Dialectes hongrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les dialectes hongrois sont nombreux mais la langue hongroise est tout de même unitaire[1], c’est-à-dire la compréhension mutuelle est en général possible entre locuteurs des divers dialectes, même lorsqu’ils ne parlent pas la langue commune. Cela est dû au fait qu’ils sont concentrés sur un territorie relativement restreint du bassin des Carpates (300 000 km² environ). Une exception toutefois, ce sont les dialectes csángós, surtout une partie de ceux-ci, plus archaïques, que les autres locuteurs de hongrois comprennent difficilement.

Les dialectes voisins qui présentent une série de traits semblables forment des groupes de dialectes et plusieurs de ces groupes – des régions dialectales[2]. On considère généralement qu’elles sont au nombre de dix[3]. Beaucoup de caractéristiques sont communes à plusieurs groupes de dialectes, surtout s’ils sont voisins. De plus, l’existence de ce continuum linguistique ne permet pas de délimiter nettement les groupes de dialectes voisins. Les différences entre régions dialectales sont surtout phonétiques, mais il y en a aussi des lexicales, les différences grammaticales étant les moins nombreuses. Entre les dialectes de Hongrie d’une part et ceux des pays voisins d’autre part, ainsi qu’entre ceux-ci et la langue commune, les différences sont plus grandes que celles qui distinguent les dialectes de Hongrie entre eux et leur ensemble par rapport à la langue commune.

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, l’utilisation des dialectes se restreint de plus en plus, à la faveur de la langue commune, mais la parole des provinciaux, de ceux des campagnes surtout, présente encore des traits dialectaux, notamment en dehors de la Hongrie et particulièrement en Moldavie.

Historique de l’étude des dialectes hongrois[modifier | modifier le code]

L’attention des lettrés se dirigea vers les dielectes dès la période de l’histoire du hongrois appelée période du hongrois moderne. Dans la première moitié du XIXe siècle, dans le sillage du mouvement appelé du « renouveau de la langue », qui avait pour but, entre autres, d’éliminer les emprunts du latin et de l’allemand, l’une des sources de mots nouveaux pour la langue littéraire en cours de standardisation fut le lexique des dialectes. C’est à cette époque que remonte la parution du premier dictionnaire dialectal hongrois (Magyar Tájszótár), publié par les soins de l’Académie Hongroise des Sciences.

Le premier ouvrage scientifique d’envergure sur les dialectes hongrois, qui prend en compte de façon détaillée les aspects diachroniques de la langue, est celui d’Antal Horger, A magyar nyelvjárások (Les dialectes hongrois), Budapest, Kókay, 1934.

L’ouvrage de référence de la dialectologie hongroise fut réalisé par l’intégration à l’étude des principes de la géographie linguistique, sous la forme de l’atlas des dialectes hongrois (A magyar nyelvjárások atlasza), rédigé par László Deme et Samu Imre, paru en six volumes, entre 1968 et 1977. Cependant, la partie concernant les dialectes de Roumanie y était déficitaire. Cette lacune fut comblée par la publication de l’atlas des dialectes hongrois de Roumanie (A romániai magyar nyelvjárások atlasza), constitué avec les données recueillies par László Murádin et rédigé par Dezső Juhász, paru en neuf volumes entre 1995 şi 2004, sous l’égide de la Société Linguistique Hongroise.

Régions dialectales[modifier | modifier le code]

Région de Transdanubie occidentale[modifier | modifier le code]

Dans la région de Transdanubie située à la frontière occidentale du pays il y a cinq groupes de dialectes : celui du nord-ouest, celui de Vas, celui de Zala, celui de Őrség et celui d’une petite contrée voisine, Hetés. Le sud-est de cette région inclut une partie limitrophe de la Slovénie, et sa partie occidentale – le Burgenland d’Autriche, territoires où il y a des minorités hongroises[2][4].

Caracteristici fonetice:

Phénomène Région de Transdanubie occidentale Hongrois standard Traduction
parfois [e] au lieu de [ε] en position accentuée: lëhet[5] lehet peut être
en position non accentuée: embër ember homme (être humain)
prononciation en diphtongue ascendante des voyelles longues [oː], [øː] et [eː] szu͜ó[6] szó mot
lü͜ő tirer (au fusil)
ki͜éz kéz main
raccourcissement de [uː], [yː] et [iː] kut kút puits
tüz tűz feu
viz víz eau
[ø] au lieu de [ε] après consonne labiale föst fest il/elle peint
bötü betű lettre
[o] au lieu de [ɒ] en syllabe suivant une syllabe avec [aː] lábom lábam ma jambe
[l] au lieu de [j] transcrit ly[7] folik folyik il/elle coule
consonne palatalisée au lieu de [j] après consonne bornyu borju veau
kalaptya kalapja son chapeau

Dans le domaine de la morphologie, il est à remarquer dans cette région les suffixes de compléments de lieu -bu/-bü, -ru/-rü et -tu/-tü au lieu des suffixes standard -ból/-ből « de (l’intérieur de) », -ról/-ről « de (la surface de) » et -tól/-től « de (la proximité de) » respectivement. Exemples : a házbu jön « il/elle vient de la maison », leesett a tetőrü « il/elle est tombé(e) du toit », elmegy az ablaktu « il/elle s’en va de la fenêtre ». De même, le suffixe de l’infinitif est ici -nyi au lieu de -ni: sietnyi vs. sietni « se dépêcher ».

Région de Transdanubie centrale-Kisalföld[modifier | modifier le code]

La Transdanubie centrale et le Kisalföld comprennent le groupe de dialectes des environs du lac Balaton, celui de la Transdanubie du nord, celui du Danube du nord et celui de Csallóköz (en Slovaquie) et Szigetköz. Ce sont des dialectes plus proches de la langue commune que ceux de la Transdanubie occidentale[8][9].

Caractéristiques phonétiques[10] :

Phénomène Région de Transdanubie centrale-Kisalföld Hongrois standard Traduction
parfois [e] au lieu de [ε] gyerëk gyerek enfant
raccourcissement de [uː], [yː] et [iː] husz húsz vingt
füz fűz saule
tiz tíz dix
[iː] au lieu de [eː][11] szíp szép beau
[o] au lieu de [ɒ] en syllabe suivant une syllabe avec [aː] lábom lábam ma jambe
[j] au lieu de [l] dans une grande partie de la région jány lány fille

Dans cette région aussi, le suffixe de l’infinitif devient -nyi (írnyi vs. írni « écrire ») et les suffixes de compléments de lieu perdent leur l, leur voyelle se fermant mais restant longue : a házbú vs. a házból « de la maison », a tetőrű vs. a tetőről « du toit », az annyátú vs. az anyjától « de chez sa mère » ou « de la part de sa mère ». Le suffixe -val/-vel du complément instrumental et sociatif perd lui aussi son l et sa voyelle s’allonge : hajóvā[12] vs. hajóval « en bateau », a tehénnē vs. a tehénnel « avec la vache ».

Région de Transdanubie méridionale[modifier | modifier le code]

Dans cette région il y a deux groupes de dialectes dans le comitat de Somogy (central et du sud) et deux dans le comitat de Baranya (du nord et du sud). Dans le dernier sont inclus les dialectes hongrois de Slavonie (Croatie) aussi[8][13].

Caractéristiques phonétiques :

Phénomène Région de Transdanubie méridionale Hongrois standard Traduction
[ø] au lieu de [ɛ] dans de nombreux cas kendör kender chanvre
löhet lehet peut être
parfois [e] au lieu de [ɛ] dëszka deszka planche
[eː] au lieu de [iː] accentué késér kísér il/elle accompagne
[l] au lieu de [j] transcrit ly folik folyik il/elle coule
góla gólya cigogne

Dans cette région aussi, le suffixe de l’infinitif est -nyi mais il y a d’autres particularités dans la morphologie du verbe en Baranya et en Slavonie :

  • La forme de la 1re personne du pluriel de l’indicatif présent, conjugaison objective, est identique à celle de la forme à la conjugaison subjective : kinyitunk a kaput vs. kinyitjuk a kaput « nous ouvrons la porte ».
  • À la 3e personne du singulier de l’indicatif présent, le suffixe personnel à la conjugaison objective est spécifique : láti vs. látja il/elle le/la/les voit ».
  • Le suffixe personnel possessif de la 3e personne du pluriel est également spécifique : lovik vs. lovuk « leur cheval », kertyik vs. kertjük « leur jardin ».

Région de la Grande Plaine méridionale[modifier | modifier le code]

La Grande Plaine méridionale comprend le groupe de dialectes des environs de la ville de Baja, celui des environs de Szeged et celui de Kiskunság. Les dialectes hongrois de Voïvodine (Serbie) et des județe roumains d’Arad et de Timiș font également partie de cette région[8][14].

Particularités de prononciation :

Phénomène Région de la Grande Plaine méridionale Hongrois standard Traduction
[ø] au lieu de [ɛ] (caracteristique principale) embör ember homme (être humain)
mögvötte megvette il/elle l’/les a achté(e)(s)
köröszt kereszt croix
[ɒː] au lieu de [ɒl] āsó alsó d’en bas
[ɛː] au lieu de [ɛl] ēső[15] első premier
fermeture de [oː] rúzsa rózsa rose
fermeture de [øː] il/elle tire (au fusil)

Dans cette région, les suffixes -hoz/-hez/-höz « à » et -szor/-szer/-ször « … fois » perdent leur consonne finale, et leur voyelle s’allonge : a ház vs. a házhoz « à/vers la maison », ötsző vs. ötször « cinq fois ». Comme dans la région de Transdanubie centrale, les suffixes standard -ból/-ből, -ról/-ről, -tól/-től deviennent -bú/-bű, -rú/-rű et -tú/-tű respectivement.

Région palóc[modifier | modifier le code]

Cette région située au nord de la Hongrie et au sud de la Slovaquie est celle du groupe ethnique des Palócs. Elle est la plus diverse du point de vue dialectal, comprenant huit groupes de dialectes : occidental, du nord-ouest, de la vallée de l’Ipel’, méridional, des environs de la ville d’Eger, central, oriental et de la vallée de la rivière Hornád[16][17].

Caractéristiques phonétiques :

Phénomène Région palóc Hongrois standard Traduction
[a] (bref) au lieu de [ɒ] ȧlmȧ[18] alma pomme
[ɒː] (long) au lieu de [aː] ȧnyām anyám ma mère
conservation de la consonne [ʎ] [foʎoː] folyó [fojoː] rivière
[goʎoː] golyó [gojoː] bille, balle
[ʎuk] lyuk [juk] trou
parfois [e] au lieu de [ɛ] gyënge gyenge faible
[i] au lieu de [y] kilső külső extérieur
pispëk püspök évêque
[e] au lieu de [ø] sër sör bière
diphtongue [oːw] au lieu de [ol] vó͜utam voltam j’ai été
diphtongue [øːw] au lieu de [øː] első͜ü első premier
en général, palatalisation des consonnes devant [i] gyinnye dinnye pastèque
szeretyi szereti il/elle l’/les aime

Quelques particularités morphologiques du nom :

  • Le [ɛ] est constant dans les noms dont la racine présente en hongrois standard l’alternance [ɛ] ~ [eː] : tehen ~ tehenek vs. tehén ~ tehenek « vache ~ vaches ».
  • Le suffixe du complément instrumental-sociatif, -val/-vel, garde une forme archaïque, sans assimilation avec la consonne qui le précède : szekervel vs. szekérrel « avec la carriole ».
  • Il existe des suffixes spécifiques de compléments de lieu, utilisées seulement avec des noms qui expriment des familles : Sāndornó / Sāndoréknó vs. Sándoréktól « de chez la famille de Sándor ».

Les verbes ayant la racine terminée en t ont la forme de l’indicatif passé plus brève que celle du hongrois standard : süttem vs. sütöttem « j’ai fait cuire (au four) ».

Dans le domaine de la syntaxe, on remarque quelques cas de désaccord[19]:

  • verbe au singulier avec sujet au pluriel : elmúlt az ünnepek vs. elmúltak az ünnepek « les fêtes ont passé » ;
  • adjectif démonstratif au singulier avec nom au pluriel : el kellene fűrészelni azt a gallyfákat vs. … azokat a gallyfákat « il faudrait scier ces branches ».

Région de Tisza-Körös[modifier | modifier le code]

Les groupes de dialectes de la région de Tisza-Körös sont celui de Hajdú-Bihar, celui de la partie centrale de la région à l’est de la Tisza et celui de l’ouest du Pays de Călata (Roumanie)[16][20].

Traits phonétiques :

Phénomène Région de Tisza-Körös Hongrois standard Traduction
parfois [e] au lieu de [ɛ] gyerëk gyerek enfant
diphtongues descendantes au lieu de [oː], [øː] et [eː] hó͜u neige
sző͜üke szőke blond
ké͜is kés couteau
[iː] au lieu de [eː] níz néz il/elle regarde
píz pénz argent (moyen de paiement)
fílsz félsz tu as peur
allongement des voyelles devant les consonnes [l], [r] et [j] fermant la syllabe bórnyu borjú veau
ökőr ökör bœuf
allongement de [u] et [y] kútat kutat puits (accusatif)
fűves füves herbeux

Certaines particularités sont à remanquer dans le domaine du verbe :

  • À la 3e personne du singulier de l’indicatif présent, on utilise une forme avec le suffixe personnel -n dans le cas de certains verbes dont la forme standard est sans suffixe personnel. Ainsi, megy « il/elle va », lesz « il/elle sera », tesz « il/elle met » et vesz « il/elle prend » deviennent mëgyën, lëszën, tëszën et vëszën respectivement.
  • Pour les verbes dont la racine se termine en v, le standard prévoit que celui-ci soit présent à la 3e personne du singulier de l’indicatif présent, mais dans ces dialectes il tombe : vs. hív « il/elle appelle ».
  • À l’indicatif présent, conjugaison objective, il y a des formes à part comme tarcsa vs. tartja « il/elle le/la/les tient », lássa vs. látja « il/elle le/la/les voit ».

Région du nord-est[modifier | modifier le code]

Géographiquement c’est la zone du cours supérieur de la Tisza, y compris l’oblast de Transcarpatie en Ukraine et le nord-ouest de la Roumanie. On y trouve le groupe de dialectes de Szabolcs-Szatmár-Bereg, celui d’entre les villes Moukatchevo et Khoust et celui des environs de la ville d’Oujhorod, avec les dialectes du territoire slovaque limitrophe[21][22].

Caractéristiques phonétiques :

Phénomène Région du nord-est Hongrois standard Traduction
réalisation en diphtongues descendantes de [oː], [øː] et [eː] jó͜u bon
lő͜ü il/elle tire (au fusil)
ké͜iz kéz main
réalisation en diphtongue ascendante du [eː] qui dans d’autres dialectes devient [iː] vi͜ér vér sang
raccourcissement fréquent de [uː], [yː] et [iː] buza búza blé
szür szűr il/elle filtre
viz víz eau
allongement des voyelles devant [l], [r] et [j] kólbász kolbász saucisse
kőrte körte poire
hājlik hajlik il/elle se plie

Comme dans la région Tisza-Körös, il existe là aussi la forme à suffixe personnel des verbes megy « il/elle va », lesz « il/elle sera », tesz « il/elle met » et vesz « il/elle prend »: megyen, leszen, teszen et veszen, respectivement.

Dans certaines zones, à la 3e personne du singulier de l’impératif, utilisée dans la relation de vouvoiement, le suffixe personnel est -ík au lieu de -en: ne mennyík el! vs. ne menjen el! « ne partez pas ! », vegyík! vs. vegyen! « prenez ! ».

Une autre particularité de cette région est l’utilisation du mot elfele (traduction littérale « vers ailleurs ») pour exprimer le caractère progressif de l’action : az öregek beszélték ezt elfele « c’est les vieux qui disaient ça ».

Région de Mezőség[modifier | modifier le code]

Dans la région de Mezőség, en Transylvanie (en roumain Câmpia Transilvaniei « Plaine de Transylvanie », un plateau au centre de cette province) il y a quatre groupes de dialectes hongrois : celui du centre, celui de la vallée de l’Arieș, celui de la vallée du Mureș et celui de la vallée de la Târnava[21][23].

Caractéristiques phonétiques :

Phénomène Région de Mezőség Hongrois standard Traduction
raccourcissement fréquent des voyelles longues házbol házból de la maison
kesztyü kesztyű gant
ouverture de [o] vers [ɒ] en position accentuée : bagár bogár insecte
en position non accentuée : malam malom moulin
[ε] au lieu de [ø] non accentué dans des îlôts dialectaux archaïques ördeg ördög diable
réalisation [β] de /v/ initial de mot [βoːt] volt il/elle a été
[t͡ʃ] au lieu de [c] dans des îlôts archaïques kucsa kutya chien
[d͡ʒ] au lieu de [ɟ] dans des îlôts archaïques dzserek gyerek enfant

Là aussi, comme dans la région palóc, il y a des suffixes de compléments de lieu pour les noms exprimant des familles : Sándorni vs. Sándorékhoz « (vers) chez la famille de Sándor », Sándornott vs. Sándoréknál « chez la famille de Sándor », Sándornól vs. Sándoréktól « de chez la famille de Sándor ». De même, comme dans la région de Tisza-Körös, on y trouve les formes verbales megyen, leszen, teszen et veszen.

Région sicule[modifier | modifier le code]

La région sicule comprend géographiquement les județe de Mureș, de Harghita et de Covasna, avec cinq groupes de dialectes : celui de Udvarhelyszék, celui de Háromszék, celui de Csíkszék, celui de Gyergyószék et celui de Marosszék [24][25].

Les particularités de prononciation de la région sicule par rapport au phonétisme standard se retrouvent dans d’autres régions dialectales. La voyelle [e] brève y est présente comme dans plusieurs autres régions, ainsi que l’allongement des voyelles devant [l], [r] et [j]. La prononciation [ø] au lieu de [ɛ] de Udvarhelyszék est semblable à celle de Baranya (en Transdanubie méridionale). Les dialectes sicules occidentaux sont proches de ceux de Mezőség, par exemple quant au traitement de la voyelle [o] (remplacée par [ɒ]). Dans les dialectes sicules orientaux on réalise [oː], [øː] et [eː] en diphtongues ascendantes, comme dans les dialectes transdanubiens occidentaux. En tant que traits phonétiques propres aux dialectes sicules, on peut mentionner :

Phénomène Région sicule Hongrois standard Traduction
parfois [o] au lieu de [ɒ] hovas havas enneigé(e)
ouverture de [ɛ] vers [æ] ästä[26] este soir

Certains traits morphologiques des dialectes sicules sont également communs avec d’autres dialectes, par exemple la forme brève du passé de l’indicatif des verbes ayant la racine en t [süttem vs. sütöttem « j’ai fait cuire (au four) »], les suffixes de compléments de lieu pour les noms exprimant des familles ou l’absence de l’alternance [ɛ] ~ [eː]. Par contre, d’autres phénomènes sont spécifiques pour les dialectes sicules :

  • Y sont conservées à l’indicatif les formes temporelles ayant la valeur du passé simple (mene « il/elle alla », kére « il/elle demanda ») et du plus-que-parfait [ment vala « il/elle était allé(e), kért vala « il/elle avait demandé »], alors qu’en hongrois standard il n’y a plus qu’une seule forme d’indicatif passé. Il y a aussi une forme de passé qui exprime la durée longue de l’action : az imént jár vala nálunk « il/elle est passé(e) chez nous tout à l’heure [et il/elle y est resté(e) longtemps] ».
  • Au conditionnel présent, 1re personne du pluriel, on utilise d’autres suffixes personnels que dans la langue standard : tudnók vs. tudnánk « nous saurions », kérnők vs. kérnénk « nous demanderions ».
  • Il y a une riche série de suffixes exprimant le fait que l’action est effectuée de temps en temps et/ou de manière superficielle, ou bien répétée à de brefs intervalles : pipákol vs. pipázgat « il fume sa pipe », nyiszitel vs. nyiszál « il/elle taillade », ugráncsol vs. ugrándozik « il/elle sautille ».
  • Le suffixe réfléchi -ódik/-ődik a souvent un sens passif : elhozódott a fa (littéralement « le bois s’est apporté ») vs. elhozták a fát (littéralement « ils/elles ont apporté le bois »), en français correct « on a apporté le bois ».

Ce qui est le plus spécifique pour les dialectes sicules consiste en son lexique, en leurs expressions figurées, en leur caractère expressif en général, bien illustré par la poésie (notamment les ballades), les chansons et les contes folkloriques, ainsi que par les écrivains qui s’en sont inspirés.

Exemples de mots et expressions sicules :

Dialectes sicules Traduction littérale Hongrois standard Traduction
ádámbűz[27] puanteur d’Adam a házhoz nem tartozó ember szaga odeur d’homme étranger à la maison
ahajt[28] ott là-bas
gürüzdölés / görözdölés[27] köszörülés aiguisage
kacsiba / kacsuba / kacsuka[27] csámpás difforme
lacsik a kutya[29] iszik a kutya le chien lappe
odaül valahol[27] il/elle s’assied quelque part sokáig tartózkodik valahol il/elle reste longtemps quelque part
olló[27] gida biquet
ollózik[27] ellik (kecske) elle met bas (chèvre)
összebüszüdik[27] megromlik, megbüdösödik il/elle s’altère, s’empuantit

Comme les dialectes hongrois de Roumanie en général, les sicules aussi ont emprunté beaucoup de mots roumains, certains il y a longtemps, par exemple dans le domaine de l’élevage. Exemples : berbécs (< berbec) vs. kos « bélier », esztena (< stână) vs. juhszállás « bergerie »[27], cáp (< țap) vs. bakkecske « bouc »[30], mióra (< mioară) vs. fiatal juh « jeune brebis »[31].

Région de Moldavie[modifier | modifier le code]

En Moldavie, dans les județe de Bacău, de Neamț, de Iași et de Vrancea, il y a trois groupes de dialectes hongrois : csángó du nord, csángó du sud et sicule moldave. Les dialectes du nord sont plus archaïques que les autres, conservant des éléments de la langue du Moyen Âge. Les deux autres groupes sont proches des dialectes sicules de Háromszék et de Csíkszék.

Le phonétisme de cette région présente des ressemblances avec celui d’autres régions, par exemple le [e] bref, comme dans plusieurs autres régions, ou le passage de [o] à [ɒ], comme dans le Mezőség. On y trouve également la réalisation [β] de /v/, mais en position intervocalique aussi : nem βot vs. nem volt « il/elle n’a pas été », kicsi βultál vs. kicsi voltál « tu étais petit(e) ». Dans le groupe du nord, [t͡ʃ] remplace [c], [d͡ʒ] – [ɟ] et [ε] – [ø] non accentué, comme dans les îlôts dialectaux archaïques de Mezőség. Le passage de [ɒ] à [o], comme dans les dialectes sicules y est présent également[32]. Il y a aussi des traits phonétiques spécifiques pour les dialectes de Moldavie[33] :

Phénomène Région de Moldavie Hongrois standard Traduction
consonne proche de [s] au lieu de [ʃ] dans le nord lásszuk lássuk voyons-le/la/les
allongement des consonnes finales rákk rák écrevisse
métathèse feteke fekete noir(e)
hiatus au lieu de [v] hüessz hűvös frais/fraîche [non chaud(e)]
agglutination de l’article défini az au mot suivant et chute de a zember az ember l’homme

En morphologie, il convient de mentionner une série d’archaïsmes, surtout dans le domaine du verbe[34]:

  • u final de racine au lieu de v pour certains verbes: hiu vs. hív « il/elle appelle » ;
  • absence de l’alternance racine complète ~ incomplète pour certains verbes : aluszik, alugyam vs. alszik ~ aludjam « il/elle dort, que je dorme » ;
  • absence du suffixe -ik de la 3e personne du singulier de l’indicatif présent dans des verbes qui ont ce suffixe dans le standard : es vs. esik « il/elle tombe », foly vs. folyik « il/elle coule », mász vs. mászik « il/elle rampe » ;
  • absence de j à la 1re personne du pluriel de l’indicatif présent, conjugaison objective : váruk vs. várjuk « nous l’/les attendons » ;
  • différence de suffixe personnel à la 1re personne du pluriel du conditionnel présent : várnuk vs. várnánk « nous attendrions », őrölnük vs. őrölnénk « nous moudrions » ;
  • plusieurs formes de passé à l’indicatif, comme dans les dialectes sicules, par rapport à une seule dans le standard: láta « il/elle vit » (valeurs du passé simple), ettem vala « j’ai mangé » (valeur du passé composé), ettem vót « j’avais mangé » (valeur du plus-que-parfait) vs. láttam, ettem ;
  • une forme de passé spécifique à l’indicatif, 3e personne du singulier, conjugaison objective : ittand vs. itta « il/elle le/la/les buvait », ettend vs. ette « il/elle le/la/les mangeait ».

Quelques particularités syntaxiques[35] :

Phénomène Dialectes csangós du nord Hongrois standard Traduction
omission du verbe « être » Arra a kecke a heden. Arra van a kecske a hegyen. La chèvre est par là, sur la colline.
omission de l’artice défini dans certains cas Feredik a búza napba. Fürdik a búza a napban. Les blés se baignent dans le soleil.
l’indicatif au lieu du conditionnel Mintha úszik búzába. Mintha úszna a búzában. Comme s’il/elle nageait dans les blés.

Le lexique de Moldavie se caractérise par l’absence des mots entrés dans la langue hongroise à l’époque de « renouveau de la langue » (XIXe siècle), par la présence de beaucoup de mots formés sur le terrain des dialectes et par de nombreux emprunts au roumain. Ce lexique est difficilement compris par les autres locuteurs de hongrois, même s’ils connaissent le roumain, parce qu’il contient beaucoup d’archaïsmes hongrois en général, mais aussi des mots dialectaux spécifiques[36] :

Dialectes csángós Hongrois standard Traduction
cenk kutyakölyök chiot
csán csinál il/elle fait
csukmony tojás œuf
filyesz nyúl lièvre
hi͜év forró brûlant(e)
szi͜érik fáj cela fait mal
szebessz savanyú aigre
szültü furulya flûte

Le lexique de Moldavie, notamment celui des dialectes du nord, est le plus fortement influencé par le roumain, les mots empruntés appartenant aux domaines les plus divers : Exemples[37] :

Dialectes csángós Roumain Hongrois standard Traduction
bosztán bostan tök citrouille
dálta daltă véső ciseau
frikosz fricos félős peureux
kálendár calendar naptár calendrier
kozonák cozonac kalács brioche
kozsok cojoc bunda pelisse
kumnáta cumnată sógornő belle-sœur (sœur de l’époux/se)
kurka curcă pulyka dinde
odáje odaie szoba chambre
sztomák stomac gyomor estomac

Un autre trait lexical spécifique est l’abondance des suffixes diminutifs, certains propres aux dialectes de Moldavie. De plus, leur utilisation est fréquente, ces suffixes étant appliqués non seulement à des noms (de personnes, d’animaux et aussi d’objets), mais également à des adjectifs et adverbes. Exemples : lányikó vs. lányka « fillette », botóka vs. botocska « petit bâton », hosszu (sans équivalent en hongrois standard ni en français) « long », könnyüd (sans équivalent en hongrois standard ni en français) « léger »[38]. Le suffixe diminutif -ka/-ke est même devenu la marque du féminin pour les ethnonymes, alors qu’en hongrois standard on ajoute le mot signifiant « femme » ou « fille » pour l’exprimer : magyarka vs. magyar nő « Hongroise »[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kiss 2006, p. 517.
  2. a et b Kiss 2006, p. 520.
  3. Cf. Kiss 2006, carte de la p. 521, reproduite dans Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 107.
  4. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 107-108.
  5. La lettre ë note le [e] bref dans la dialectologie hongroise.
  6. Les lettres voyelles liées par le signe  ͜    notent les diphtongues dans la dialectologie hongroise.
  7. Le digramme ly transcrivait à l’origine la consonne [ʎ] ([l] palatalisée), mais dans la langue actuelle il se prononce [j], comme la lettre j.
  8. a, b et c Kiss 2006, p. 522.
  9. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 108.
  10. Pour le phonétisme du hongrois standard, voir Phonologie du hongrois.
  11. Sauf dans les environs du Balaton.
  12. La lettre ā note le [ɒː] (long) dans la dialectologie hongroise.
  13. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 108-109.
  14. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 109.
  15. La lettre ē note [ɛː] (long) dans la dialectologie hongroise.
  16. a et b Kiss 2006, p. 523.
  17. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 109-110.
  18. La lettre ȧ note le [a] bref dans la dialectologie hongroise.
  19. Kiss 2006, p. 530.
  20. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 110.
  21. a et b Kiss 2006, p. 524.
  22. Antalné-Szabó et Raátz 2011, pp. 110-111.
  23. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 111.
  24. Kiss 2006, pp. 524-525.
  25. Antalné-Szabó et Raátz 2011, pp. 111-112.
  26. La lettre ä note le [æ] dans la dialectologie hongroise.
  27. a, b, c, d, e, f, g et h ÚMTsz, cité par SzSzK.
  28. Kriza 1926, p. 12.
  29. Kriza 1926, p. 59.
  30. Kriza 1926, p. 22.
  31. Kriza 1926, p. 66.
  32. Antalné-Szabó et Raátz 2011, p. 112-113.
  33. Kiss 2006, p. 525.
  34. Juhász 2012, p. 103-104.
  35. a et b Piro.
  36. Juhász 2012, p. 105-106.
  37. Juhász 2012, p. 106-107.
  38. Juhász 2012, p. 105.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (hu) Antalné-Szabó, Ágnes et Raátz, Judit, Magyar nyelv és kommunikáció 10 (Langue hongroise et communication 10), Nemzedékek Tudása Tankönyvkiadó, 2011, ISBN 9789631969580, p. 106-113, chapitre A nyelvjárások (Les dialectes) (consulté le 17 mai 2015).
  • (hu) B. Lőrinczy, Éva et Hosszú, Ferenc, (dir.), Új magyar tájszótár (Nouveau dictionnaire dialectal hongrois) (ÚMTsz), vol. I-V. Budapest, Akadémiai Kiadó, 1979-2010.
  • (hu) Balázsi-Pál, Előd (redacteur) A székelyek szavai és kifejezései (SzSzK) (Mots et expressions des Sicules), dernière mise à jour le 31 mars 2008 (consulté le 17 mai 2015).
  • (en) Juhász, Dezső, The types and main characteristics of the Hungarian dialects of Moldavia, Peti, Lehel et Táncos, Vilmos (dir.) Language Use, Attitudes, Strategies. Linguistic Identity and Ethnicity in the Moldavian Csángó Villages (Usage de la langue, attitudes, stratégies. Identité linguistique et ethnicité dans les villages csángós de Moldavie), Cluj-Napoca, Editura Institutului pentru Studierea Problemelor Minorităților Naționale, 2012, p. 97-109, ISBN 978-606-8377-01-8 (consulté le 17 mai 2015).
  • (hu) Kiss, Jenő, Nyelvjárások, regionális nyelvváltozatok (Dialectes, variétés linguistiques régionales), Kiefer, Ferenc (dir.), Magyar nyelv (La langue hongroise), Budapest, Akadémiai Kiadó, 2006, p. 517-548.
  • (hu) Kriza, János, Erdélyi tájszótár (Dictionnaire dialectal transylvain), Budapest, Révai, 1926 (consulté le 17 mai 2015).
  • (hu) Piro, Krisztina, A moldvai csángó nyelvjárásról (Sur le dialecte csángó de Moldavie) (chemin : page principale → Tanulmány → A moldvai csángó nyelvjárásról és az északi csángó archaikus imák szókészletéről) (consulté le 17 mai 2015).

Bibliographie supplémentaire[modifier | modifier le code]

  • (hu) Balassa, Iván et Ortutay, Gyula, Magyar néprajz (Ethnographie hongroise), Budapest, Corvina, 1980, 3e partie, Szellemi műveltség (Culture spirituelle), chapitre A szellemi műveltség kifejezésének eszközei (Moyens d’expression de la culture spirituelle), sous-chapitre A magyar nyelvjárások (Les dialectes hongrois) (consulté le 17 mai 2015).
  • (hu) Benkő, Loránd, Magyar nyelvjárástörténet (Histoire des dialectes hongrois), Budapest, Tankönyvkiadó, 1957.
  • (hu) Gálffy, Mózes et Márton, Gyula, Székely nyelvföldrajzi szótár (Dictionnaire géo-linguistique sicule), Budapest, Akadémiai Kiadó, 1987.
  • (hu) Gálffy, Mózes ; Márton, Gyula ; Szabó T. Attila (dir.), A moldvai csángó nyelvjárás atlasza (Atlas du dialecte csangó de Moldavie), vol. 1-2, Budapest, Magyar Nyelvtudományi Társaság, 1991.
  • (hu) Kálmán, Béla, Nyelvjárásaink (Nos dialectes), 5e édition, Budapest, Tankönyvkiadó, 1989.
  • (hu) Végh, József, Őrségi és hetési nyelvatlasz (Atlas linguistique de Őrség et de Hetés), Budapest, Akadémiai Kiadó, 1959.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]