploiești où Edgar Bischoff voit le jour.

Né le lundi , c'est à Ploiești, en Roumanie qu'il voit le jour. Sa mère s'appelle Louise Schapira (de son nom de jeune fille) et elle est née en 1883 à Galați. Une révolte paysanne avait éclaté dans sa ville en 1907, qui fut été réprimée par l'armée roumaine. Louise ira à Ploiești (qui à l'épouqe s'appelle encore Ploești) ou elle rencontrera le futur père d'Edgar, Léon Bischoff (né en 1875) ils s'installeront ensemble pour fonder leur famille.

Et c'est dans cette famille qu'Edgar grandit avec son frère, Richard (dit Ricki) et un autre frère (dont l'histoire perdra la trace). Enfant bas age pendant la Première Guerre mondiale, les Allemands, après avoir bombardé inutilement sa ville natale (évacuée par les troupes roumaines), l'ont occupée en grande pompe, ont réussi à remettre en service une partie des compagnies pétrolières et réquisitionné tout ce qui pouvait servir à mener la guerre, à nourrir les soldats ou de leurs familles. Sa famille et le reste de sa communauté connaît la misère. Plus tard, il ira étudier la musique à l' Université nationale de musique de Bucarest et son instrument de prédilection sera le piano. A l'époque où il y fait sa formation de pianiste classique, l'institution s'appelle Conservatoire de musique et d'art dramatique[4], puis Académie royale de musique et d'art dramatique à partir du 17 juillet 1931[5]. Edgar rencontre Viorica Vrioni, de quatorze ans son ainée (née le 2 août 1898, à Piatra Neamt) qu'il décide d'épouser [6]. Mais pendant la Seconde Guerre mondiale , la ville de Ploiești a été victime de bombardements aériens massifs. D'énormes dégâts ont été causés par le bombardement anglo-américain du 1er août 1943. Puis le 6 mars 1945, le Parti communiste roumain s'empare du pouvoir en Roumanie , abolit la monarchie le 30 décembre 1947 et proclame la République populaire roumaine qui rejoindra le pacte de Varsovie et le Comecon.

Marcel Marceau avec qui Francis Mainville à collaboré.

C'est donc en France que Bischoff déménage. Il continue le piano à l' École normale de musique de Paris, puis décide de rester en France [7]. Il fait alors la connaissance du milieu artistique parisien à commencer par Jean-Pierre Melville

En 1949, il signe la musique du film de Le Silence de la mer de Jean-Pierre Melville (sous son nom de naissance, Edgar Bischoff, accompagné par avec le grand orchestre des concerts Colonne sous la direction de Paul Bonneau[8]).

Sa rencontre avec Marcel Marceau marquera sa carrière. En effet, il composera la musique d'autres films mais aussi pour des pièces de théâtre telles par exemple "Le manteau" de Marcel Marceau entre autres. Il deviendra à ce titre aussi reconnu que des compositeurs de l'époque tels que Maurice Leroux, Joseph Kosma, Jean Wiener ou encore Jean Prodromidès avec lesquels le mime travaile déjà[9].

Dans le milieu du théâtre, il croise au début des années 1950 le metteur en scène Jacques Fabbri avec qui il aura l'occasion de travailler durant de nombreuses années. En 1954, il compose pour lui la musique de la pièce Le Fantôme. Fabri écrira à son sujet « notre musicien attitré, Edgar Bischoff, avait composé une musique jeune où le charleston dominait : toute la troupe dansait, faisait de l'acrobatie »[10]. Tous les deux travailleront ensemble plusieurs fois. Edgar Bischoff deviendra par la suite l'un des compositeurs des Frères Jacques et décide alors de signer sous le nom d'artiste de Francis Mainville.

En 1955, Francis Mainville fait la connaissance de Ricet Barrier, du Petit Conservatoire de la Chanson de Mireille [11]. Une relation d'amitié se noue entre les deux artistes et Barrier le présente à Raymond Devos[12]. Il est vite repéré dans le monde de l'audiovisuel et utilise le nom d'Edgar Bischoff pour composer, entre autres, le feuilleton Le tour de la France par deux enfants [13]. Aline Garin rappellera que « Son contrat, qui prévoit la création d’une musique originale pour le feuilleton, se trouve dans les dossiers de production » et « pour séduire trois générations de téléspectateurs appartenant à des milieux sociaux et professionnels différents, Edgar Bischoff prend également soin de placer, sur la bande-son, les paroles et musiques les plus éclectiques ».

En parallèle, à la même époque, il participe à d'autres projets pour le cinéma, mais pas seulement en tant que compositeur. En 1955 , une version sonorisée de La mort de Siegfried de Fritz Lang est en effet distribuée en France avec un accompagnement musical d'Edgar Bischoff mais avec des compositions de Jean-Sébastien Bach ou Tomaso Giovanni Albinoni [14]. Il a continué à écrire des musiques de scène, de télévision et de film jusqu'à la fin des années 1970.

C'est en 1986 qu'Edgar Bischoff compose sa dernière œuvre , Aux armes citoyens !, de Louis Calaferte. Ce dernier dira de cette composition que « la musique du spectacle rend exactement la tonalité que je souhaitais , en ce sens qu ' elle souligne la baroquerie et le comique de dérision de la pièce. »[15].

Edgar s'éteint à Draveil le mercredi , à l'âge de 83 ans.

Principales compositions
(sous le nom de Francis Mainville)
[modifier | modifier le code]

Francis Mainville a travaillé pour les Frères Jacques.

Pour les Frères Jacques[modifier | modifier le code]

  • 1955 : C'était Un Mérovingien sur l'album Le Bateau Lavoir, 3 versions Philips, et sur l'album - Chantent... (4e Série) 3 versions Polydor [16],
  • 1956: Le Résumé De La Situation sur l'album Les Frères Jacques - 5 (3 versions) Philips [17],
  • 1961  : Antropophagiquement Votre, sur l'album Rendez-Vous "Stanislas" (7", EP) Philips 432.568 BE et sur l'album La Marie-Joseph (LP, Album) Philips 844.786 (en 1968) [18],
  • 1955 : La Voix Du Sang, sur l'album Les Premiers Récitals / 1948 - 1959 (3xCD, Comp, RM))Frémeaux & Associés FA 5289 2010 [19].

Pour Ricet Barrier[modifier | modifier le code]

  • 1975 : La Chanson De Celui Qui Vieillit, sur l'album : "La Servante Du Château, Les Vacanciers" (LP, Album) M Records MLP 900 140 4 versions M Records (3) [20];
  • 1980 : Pauvres Oiseaux, sur l'album Saturnin Chante Avec Les Enfants, 2 versions Stamy Records (chanson de générique de la série Les Aventures de Saturnin)[21].

Pour Denise Benoit[modifier | modifier le code]

  • 1958 : La Servante Du Château , sur l'album Chansons En Clair-Obscur;
  • 1958 : Au jardin du Luxembourg , sur l'album La dame de Ris-Orangis Label: Fontana – 460.596 ME Format:Vinyl, 7", 45 RPM, EP, Mono[22].

Pour d'autres artistes[modifier | modifier le code]

  • 1957 : pour François Naudet : Nathalie, sur l'album A L'Horizon (7", EP) Éditions De La Boîte À Musique BAM EX 222 [23];
  • 1958 : pour Pierre Loray - Chansons En Clair-Obscur (7", EP) Teppaz 4541,
  • 1958 : pour Barbara, Veuve De Guerre, sur l'album Barbara (1964 - Pathé 30 cm: FELP 280 - France).
  • 1965 : Pour Francis Blanche, Amour Et Pasteurisation, sur l'album Docteur Francis Et Monsieur Blanche.

Bandes Originales
(sous le nom d'Edgar Bischoff)
[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 1987  : Complainte de Punch, CD (49 min 49 s) : mono, Édition : Paris : Adès ; Maurepas : distrib. Adès ,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie des pseudonymes, Volume 2 Couverture Emmanuel Ratier, Henry Coston Faits & documents, 1993, page 225
  2. Bischoff, Edgar," in: Dictionnaire des hommes de théâtre français contemporains, Paris: O. Perrin, 1967, p. 31.
  3. Avis de décès, Le Monde, 6 Jan. 1996, p. 9
  4. Conservatorul de Muzică și Artă Dramatică en Roumain Agence Nationale de Presse de Bucarest
  5. Academia Regală de Muzică și Artă Dramatică en Roumain Site de l'Universitatea Națională de Muzică București
  6. Edgar Bischoff sur le site My Heritage
  7. Bischoff, Edgar," in: Dictionnaire des hommes de théâtre français contemporains, Paris: O. Perrin, 1967, p. 31
  8. Cinéma parlant
  9. Biographies de personnalités françaises vivantes - Volume 3, Page 13 1967
  10. Être saltimbanque de Jacques Fabbri · 1978
  11. Sur le site Frémeaux et Associés éditeur
  12. Raymond Devos: funambule des mots, de Jean Dufour · 2005 Page 100
  13. Le Tour de la France par deux enfants (1957-1958) : une expérience pour la télévision française, par Aline Garin
  14. Fritz Lang: films, textes, références de Georges Sturm, 1990 (Page 62)
  15. Ecriture: Carnets, 1985-1986, de Louis Calaferte · 2001 (Page 166)
  16. LE BATEAU LAVOIR / CARNI - G. LAFARGE. PETITE FABLE SANS MORGUE. LA COMPLAINTE DES PETITS CABINETS / Pierre KIROUL. C'ETAIT UN MEROVINGIEN / F. MAINVILLE. MONSIEUR WILLIAM / J.R. CAUSSIMAN - L. FERRE ; LES FRERES JACQUES ; Acc. au Piano par PIERRE-PHILIPPE Mainville, Francis. Auteur ou responsable intellectuel sur Gallica
  17. Sur Chansons-net. com
  18. Les Frères Jacques – La Marie-Joseph description Sur le site Dicogs
  19. Les Frères Jacques–Les Premiers Récitals/1948-1959 sur le site Discogs
  20. Ricet Barrier sur le site de la Médiathèque de l'Agglomération de Valence et Roman
  21. Ricet Barrier sur le site de la Médiathèque de l'Agglomération de Valence et Roman
  22. Collection BNF Médiathèque Numérique
  23. A l'horizon / Pierre Dudan. Nathalie / Francis Mainville ; Edgar Bischoff. Le vicomte / Bernard Lelou. Les clochards / Bernard Lelou ; Ricet-Barrier ; François Naudet, chant ; avec Accompagnement d'Orchestre ; Dir : Raymond Chevreux ; Arrangt de F. Mainville sur le site Gallica
  24. Exposition Yvan Goll: Claire Goll, éditions Chateau des Rohan, 1961 - Page 9
  25. Fiche sur le site des archives du spectacle
  26. Association de la Régie Théâtrale
  27. Théâtre complet: La bataille de Waterloo. Aux armes, citoyens! Le serment d'Hippocrate. Une souris grise. Un riche, trois pauvres. Les oiseaux Couverture Louis Calaferte Editions Hesse, 1994 - 205 pages
  28. Fiche sur Rate Your Music
  29. Fiche sur Rate Your Music
  30. Le Nouveau guide des films - Tome 5, Volume 5, de Jean TULARD